« L’île de Black Mór » École et Cinéma 92

couv

« L’histoire a d’abord été écrite sous forme de roman, en y mettant tous les rêves d’aventures de mer qui me hantaient lorsque j’avais treize ans et qui ne m’ont pas quitté. Ces rêves se référaient davantage à Conrad ou Stevenson (en particulier David Balfour qui était mon personnage préféré). Le périple de ce gamin sur l’océan, et ses aventures, le placent chaque fois devant un vrai problème d’adolescent, intime et secret. Il s’agissait pour moi de le rendre crédible « par l’intérieur »… »    Jean-François Laguionie rétrospective, l’ADRC, 2019

« Moi je suis un vieux bonhomme, mais je me sens complètement immature, et quand je fais un film, je parle à l’enfant qui est en moi. Et inversement, quand j’étais enfant, je me considérais déjà comme un adulte. Donc je ne voulais pas qu’on me raconte de bêtises. »                                                                          Laguionie en été, France Culture, 2019

Projection-conférence :                                                                                               L’île de Black Mór de Jean-François Laguionie, 2004                                                     Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                         Samedi 3 décembre 2022                                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 10 décembre 2022

Documents à télécharger : Pour aller plus loin…Personnages1Personnages2,                       Personnages3Personnages4Le travail forcé à l’orphelinatLes illustrations en tête des quatre parties du romanLe bois d’ébèneLa traite atlantiqueLe Cotre ou CutterDes coordonnées au planisphèreDes chiffres et des lettresLes chansons du film

Jean-François Laguionie et Christophe Héral, réalisateur et compositeur de L’Île de Black Mór, parlent de leur collaboration au Festival Gindou, à voir et à écouter à ce lien  :    https://www.youtube.com/watch?v=Fy-CT9w3Fro

Capture d’écran 2022-12-02 à 21.43.25

Festival 2018

« La Petite vendeuse de Soleil » École et Cinéma 79

Capture d’écran 2022-11-14 à 15.09.42

« La complicité professionnelle entre Djibril et moi a débuté quand il a eu sa caméra en main. C’était en 1965. Il avait dix-huit ans : un âge précoce dans un pays où le cinéma n’existait pas. J’étais à l’école et je séchais les cours pour l’accompagner dans son aventure. Donc vous voyez à quel point nous étions déjà, très tôt, portés vers des questionnements de lumière, d’ombre, de mouvement, de son, etc. C’est ce qui fait que je suis devenu musicien, grâce à l’écoute de la société, de l’environnement, à l’observation, des quantités de choses, des personnages insolites qui cernaient notre existence. Il suffit d’être attentif, c’est comme cela que l’on porte les choses qui nous habitent. Toute cette absorption de choses essentielles, douloureuses, fait de nous des soi-disant artistes. Car chacun détient un témoignage, une expérience, une existence. À charge alors pour nous d’essayer de les manifester par la photo, la musique ou le cinéma. C’est ce qui fait de nous tous des artistes. Chacun est l’artiste de son existence propre. Chacun peut raconter sa vie et étonner les autres. »  « Ce que je dois à Djibril… » Wasis Diop, Fatou Kiné Sène, 2008

Projection conférence :                                                                                                       La Petite vendeuse de Soleil, Djibril Diop Mambéty, 1998                                                       Cinéma Le Moulin du Roc à Niort                                                                                           Mercredi 23 octobre 2022

À télécharger :  Pour aller plus loinLe tailleur de pierreSéquence d’ouvertureSous le signe de l’astre solaireMendicitéLe plus jeune animal

© Photo Bouna Medoune Seye

« Les trottoirs de Dakar », Bouna Medoune Seye, Éditions Revue Noire, 1992

Archives du soleil

« Archives du soleil », Cheikh Ndiaye, Édition Suture, 2021

« Ma première séance » 2022-2023

couv  « Il faut toujours dire ce que l’on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit. »  Notre jeunesse, cahiers de la quinzaine, Charles Péguy, 1910                      « L’ennui avec les humains, c’est qu’ils voient l’univers avec leurs idées, bien plus qu’avec leurs yeux. »  Si les lions pouvaient parler, sous la direction de Boris Cyrulnik, Gallimard, 1998  

 Projection-conférence :                                                                                             Cinéma Le Méliès à Montreuil                                                                                     Mercredi 9 novembre 2022

Documents à télécharger : Pour aller plus loinDans Paris…

Capture d’écran 2022-11-07 à 11.36.15

Il était une ville

Documents à télécharger : les villesJeux de regardsPoints de vue Le jardin perduPlans objectifs et subjectifs – des parties au toutImages séquentiellesÀ chaque court métrage son oiseau…

2

Des traversées

Documents à télécharger : Des traverséesJouer avec le cadre1Où est le lynx ?ParkingD’un maître à l’autreplan subjectifLes angles de prise de vueImages abstraites ou figuratives ?La rencontreLes métamorphoses du chatJouer avec le cadre2Imagine !

