« École et Cinéma 92″, Même pas peur !

couv

Cinq photogrammes issus des courts métrages du programme « Même pas peur ! » lié au dispositif « École et Cinéma »

« On les (ses peurs) approche, en revanche, avec infiniment plus de douceur, quand on peut les rencontrer dans un récit qui, tout en nous racontant des histoires lointaines, nous parle aussi de nous…  …/… Les récits sont de véritables cadeaux, les plus beaux cadeaux qu’on puisse offrir aux enfants : ils leur parlent d’eux sans les violer dans leur intimité. Il les relient, à travers les âges et au-delà des histoires singulières de chacune et de chacun, à la communauté des humains dans ce qu’elle a de plus universel.  »                                    Même pas peur de la peur !, Philippe Mérieu dans Même pas peur !, ouvrage collectif, Gallimard Jeunesse, 2012

Formation en distanciel le mercredi 31 mars 2021

Document à télécharger : Bibliographie, filmographie, sitographie                                                                                                                                                                                     Le Pain et la rue, Abbas Kiarostami, 1970

pain-et-la-rue-le-01

 » …/…  J’avais trente ans lorsque j’ai réalisé Le pain et la rue, il y avait des enfants autour de moi qui m’ont permis de replonger dans cet univers. Et ma propre enfance n’étant pas si éloignée, j’ai eu recours à une émotion très forte issue de ma propre expérience. Comme beaucoup d’entre nous, j’avais peur des chiens, et dans ma famille j’avais la responsabilité d’aller chercher le pain. La distance était longue, c’était l’après-guerre et il fallait passer par ce dédale de ruelles, le pain à la main. Je me suis rappelé mon propre désarroi et il me semble qu’encore aujourd’hui je n’ai guère de mal à me replonger dans les émotions positives ou négatives qui étaient les miennes à cet âge-là. L’enfant qui est en nous n’est jamais loin. »                                                               Cahier de l’invité, SAPHIRE, Abbas Kiarostami, 2013

Documents à télécharger : Images séquentiellesOù est la maison de mon ami ? la scène du chienplans subjectifs

Allez Hop !, Juliette Baily, 2012                                                                              Documents à télécharger : Imagine et dessine l’environnement autour du plongeoir et de la nageuse.Recherches graphiques

la piscine from GIF TEAM on Vimeo.

Shopping, Vladilen Vierny, 2013

microgeste1Documents à télécharger : La caméra au plus près du personnageJuste une mise au point !Un accessoire clé !

La Saint-Festin, Anne-Laure Daffis et Léo Marchand, 2007                                                      Documents à télécharger : - Le montage alternéEmpathie,L’échelle des plans,Le jeu des différencesL’art des mélanges,

LES VOISINS DE MES VOISINS SONT MES VOISINS – TEASER from LARDUX FILMS on Vimeo.

 La grosse bête, Pierre-Luc Granjon, 2013

changement de tableau  Documents à télécharger : Images séquentiellesDossier préparatoire

« Ecole et Cinéma 92  » Pierre et le loup

faceà face6

« Pierre et le loup » Suzie Templeton, 2009

« Si cela n’avait tenu qu’à moi, je n’aurais pas choisi ce sujet. C’était terrifiant de reprendre une œuvre aussi connue et aussi appréciée. J’aurais préféré écrire quelque chose d’entièrement nouveau. Mais dans le même temps, je voulais vraiment le faire. Enfant, j’adorais cette œuvre. Au moment où j’ai été approchée, je ne savais pas qu’elle avait été adaptée par Disney et par d’autres cinéastes, et j’ai été encore plus terrifiée quand je me suis rendu compte que cela avait été fait autant de fois ! Je me suis demandée ce que je pouvais apporter de plus ou de différent. Je ne voulais surtout pas répéter les choses. Alors j’ai regardé toutes les versions que j’ai pu trouver pour m’assurer de ne surtout pas les copier. Par chance, cela m’a permis de me rendre compte que ce que j’imaginais était totalement différent. »                                                                                              Interview de Suzie Templeton

« Oui je peux être agacé parfois par l’image édulcorée qu’on réserve au jeune public dans un certain nombre d’œuvres dites « pour enfants ». L’univers enfantin n’est pas tout rose, il est fait de grands bonheurs, mais aussi de grandes peines, de grosses colères, de grands drames. Enfant on vit les choses pleinement. Quand on joue on est totalement pris par le jeu, sans penser qu’on est en train de jouer. Les adultes ont tendance à oublier ce qu’était l’enfance, ce n’est pas Disneyland. »                          Interview de Pierre-Luc Granjon

