« Ecole et cinéma 92″ Le garçon et le monde

enfantmonde-affiche-bresil2 On ne peut pas raconter un dessin animé.                                                                     C’est comme une orange,                                                                                                 on ne peut pas raconter une orange :                                                                                on peut l’éplucher, la manger, et c’est tout.                                                                Jacques Prévert dans Le roi et l’oiseau de Jean-Pierre Pagliano, Éditions Belin, 2012

 Projection-conférence :                                                                                                   Le garçon et le monde de Alê Abreu, 2013                                                                           Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                   Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                       Samedi 8 décembre 2018                                                                                                 Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                                   Samedi 12 janvier 2019

Documents à télécharger : Pour aller plus loinCaméra-subjectiveLes machines musiciennesDe la cueillette du coton..., Un collage de textures …

Ciné concert Le Garçon et le Monde, GEM, 2005

Machines musicales de Jean Tinguely

Canto latino de Milton Nascimento, 1970

Et aussi Levantados do Chão de Chico Buarque et Milton Nascimento, Assentamento, Brejo da Cruz et Fantasia  de Chico Buarque.

Brazil : songs of protest de Zelia Barbosa, 1969

« Ecole et cinéma 92″ Les burlesques

arrière plan

« Charlot fait une cure (The cure) « , Charles Chaplin, 1917

 » Sommes décidés à vous citer en justice pour douleurs intercostales dues à hilarité excessive : avons vu The Cure. Télégramme reçu par Chaplin envoyé par Marie Pickford et Douglas Fairbanks. »                                                                                                                    Le cinéma comique américain, Tarte à la crème et coups de pied aux fesses, vol 1, Enrico Giacovelli, Gremese, 2012, page 74

Projection-conférence :                                                                                          Charlot fait une cure, Charles Chaplin, 1917                                                                  Malec forgeron, Buster Keaton, 1922                                                                              Pour épater les poules, Charles R. Bowers, 1925                                                   Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                        Samedi 6 octobre 2018                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                            Samedi 13 octobre 2018

Documents accompagnant la conférence : biblio-sitographiephotogrammes de présentation

profondeur de champ

« Charlot fait une cure », Charles Chaplin, 1917

À télécharger : Doc1, une chute attenduedoc2, quiproquo autour d’une tasse de thé

gag de la fenêtre...

« Malec forgeron », Buster Keaton, 1922

À télécharger : doc3, l’art du contraste

roue

« Pour épater les poules », Charles R. Bowers, 1925

À télécharger : doc4, les objets détournésLes cartons et le fil narratif

Pour comparer les machines à oeufs de Keaton et Bowers !

Du côté des Arts plastiques : machines et détournements d’objets

Le cours des choses

 » Le cours des choses Der lauf der Dinge) » de Peter Fischli et David Weiss, 1987

« Ecole et Cinéma 92″ La Barbe à papa

duo3 (1)

« … les bons films sont rarement bien-pensants, c’est-à-dire immédiatement digestes et recyclables en idées simples et idéologiquement correctes. »                                                                                                                           Alain Bergala, L’hypothèse cinéma, 2002

Projection – conférence :                                                                                               La Barbe à papa (Paper Moon) de Peter Bogdanovich, 1973                                            Co-animée avec Claire Frayssignes                                                                    Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 17 mars 2018                                                                                                         Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                        Samedi 7 avril 2018

Documents accompagnant la conférence : Pour aller plus loinPaper Moon et les années 30 aux Etats-UnisSur la route                                                                                            Documents élaborés par Claire Frayssignes : La Grande DépressionLa Prohibition aux Etats-UnisLes raisins de la colère extraitLa boîte d’Addie pour enseignantsImage ricochet

Superbes photos de plateau et quelques vidéos du tournage dans lesquelles la complicité entre Ryan et Tatum O’Neal éclate !

Tatum O’Neal reçoit l’oscar de meilleur « second rôle » !!!