« Maternelle au Cinéma » 92 -2022-2023

couv Deux temps de formation sur les deux premiers programmes de l’année :                               mercredi 19 octobre 2022                                                                                           mercredi 16 novembre 2022                                                                                             au collège Maréchal Leclerc de Puteaux

Doggone tired

Doggone tired, Tex Avery, 1949

 DUOS DE CHOC, à télécharger : Filmographie: bibliographieL’échassierVoir à travers les yeux d’une grenouilleD’un duo à l’autre…Le chapeau comme partenaire de jeuUn chasseur sans têteD’un bruit à l’autreles émotionsUne métamorphoseQue voit-il ?Jeu de KimJeu de mémoireLes dessins préparatoires à l’aquarelle. Et aussi ici

Pilotin

Pilotin, Leo Lionni, Giulio Gianini, 1966

LE PETIT MONDE DE LEO, à télécharger : Filmographie:bibliographieLeo Lionni ou l’histoire d’un hollandais autodidacteLes provisions de FrédéricRévolution, Gianni RodariUn-poisson…Images-séquentielles-De l’idée à la réalisation. Et aussi ici   

École et Cinéma 94, « Le voyage de Chihiro »

site  » Face à une crise, la combattante qui se cache au cœur de Chihiro émerge, et sa capacité à s’adapter et à évaluer la situation s’affirme. Je ne souhaitais pas qu’elle soit une héroïne parfaite : la beauté vient de son coeur et de la profondeur de son âme. »                                   Hayao Miyazaki, citation extraite du Voyage avec Chihiro, Marta García Villar, Ynnis, 2022

« J’espère que Le Voyage de Chihiro n’est pas considéré comme un voyage initiatique. À la fin du film, Chihiro a simplement appris à avoir confiance en elle-même. »                            Hayao Miyazaki, The Anime Art of Hayao Miyazaki, Dani Cavallaro, McFarland & Co, 2006

« Il ne s’agit pas d’une histoire de lutte entre le bien et le mal, mais d’une histoire dans laquelle l’héroïne atterrit dans un lieu où le bien et le mal vont de pair, et de là, elle expérimente le monde. […] Elle se débrouille malgré la crise, esquive les dangers et parvient à revenir au monde réel. Elle s’en sort non pas parce qu’elle a vaincu « le mal, mais parce qu’elle a appris à survivre. »                                                                                                                      Hayao Miyazaki, The Art of Miyazaki’s Spirited Away, Viz LLC, 2003

Projection-conférence :                                                                                                     Le voyage de Chihiro, Hayao Miyazaki, 2002                                                     Les Trois cinés Robespierre à Vitry-sur-Seine                                                             Mercredi 12 octobre 2022

Documents à télécharger : Pour aller plus loinDe Chihiro à SenD’un passage à l’autreLe shinto ou la voie des KamiDes métamorphosesLa métamorphose de BôL’extrait La descente d’escalier 1L’extrait La descente d’escalier 2

Hayao Miyazaki présente Le Voyage de Chihiro au Forum des images, interview à lire ici.

Festival Nouvelles images du Japon (2001)

Festival Nouvelles images du Japon (2001)

Un autre article passionnant à lire  » Visite des mondes merveilleux de Miyazaki ».

palais-des-bains-Chihiro

Aussi ici et !

Et jusqu’au 15 janvier 2023, le Japon est à l’honneur au Forum des Images : Le Japon, Mishima et moi.

Le japon, Mishima et moi

« Maternelle au Cinéma » 95 – 2022-2023

couverture

Conter est un acte naturel. C’est raconter quelque chose qui vous intéresse et que vous voudriez faire partager comme une bonne nourriture. Cela se fait simplement depuis que l’homme parle .                                                                                                                Petit Poucet deviendra grand, Le travail du conte, Mollat Éditeur, Pierre Lafforgue, 1995

 Conférence au …                                                                                                       Centre Culturel Picasso de Montigny-lès-Cormeilles                                                   Mercredi 5 octobre 2022

Le Petit Monde de Leo de Leo Lionni et Giulio Gianini

Capture d’écran 2022-10-03 à 15.47.42

Documents à télécharger : Pour aller plus loinLeo Lionni ou l’histoire d’un hollandais autodidacteRévolution, Gianni Rodari et aussi ici et .

Capture d’écran 2022-10-04 à 16.49.56

Pour écouter la conférence c’est ici !

Les contes de la Mère Poule de Farkhondeh Torabi, Vajiollah Fard-e-Moghadam et  Morteza Ahadi SarkaniCapture d’écran 2022-10-03 à 16.15.10Documents à télécharger : Pour aller plus loinLe loup et les sept chevreaux, les frères GrimmLa chèvre et le piège et aussi ici.

Et pour finir, un article passionnant de Sophie D’Ambroso, bibliothécaire jeunesse !