Projection-conférence :                                                                                                Pierre et le loup, Suzie Templeton, 2009                                                                    Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                  Samedi 3 octobre 2020                                                                                              Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                        Samedi 10 octobre 2020                                                                                                      Co-animation avec Marc Laugenie (Conseiller pédagogique en musique)

À télécharger : Pour aller plus loin …Le générique d’ouvertureJeu de regardFace à faceAngles de vueChamp-contrechampLe corps de Pierre                                              Et aussi : Pierre et le loup, texte de ProkofievLe dépliage d’oeuvres

En 1957, pour l’un de ses programmes télévisés, Walt Disney a raconté la visite de Prokofiev à Hollywood en 1938. Le pianiste Ingolf Dahl joue le rôle de Prokofiev.

Présentation du « Loup blanc » par Pierre-Luc Granjon.

présentationLBÀ télécharger : D’un film à l’autre

« Ecole et Cinéma 92″, Le Magicien d’Oz

c

Les contes de fées parlent parfois de passages et de galeries garnis des deux côtés de baraques pleines de séduction et de périls. J’étais dans mon enfance familier d’une
allée de ce genre, qui s’appelait la rue Serpentine.
Enfance berlinoise
, Walter Benjamin, L’Herme, 2012

Projection-conférence :                                                                                                 Le magicien d’Oz, Victor Fleming, 1939                                                                       Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                   Samedi 1 février 2020                                                                                               Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                         Samedi 7 mars 2020                                                                                                       Co-animation avec Marc Laugenie (Conseiller pédagogique en musique)

À télécharger : bibliographie-filmographieSur la route…Les personnages du rêve à la réalité (1)Les personnages de la réalité au rêve (2)Les personnages de la réalité au rêve (3)Tante Em et GlindaLa scène de la tornade, arrêt sur imageDu livre au film « Tout était gris là-bas. »Donner de la couleur à cette scène

Deux versions du personnage de Dorothy, la première est celle du réalisateur Richard Thorpe et la deuxième de George Cukor.

Judy

Images de test pour la séance de la tornade !

La chanson Over the Rainbow interprétée par Renée Zellweger, Judy de Rupert Goold, 2020

Florence Force, conseillère pédagogique dans les Hauts de Seine, propose des pistes d’analyses du roman de L. Frank Baum. MERCI à elle !

Oz folio

« Ecole et cinéma 92″ Ma vie de Courgette

A-la-neige_6-1200x758

Un plateau de tournage de « Ma vie de courgette »

 » L’animateur est celui qui connaît intimement sa marionnette : il sait comment elle se plie, où sont ses limites, comment elle va avoir l’air gai ou triste. C’est presque du chamanisme et moi qui ne suit que l’intermédiaire entre l’animateur et la poupée, je trouve ça fascinant. J’ai souvent utilisé de longs plans séquences sur les regards et les émotions plutôt qu’un découpe champ-contre-champ classiquement utilisé pour l’animation. Cela donne au film un rythme singulier, plutôt lent. »                                                                                                                                                 Claude Barras, cité dans Kirikou et après …, page 194

 » Le film devait être résolument à hauteur d’enfant et pour moi être à hauteur d’enfant c’est le prendre au sérieux en tant que personnage et en tant que spectateur. Il y avait pour Ma Vie de Courgette un parti pris de ne pas idéaliser l’enfance. C’est un film ancré dans son époque, un film engagé. »                                                                                                                                                               Interview de Céline Sciamma dans Challenge(s), 15-05-2016

Projection-conférence :                                                                                                     Ma vie de Courgette, Claude Barras, 2016                                                                 Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 14 décembre 2019                                                                                       Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                         Samedi 11 janvier 2020

 Documents à télécharger : Pour aller plus loinLes personnagesLe cerf-volantLa canetteLes dessinsAutobiographie d’une Courgette1L’arrivée au foyerAutobiographie d’une Courgette2Le stand de tirLe vent nous portera

Parce qu’on ne s’en lasse pas, Sophie Hunger.

Le 119, au service des droits de l’enfant.

affiche119Et aussi ici, , et encore  !

