« Le Livre de la Jungle » au festival « Les Yeux Ouverts »

Kaa et M

« Le livre de la Jungle » de Zoltan Korda, 1942

« Le Livre de la Jungle » adapté des contes de Rudyard Kipling suscitait encore plus de difficultés puisqu’il mettait en scène des animaux vivants et des gens. Une jungle indienne fut créée sur les terrains du studio. Vincent dépensa beaucoup d’argent pour fabriquer Kaa, l’énorme python aquatique parlant, qui était fait en caoutchouc tendu sur un châssis articulé et mis en mouvement par des accessoiristes avec des câbles dissimulés sous l’eau. Kaa devint une hantise pour tout le monde tellement il était difficile de le mouvoir d’une manière réaliste. »                                                                                                                     Des vies de rêve, Histoire d’une famille de Michael Korda, Robert Laffont, 1981

Sous un ciel bleu estival, la superbe affiche d’Alain Kokor se détache, elle annonce avec humour la deuxième édition du festival jeune public Les Yeux Ouverts organisée par l’association Havre de Cinéma.

IMG_3146

Pour plus de 200 enfants, ces 10 jours sont le point d’orgue d’un projet mené avec leur classe, La Petite Ecole de Cinéma, au cours duquel ils ont appris à être un spectateur averti en passant de l’autre côté de l’écran et de la caméra.                                                Dans ce cadre privilégié, j’ai eu la chance d’accueillir 8 classes d’écoliers et de collégiens dans la médiathèque Niemeyer pour un échange animé sur Comment montrer l’impossible au cinéma ?

IMG_3084

Médiathèque Niemeyer du Havre

L’adaptation Du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling par les frères Korda en 1942, vue par l’ensemble des classes au Cinéma Le Studio, a été le déclencheur pour un voyage dans l’histoire du cinéma… Si l’imagination des romanciers est sans limite, qu’en est-il pour le cinéma ? Comment les réalisateurs ont-ils mis en scène la cohabitation entre Mowgli et les animaux sauvages ? Cohabitation qui nous fait rêver mais ô combien dangereuse dans la réalité ! Extraits de films, photographies et making-of soutenaient l’échange…

avec la classe ULIS du Collège des Ormeaux

avec la classe ULIS du Collège des Ormeaux

... avec la classe de CM2 de l'école Raspail

... avec la classe de CM2 de l'école Raspail

… avec la classe de CM2 de l’école Raspail

Le journal de France 3 Baie de Seine parle du festival Les Yeux Ouverts, c’est à 4’30 !

Atelier « Enfances au Cinéma », Les Trois Brigands

13-b

La classe de MS-GS de l’école Dunoy / Cinéma l’Escurial

Les classes maternelles, inscrites dans le dispositif Enfances au cinéma, ont été accueillies à trois reprises dans leur cinéma de quartier. Les enfants ont découvert ainsi deux programmes de courts métrages et le long métrage de Hayo Freitas, Les Trois Brigands.  A la suite de cette dernière projection, cinq classes ont participé  à un atelier De l’album au film, permettant aux élèves de comparer le film à l’album d’origine créé par l’artiste Tomi Ungerer.

Après une relecture de l’album les enfants ont recherché comment le réalisateur avait pu faire un film de plus d’une heure à partir de cette courte histoire. Des photogrammes et des extraits du film ont guidé les enfants…

Bonnes vacances !

La classe de MS-GS de l’école du Capitaine Lagache / Cinéma des Cinéastes

L1120238 (1)

La classe de PS-MS de l’école Pierre Bullet / Cinéma Le Brady

13-a

La classe de MS-GS de l’école Dunoy / Cinéma l’Escurial

Les enfants ont ensuite animé deux images fixes. Vive les jouets et les illusions optiques !

4éme

La classe de MS de l’école des Hospitalières Saint-Gervais / Cinéma Lumino

18

La classe de MS-GS de l’école Vauvenargues / Cinéma des Cinéastes

Une petite fille créatrice a inventé son propre feuilletoscope. Un très grand bravo à elle !