Et aussi…

1935

Shirley Temple avec la photo du président Roosevelt dédicacée à son nom, 1935

Lewis Hine

Jeunes marchands de journaux de Lewis Hine, Saint Louis, 1910

les raisins de la colère

Les raisins de la colère de John Ford, 1940

« Ecole et cinéma 92″ King Kong

tête de KK2« J’ai commencé à penser à King-Kong vers la fin de 1931. Je désirais me rendre auparavant en Afrique pour tourner un film sur les gorilles, c’était malheureusement l’époque de la dépression et personne ne se décidait à immobiliser d’importants capitaux pour financer un très long voyage. J’ai alors suggéré à mon ami David O.Selznick (président de la RKO) de réaliser un film en studio, un film dont le héros serait un gorille géant. Je voulais que l’on dise -Vous allez voir l’aventure la plus fantastique, la plus extraordinaire qu’on ait jamais vue sur grand écran. »                                                                                                                                                                 Merian C.Cooper

Projection-conférence :                                                                                                King Kong de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack                                                  Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                      Samedi 11 mars 2017                                                                                              Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                  Samedi 25 mars 2017

Document accompagnant la conférence : King Kong                                                Tutoriel pour fusionner deux images : Le voyage de Kong                                                  Fiche ressource élaborée par Claire Frayssignes : Ouvrir un espace de parole, débattre…

Kong - Skull Island

Kong : Skull Island de Jordan Vogt-Roberts, 2017

Le singe le plus connu de l’histoire du cinéma est à l’honneur cette semaine avec la sortie très attendue de Kong: Skull Island. Le réalisateur Jordan Vogt-Roberts s’inscrit dans une longue tradition de reprises et de citations…

Le Pet Store de Wilfred Jackson, 1933

Pub King kong à la Samaritaine

« Ecole et cinéma 92″ Le Petit Fugitif

Joey3

 » … Little Fugitive appartient ainsi à un genre bien particulier qu’on pourrait appeler le double portrait. C’est le portrait documentaire d’un lieu, Coney Island et c’est en même temps celui d’un enfant, Joey. »               Emmanuel Siety

« L’idée de cette petite caméra est née grâce à Paul Strand, il m’a initié à la photographie… J’ai tourné ce film en pensant à des plans fixes. J’ai fait beaucoup de photos réalistes à Coney Island. Et ce n’était pas très différent. »            Morris Engel

Projection-conférence :                                                                                                     Le Petit Fugitif de Morris Engel, Ruth Orkin et Ray Ashley                                              Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                            Samedi 12 décembre 2015                                                                                      Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                      Samedi 9 janvier 2016

Document accompagnant la conférence : Le Petit fugitif

Séquence : La fuite de Joey

Des photogrammes : la caméra et Joey

Entre photogrammes et photographies : jeux de miroir

Un film : Coney Island at Night d’ Edwin S Porter, 1905

Coney Island à travers la photographie : 

William Klein-Welcome to Coney Island 2013.jpg
William Klein-Mister Coney Island, 2013.jpg
Stephen Wilkes.jpg
William Klein-Luna Park, 2013.jpg
les chariots de chèvre, Coney Island, 1904.jpg
coney Island nuit 1905.jpg


« Ecole et cinéma 92″ U

Réplique Mona 1_converti

Projection-conférence :                                                                                                     U de Grégoire Solotareff et Serge Ellissalde                                                                    Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                          Cinéma le Rex de Châtenay-Malabry                                                                                    Samedi 10 janvier 2015                                                                                                        Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                      Samedi 24 janvier 2015

Document accompagnant la conférence : U

Premier dialogue entre U et  Lazarre

Premier dialogue entre U et Lazarre   0.06.51

Texte du premier dialogue entre U et Lazarre

Danse autour du feu dans la forêt   0.28.07

Danse autour du feu dans la forêt 0.28.07

Découpage de la séquence Danse autour du feu dans la forêt

Paroles Zigeunerleben op.29 n° 3 de Robert Schumann, 1840



On trouve des merveilles dans les bibliothèques d’école… Le corbeau et le renard revisité par Grégoire Solotareff.

« Ecole et cinéma 92″ : Gôshu le violoncelliste

Photogramme de Goshu le violoncelliste d'Isao Takahata, 1981

Photogramme de Goshu le violoncelliste d’Isao Takahata, 1981

« Gauche était le préposé au violoncelle dans le cinéma muet de la ville. Mais on racontait qu’il ne se débrouillait pas très bien. C’est peu de dire qu’il ne jouait pas très bien : il était franchement le plus mauvais de tous ses camarades, et, pour cela, sans cesse tourmenté par le chef d’orchestre. »                                                                                                                                Train de nuit dans la voie lactée de Kenji Miyazawa, Le serpent à plumes

Projection-conférence :                                                                                                     Goshu le violoncelliste                                                                                                   d’Isao Takahata                                                                                                                  Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                 Mercredi 18 décembre 2013                                                                                           Cinéma le Rex de Châtenay-Malabry                                                                             Mercredi 8 janvier 2014