« Mon Premier Cinéma », 2022-2023

couv« J’ai fait un rêve. J’emmenais pour la première fois Jazz, mon petit fils au cinéma. Le 15 décembre 2025, pour ses cinq ans. (…/…) Comment te raconter ça (le cinéma), Jazz, ô Jazz. Imagine une salle, une salle comme, comme un supermarché, tu vois ? oui, comme le supermarché en bas de chez toi, voilà, oui, grand comme ça, très grand mais sans les étagères où il y a les céréales d’insectes, les saloperies sous plastiques, les lessives qui polluent et les bonbons qui pourrissent le ventre, tu vois, juste la salle du supermarché vide et au lieu que les gens soient debout, ils sont assis. Eh oui, assis dans des fauteuils et ce qui est marrant, c’est que tous les fauteuils sont tournés du même coté. Pas en face l’un de l’autre comme chez toi, non, tous tournés vers le grand mur au fond. Pourquoi ? Eh bien parce que au fond, sur ce grand mur blanc, c’est ça l’idée, là, tu vas voir le film. Comment ça, t’es déçu parce c’est juste un film comme sur ta tablette ? Ah mais non, Jazz, mais non, justement c’est pas JUSTE un film, c’est un film au CINEMA ! ( c’est dingue ce que je peux m’énerver dans un rêve, moi ) Et un film au cinéma c’est comment te dire, c’est pas un film, c’est un film au cinéma. Tout devient noir, les lumières s’éteignent, tu entends les gens qui font chttt, chttt et puis devant toi, devant tes yeux, ça commence.                                                                  Tu vois la terre depuis les étoiles et la musique commence, des grosses lettres tournent autour de la terre, ça brille, et c’est écrit en très grosses lettres que ce que tu vas voir est universel, c’est à dire que tout le monde le comprend, c’est un langage sans mots, et comme c’est en très gros, c’est très visible. Et puis un immense visage mille fois plus grand que le tien, petit Jazz, se met à parler et peu importe, c’est incroyable, tu es subjugué par ces yeux, cette bouche, et tout ça bouge et derrière ce visage, ça bouge aussi, une ville, une forêt, un désert, d’autres gens et c’est comme si tu sautais dans ce que tu voyais, tellement c’est grand, tellement c’est le monde qu’il y’a devant tes yeux, voilà c’est ça le cinéma. Mais non, je pleure pas, nain, je pleure pas, j’ai marché sur un oignon oublié du supermarché. »                            Il était une fois au cinéma, La chronique d’Hippolyte Girardot, 11/12/20, France Inter

 Projection et formation ligne                                                                                           Mardi 11 octobre 2022

Documents à télécharger : Dossier de présentationPour aller plus loinMordre, se faire mordrePleurs et consolationsLes émotions du chatDu livre au filmVems Mormor ?Vems Mormor ? 2Vems Mormor ? 3Figures Nounourse

programme1

 Projection-conférence :                                                                                           Studio des Ursulines                                                                                                     Mardi 29 novembre 2022                                                                                               Avec l’équipe d’Enfances au Cinéma

Capture d’écran 2022-11-21 à 19.15.17

 » Il me semble que le premier enfant qui eut l’idée de placer ses petites mains devant une source lumineuse en agitant les doigts pour voir leur ombre démesurément grandie danser sur les parois d’une grotte ou sur un mur inventa le cinématographe. Mais l’opinion la plus courante est que le cinéma est fils de la lanterne magique, de la photographie et de l’électricité. »                                                                                                                       La Fée-Cinéma, Autobiographie d’une pionnière, Alice Guy, Gallimard, 2022 

Capture d’écran 2022-11-22 à 07.17.08

Documents à télécharger : Pour aller plus loinUne femme très occupéeLe secours aux trois filsUne histoire au zoo, images séquentiellesUne histoire de points de vueLa rencontreUn dialogue imagéune rencontre mystérieuseUn duo aérienDe drôles de personnagesLa tour chancelleY a-t-il une pilote dans l’avion ?Une héroïne de 4 ans, Images séquentiellesLe parc des Buttes ChaumontL’écluse et le film nitrate

présentation

Documents à télécharger :Pour aller plus loin 2,  Une leçon de cinémaLe robot de Radi BoL’oiseau et l’avion télécommandéLe doudou Yéti et aussi ici et .

« Ernest et Célestine », École et Cinéma 44

couv2

Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier, 2012

« J’ai tout aimé de cette industrie d’un autre siècle – le savoir-faire de chaque personne sur un plateau de tournage. Et l’alchimie de l’ensemble- nulle part ne se vérifiait plus que sur un film l’idée que l’addition d’efforts collectifs pouvait être supérieure à la somme du travail de chacun. »                                                                                                                        Cher connard, Virginie Despentes, Grasset, 2022

Projection-conférence :                                                                                            Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier                   Cinéma Lutétia de Saint-Herblain                                                                                        Mercredi 21 septembre 2022

Documents à télécharger :  Pour aller plus loinLa rencontre d’Ernest et CélestineDe l’amorce au plan subjectifHiver-printempsLa naissance d’une artisteUn ours aux mille talentsMise en voix au tribunal. D’autres ressources ici, , et encore !

« Je ne peux alors m’empêcher de penser à Chaplin et particulièrement à The Kid. Chaplin évidemment ! Entre Ernest, Chaplin et Célestine, il faut (aller) voir comme ça ricoche de partout !  »                                                Camille Girard, Point de vue sur le site Nanouk

1

2

3

 Et très bientôt un deuxième long métrage Ernest et Célestine- Le voyage en Charabie au cinéma…

affiche en Charabie