IMG_2896

La classe de MS-GS de l’école du Capitaine Lagache / Cinéma des Cinéastes

« Ecole et cinéma » dans la Meuse

couv

Projection-conférence :                                                                                      Monsieur et monsieur de Bretislav Pojar, 1965-1973                                                            Cinéma François Truffaut de Commercy                                                                                Lundi 26 mars 2018                                                                                                          Monsieur et monsieur de Bretislav Pojar, 1965-1973                                                            Le Garçon et le monde de Alê Abreu, 2013                                                                          Cinéma Colisée de Bar-le-Duc                                                                                              Jeudi 5 avril 2018

Pour aller plus loin : Bibliographie / sitographie

écran

Quand on était jeunes… de Bretislav Pojar et Miroslav Stepánek

Documents accompagnant la conférence : Images séquentiellesPetite leçon de jardinageTransformationsMétamorphoses1Métamorphoses2

The « Teddy » Bears, la séquence animée des oursons acrobates : 3 mins 30 – 5 mins 15

monde_2

« Le Garçon et le monde » de Alê Abreu

Documents accompagnant la conférence : Les lieux de vieCaméra subjectiveDe la graine à l’arbre…De la cueillette…La musiqueUn collage de textures et de techniques d’animations différentesLes animaux machines

Performance du GEM (Groupe de Musique Expérimentale) avec la participation exceptionnelle du percussionniste Naná Vasconcelos.

« Parcours de formation en crèche » avec Cinémas 93

couv« Chanter, lire des livres, danser, peindre, dessiner, photographier, filmer … tout autant que manger, dormir, bouger, toucher, caresser, babiller, … pour rire, jouer, réfléchir, pleurer, lier, délier, cultiver notre être vivant … pour découvrir, imaginer, penser, vivre… pour habiter et représenter le monde, pour lire le monde… et donner sens avec tous ses sens. Pour cultiver le lien à soi et aux autres. »                                                                               Extrait du rapport Giampino au gouvernement le 9 mai 2017, « Développement jeune enfant – Modes d’accueil, formation des professionnels »

Le parcours de formation initié l’an dernier à la crèche Saint-Leu de Villetaneuse a été proposé cette année à l’équipe de la crèche départementale Dugny. L’ensemble du personnel s’est retrouvé le 16 mars au cinéma André Malraux du Bourget pour rencontrer Doris Gruel, représentante du distributeur KMBO. Des projections de courts métrages et des échanges ont ponctué cette matinée riche en découvertes.

LPF

« La Création » de Cristina Lastrego et Francesco Testa, Italie, 2010, 10’

L’après-midi était consacré à la réflexion sur l’élaboration d’un programme pour les tout-petits. Merci à Xavier Grizon de son invitation à venir présenter un coup de coeur !          Beaucoup de plaisir à partager sur le très beau court métrage de Uzi et Lotta Geffenblad,  Les cadeaux d’Aston

plongeoir

« Les cadeaux d’Aston » de Uzi et Lotta Geffenblad, Suède, 2012, 9′

A l’issue de cette journée, l’équipe s’est constituée en différents groupes pour élaborer un temps de restitution à destination des enfants et de leur famille : constituer un programme de courts métrages à projeter, aménager un espace pour la projection et… préparer un spectacle d’ombres…  Work in progress !

1

Séance du 20 février 2018

3

Séance du 23 février 2018

4

Séance du 23 février 2018

« Ecole et Cinéma 92″ La Barbe à papa

duo3 (1)

« … les bons films sont rarement bien-pensants, c’est-à-dire immédiatement digestes et recyclables en idées simples et idéologiquement correctes. »                                                                                                                           Alain Bergala, L’hypothèse cinéma, 2002

Projection – conférence :                                                                                              La Barbe à papa (Paper Moon) de Peter Bogdanovich, 1973                                         Co-animée avec Claire Frayssignes                                                                 Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                           Samedi 17 mars 2018                                                                                                         Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                       Samedi 7 avril 2018

Documents accompagnant la conférence : Pour aller plus loinPaper Moon et les années 30 aux Etats-UnisSur la route                                                                                            Documents élaborés par Claire Frayssignes : La Grande DépressionLa Prohibition aux Etats-UnisLes raisins de la colère extraitLa boîte d’Addie pour enseignantsImage ricochet

Superbes photos de plateau et quelques vidéos du tournage dans lesquelles la complicité entre Ryan et Tatum O’Neal éclate !