Document accompagnant la conférence : Goshu le violoncelliste

Le studio Ghibli est sous les feux de l’actualité, les deux prochains films de ses réalisateurs fondateurs sont très attendus ! Le vent se lève d’Hayao Miyazaki sera sur nos écrans le 22 janvier 2014. Inspiré de la vie de l’ingénieur Jiro Horikoshi, le nouveau Miyasaki s’encre dans la réalité japonaise, du séisme de Kanton à la deuxième guerre mondiale. Pour celui d’Isao Takahata, il nous faudra être encore plus patient, une sortie pour le mois de mai 2014 est annoncée. Takahata s’est tourné quant à lui vers l’adaptation d’un conte populaire japonais du Xe siècle : L’histoire de la princesse Kaguya. Un vieil homme coupeur de bambou découvre, à l’intérieur d’une tige, une minuscule petite fille…               Les deux complices du studio Ghibli se rendent-ils mutuellement un hommage entre réalité et féerie ?

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Laissez-vous subjuguer par le montage réalisé par le studio Ghibli, il reprend les bandes annonces et propose quelques scènes inédites de L’histoire de la princesse Kaguya


Une autre petite merveille découverte depuis la conférence. Bravo à Louis Thomas !


« Ecole et cinéma 92″ : Le voleur de bicyclette

Photogramme du "voleur de bicyclette" Vittorio De Sica, 1948

Photogramme du « voleur de bicyclette » Vittorio De Sica, 1948

Projection-conférence au cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                 Le voleur de bicyclette                                                                                                             de Vittorio De Sica                                                                                                               Mercredi 17 avril 2013

Document accompagnant la conférence :  Le voleur de bicyclette

J’ai rarement un souvenir fidèle du contexte dans lequel j’ai découvert un film. Pour « Le Voleur de bicyclette », je me souviens parfaitement du lieu, de l’époque et des personnes qui m’accompagnaient. C’était au milieu des années 80 dans un petit cinéma d’art et d’essai derrière le Bazar de l’Hôtel de Ville avec Pierre, Agnès et Rénato… Je me souviens aussi parfaitement du profond sentiment d’injustice que j’ai ressenti devant la quête désespérée d’Antonio et de son fils Bruno.

En inscrivant ce film à leur catalogue, les Enfants de cinéma font le pari qu’il va toucher de nouvelles générations de spectateurs. Rencontrer un public renouvelé, provoquer la critique et inspirer d’autres réalisateurs, autant d’indices qui montrent que « Le voleur de bicyclette » résiste à l’épreuve du temps. Au-delà d’être une oeuvre du patrimoine, « Le voleur de bicyclette » est aussi un film au succès intemporel.

« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola en est un vibrant hommage…

"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

L’un des protagonistes de ce film choral, Nicola, est passionné par l’oeuvre de De Sica. Au tout début du film, on voit le jeune professeur assisté à la projection du « Voleur de bicyclette » lors d’une séance de ciné-club dont le débat va très vite dégénéré, il s’oppose vivement à son proviseur qui traite l’oeuvre « d’esthétique de fond de poubelle » et qui rappelle les propos d’un jeune député, Giulo Andreotti, « le linge sale se lave en famille ».

Le ciné-club"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Le ciné-club
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

Deux autres scènes évoquent comment Vittorio De Sica a réussi à faire pleurer le jeune  Bruno lors de la scène finale du « Voleur de bicyclette ». Il lui avait glissé des mégots dans les poches de son veston et l’avait accusé de les avoir volés. La connaissance de ce fait par Nicola lui fait perdre une très grosse somme d’argent à un jeu télévisé.

Le jeu télévisé"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Le jeu télévisé
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

L’anecdote est confirmée par De Sica lui même à la fin du film.

Vittorio De Sica"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Vittorio De Sica
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

Hommage, pastiche, citation ou détournement, d’autres films évoquent « Le voleur de bicyclette » :

"Le voleur de savonnettes" de Maurizio Nichetti, 1989

« Le voleur de savonnettes » de Maurizio Nichetti, 1989

"The player" de Robert Altman, 1992

« The player » de Robert Altman, 1992

"La graine et le mulet" d'Abdellatif Kechiche, 2007

« La graine et le mulet » d’Abdellatif Kechiche, 2007