Claude Barras parle de son parcours …

« Ecole et cinéma 92″, Le Chant de la Mer

dessin mythe

« Viens, enfant des hommes, viens vers le lac et vers la lande en tenant la main d’une fée.   Car il y a plus de larmes au monde que tu ne peux comprendre. »                                                                                 William Butler Yeats, The Stolen Child (L’enfant volé), 1886

Projection-conférence :                                                                                                 Le chant de la Mer de Tomm Moore, 2014                                                                           Co-animée avec Claire Frayssignes                                                                                 Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                       Samedi 16 mars 2019                                                                                                 Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                                   Samedi 23 mars 2019

Documents à télécharger : Pour aller plus loin1Pour aller plus loin2Du réel à l’imaginaire 1Du réel à l’imaginaire 2ConnorLes anniversairesLe géant Mac Lir et les origines celtes de la fête d’Halloweenpoème et chant de la merSynopsisDes avis sur le filmCercles et spirales

Le premier trailer du Chant de la Mer…

Making-of

La chanson de la mer, de Birdpaula et Nolwenn Leroy, 2014

« Ecole et cinéma 92″ Le garçon et le monde

enfantmonde-affiche-bresil2 On ne peut pas raconter un dessin animé.                                                                     C’est comme une orange,                                                                                                 on ne peut pas raconter une orange :                                                                                on peut l’éplucher, la manger, et c’est tout.                                                                Jacques Prévert dans Le roi et l’oiseau de Jean-Pierre Pagliano, Éditions Belin, 2012

 Projection-conférence :                                                                                                   Le garçon et le monde de Alê Abreu, 2013                                                                           Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                   Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                       Samedi 8 décembre 2018                                                                                                 Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                                   Samedi 12 janvier 2019

Documents à télécharger : Pour aller plus loinCaméra-subjectiveLes machines musiciennesDe la cueillette du coton..., Un collage de textures …

Ciné concert Le Garçon et le Monde, GEM, 2005

Machines musicales de Jean Tinguely

Canto latino de Milton Nascimento, 1970

Et aussi Levantados do Chão de Chico Buarque et Milton Nascimento, Assentamento, Brejo da Cruz et Fantasia  de Chico Buarque.

Brazil : songs of protest de Zelia Barbosa, 1969

« Ecole et cinéma 92″ Les burlesques

arrière plan

« Charlot fait une cure (The cure) « , Charles Chaplin, 1917

 » Sommes décidés à vous citer en justice pour douleurs intercostales dues à hilarité excessive : avons vu The Cure. Télégramme reçu par Chaplin envoyé par Marie Pickford et Douglas Fairbanks. »                                                                                                                    Le cinéma comique américain, Tarte à la crème et coups de pied aux fesses, vol 1, Enrico Giacovelli, Gremese, 2012, page 74

Projection-conférence :                                                                                           Charlot fait une cure, Charles Chaplin, 1917                                                                   Malec forgeron, Buster Keaton, 1922                                                                               Pour épater les poules, Charles R. Bowers, 1925                                                   Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                                     Samedi 6 octobre 2018                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 13 octobre 2018

Documents accompagnant la conférence : biblio-sitographiephotogrammes de présentation

profondeur de champ

« Charlot fait une cure », Charles Chaplin, 1917

À télécharger : Doc1, une chute attenduedoc2, quiproquo autour d’une tasse de thé

gag de la fenêtre...

« Malec forgeron », Buster Keaton, 1922

À télécharger : doc3, l’art du contraste

roue

« Pour épater les poules », Charles R. Bowers, 1925

À télécharger : doc4, les objets détournésLes cartons et le fil narratif

Pour comparer les machines à oeufs de Keaton et Bowers !

Du côté des Arts plastiques : machines et détournements d’objets

Le cours des choses

 » Le cours des choses Der lauf der Dinge) » de Peter Fischli et David Weiss, 1987

« Ecole et Cinéma 92″ La Barbe à papa

duo3 (1)

« … les bons films sont rarement bien-pensants, c’est-à-dire immédiatement digestes et recyclables en idées simples et idéologiquement correctes. »                                                                                                                           Alain Bergala, L’hypothèse cinéma, 2002

Projection – conférence :                                                                                               La Barbe à papa (Paper Moon) de Peter Bogdanovich, 1973                                            Co-animée avec Claire Frayssignes                                                                    Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 17 mars 2018                                                                                                         Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                        Samedi 7 avril 2018

Documents accompagnant la conférence : Pour aller plus loinPaper Moon et les années 30 aux Etats-UnisSur la route                                                                                            Documents élaborés par Claire Frayssignes : La Grande DépressionLa Prohibition aux Etats-UnisLes raisins de la colère extraitLa boîte d’Addie pour enseignantsImage ricochet

Superbes photos de plateau et quelques vidéos du tournage dans lesquelles la complicité entre Ryan et Tatum O’Neal éclate !

Tatum O’Neal reçoit l’oscar de meilleur « second rôle » !!!

Et aussi…

1935

Shirley Temple avec la photo du président Roosevelt dédicacée à son nom, 1935

Lewis Hine

Jeunes marchands de journaux de Lewis Hine, Saint Louis, 1910

les raisins de la colère

Les raisins de la colère de John Ford, 1940