Tatum O’Neal reçoit l’oscar de meilleur « second rôle » !!!

Et aussi…

1935

Shirley Temple avec la photo du président Roosevelt dédicacée à son nom, 1935

Lewis Hine

Jeunes marchands de journaux de Lewis Hine, Saint Louis, 1910

les raisins de la colère

Les raisins de la colère de John Ford, 1940

Roman-Photo au Mucem

IMG_9846

Visuel de l’exposition du Mucem (13 décembre 2017 – 23 avril 2018)

Le Mucem consacre une exposition passionnante à cette nouvelle forme de récit en images née en Italie au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Petite mise en bouche avec le documentaire d’Antonioni, L’Amorosa MenzognaLe réalisateur italien dévoile dans son court métrage les coulisses de fabrication des romans photos ainsi que l’engouement populaire pour ces récits et leurs vedettes.

55c5-lies-of-love

Photogramme de L’Amorosa Menzogna (Le mensonge Amoureux) de Michel Angelo Antonioni, 1949

L’amorosa-menzogna1

Photogramme de L’Amorosa Menzogna (Le mensonge Amoureux) de Michel Angelo Antonioni, 1949

Le photogramme ci-dessus illustre bien le jeu des acteurs qui travaillent en tableaux fixes en suivant les indications du photographe. L’image doit être très lisible, les gestes et les expressions des acteurs sont amplifiés. Les décors sont quant à eux très simples et les accessoires peuvent être dessinées sur l’image.                                                               En parallèle du roman-photo sentimental se développe dans les années 50-60, le ciné-roman. Appelé aussi le cinéma du pauvre, le récit est construit à partir des photogrammes des films ou de photographies réalisées lors du tournage par un photographe de plateau.

IMG_9829 (1)

Ciné-roman « À bout de souffle » du photographe de plateau Raymond Cauchetier, Le Parisien Libéré, 1969

La Nouvelle Vague flirte avec ce genre populaire. À bout de souffle de Jean-Luc Godard bénéficie dès sa sortie de plusieurs adaptations en ciné-roman. Le livre de Pierre Pinchon, Contrebandes Godard, nous donne accès aux fac-similés de ces différentes versions. Leur comparaison est riche d’enseignements. La preuve en images avec la séquence finale du film.

Extrait « À bout de souffle », Le Hérisson, 2 pages, 1960

Extrait « À bout de souffle », Votre Film, 1962

C

Extrait « À bout de souffle », Le Parisien Libéré, 1969

La télévision joue à son tour avec ce médium. En 1966, le magazine télévisé Dim, Dam, Dom produit un court métrage à la forme originale. Parodie des histoires sentimentales, il nous raconte les amours d’une pauvre orpheline et d’un metteur en scène entre Bretagne et Paris. Plus surprenant, il emprunte le style des romans photos, les pensées et les dialogues étant inscrits dans des bulles…

En 1992, l’équipe des Nuls reprend cette idée dans un épisode hilarant appelé Nous quatre !

IMG_9860

« Nous quatre » Les nuls du 14 mars 1992, Studio Canal, extrait

Les détournements sont nombreux : satiriques, pédagogiques, politiques, artistiques…    Ils montrent la richesse du médium. Petit aperçu de mes préférés…

IMG_9867

« Les pauvres sont des cons », Charlie Ebdo n°483, 1980, extrait

IMG_9881

« Amazing Rick Dick, Super Sleuth » dans « Now becoming then » de Duane Michals, 1990

IMG_9887

Photographies détournées de pin-ups pour les tracts clandestins « España en el corazón, Revue Internationale Situationniste, 1964

« Les enfants d’abord !  » au Jeu de Paume 15

IMG_2427

« Voyons : là une Chose, une chaise. Je prends une ampoule électrique, je la pose sur la Chose. J’allume. Qu’est-ce que je vois, qu’est-ce que je distingue ? Ce sont en NOIR sur le plancher les OMBRES, le NOIR qui transforme le caractère de la chaise-Chose. C’est la dé-signification de la Chose par des signes NOIRS, qui me transfèrent l’image claire. Si je remue l’ampoule électrique, les OMBRES ne parlent plus de la signification, elles rendent l’image d’une CHOSE qui ne reste plus Chose, qui évoque autre chose que la chose. »                                                                  Raoul Hausmann, Mélanographie, Paris, SIC, 1969

thumb_large

Raoul Hausmann, Sans titre, Allemagne, 1931, Centre Pompidou

En mots et en images, Raoul Hausmann nous guide pour notre nouvel atelier des Enfants d’abord !. Comment avec des jeux de lumières créer des dessins d’ombres et des effets de transparence ? Comment transformer des objets du quotidien en des manifestations mystérieuses ?

IMG_2722

Visite de l’exposition… 24/03/18

1

Visite de l’exposition… 24/02/18

2

Découverte du dispositif. Comment jouer avec une source lumineuse, un objet et une surface ? 24/02/18

IMG_2749

Découverte du dispositif… 24/03/18 

3

Un plan large permet de comprendre le dispositif… 24/02/18

4

… Un plan rapproché est plus mystérieux ! 24/02/18

5

Il ne reste plus qu’à sélectionner 10 photographies … 24/02/18

IMG_2783

pour éditer un padlet personnalisé !  24/03/18

Une dernière date : samedi 28 avril 2018

Festival « Ciné Junior 28″

IMG_2851

Projection du film de Rémi Chayé « Tout en haut du monde » au Studio 66 de Champigny © Michel Schamberger

La météo a joué avec la thématique de la vingt-huitième édition du festival Ciné Junior,    Au fil de l’eau. Heureusement, les inondations et la neige, invitées surprises, n’ont pas découragé un public nombreux à investir les salles obscures du Val-de-Marne !

Journal de bord de mon festival…

Ciné Junior propose…  des films hors compétition en lien avec une thématique.             J’ai eu le plaisir d’écrire le dossier pédagogique du programme inédit de courts métrages  Au bord de l’eau qui circulera dans les salles jusqu’en décembre 2018.

tige3

« Boris et Noris » de Laura Beth Cowley, 2017

Ciné Junior propose … des ateliers. Cécile Morin en parle sur Radio Aligre !                        L’équipe de la médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Champigny a choisi de présenter à ses jeunes lecteurs l’adaptation animée de Philip Hunt du très bel album Perdu ? Retrouvé ! d’Oliver Jeffers. Après avoir cherché les ressemblances et les différences entre l’album et le film, les enfants ont fait bouger des petits canards de bain.

IMG_1863

Forte d’un immense coup de coeur pour le film de Rémi Chayé, Tout en haut du monde, j’ai eu envie de l’accompagner avec un atelier qui s’adressait à l’ensemble du public.

Les spectateurs divisés en trois équipages concurrents ont affronté un flot d’épreuves pour partir A la conquête du Pôle Nord. Un grand merci au public et aux salles qui m’ont accompagnée dans cette aventure.

IMG_0543 (1)

Avec les enfants des centres de loisirs                                                                        Au cinéma L’Etoile de la Courneuve

Kosmos

Le cinéma Le Kosmos de Fontenay-sous-bois

IMG-2545 (1)

Le théâtre Romain Rolland de Villejuif

1

Pour mener à bien les épreuves…

2

… se souvenir du film de Rémi Chayé et avoir l’esprit d’équipe.                                Le Studio 66 de Champigny

8.jpg
9.jpg
10.jpg
1.jpg
2.jpg
3.jpg

Enfin Ciné Junior propose … des longs et des courts métrages en compétition.                  Le service culturel de la ville de Gentilly associe les scolaires à cette compétition.            De superbes échanges sur les films !

20180212_103850 (1)

Rencontre avec deux classes de CE1-CE2 sur la compétition 7-10 ans                  À l’auditorium de Gentilly

diviak_filip_screen04_2017

Le court métrage « Awaker » de Filip Diviak a gagné.

En attendant l’année prochaine, allez faire un tour sur le site de Cinéma Public !