« École et Cinéma 92″, Même pas peur !

couv

Cinq photogrammes issus des courts métrages du programme « Même pas peur ! » lié au dispositif « École et Cinéma »

« On les (ses peurs) approche, en revanche, avec infiniment plus de douceur, quand on peut les rencontrer dans un récit qui, tout en nous racontant des histoires lointaines, nous parle aussi de nous…  …/… Les récits sont de véritables cadeaux, les plus beaux cadeaux qu’on puisse offrir aux enfants : ils leur parlent d’eux sans les violer dans leur intimité. Il les relient, à travers les âges et au-delà des histoires singulières de chacune et de chacun, à la communauté des humains dans ce qu’elle a de plus universel.  »                                    Même pas peur de la peur !, Philippe Mérieu dans Même pas peur !, ouvrage collectif, Gallimard Jeunesse, 2012

Formation en distanciel le mercredi 31 mars 2021

Document à télécharger : Bibliographie, filmographie, sitographie                                                                                                                                                                                     Le Pain et la rue, Abbas Kiarostami, 1970

pain-et-la-rue-le-01

 » …/…  J’avais trente ans lorsque j’ai réalisé Le pain et la rue, il y avait des enfants autour de moi qui m’ont permis de replonger dans cet univers. Et ma propre enfance n’étant pas si éloignée, j’ai eu recours à une émotion très forte issue de ma propre expérience. Comme beaucoup d’entre nous, j’avais peur des chiens, et dans ma famille j’avais la responsabilité d’aller chercher le pain. La distance était longue, c’était l’après-guerre et il fallait passer par ce dédale de ruelles, le pain à la main. Je me suis rappelé mon propre désarroi et il me semble qu’encore aujourd’hui je n’ai guère de mal à me replonger dans les émotions positives ou négatives qui étaient les miennes à cet âge-là. L’enfant qui est en nous n’est jamais loin. »                                                               Cahier de l’invité, SAPHIRE, Abbas Kiarostami, 2013

Documents à télécharger : Images séquentiellesOù est la maison de mon ami ? la scène du chienplans subjectifs

Allez Hop !, Juliette Baily, 2012                                                                              Documents à télécharger : Imagine et dessine l’environnement autour du plongeoir et de la nageuse.Recherches graphiques

la piscine from GIF TEAM on Vimeo.

Shopping, Vladilen Vierny, 2013

microgeste1Documents à télécharger : La caméra au plus près du personnageJuste une mise au point !Un accessoire clé !

La Saint-Festin, Anne-Laure Daffis et Léo Marchand, 2007                                                      Documents à télécharger : - Le montage alternéEmpathie,L’échelle des plans,Le jeu des différencesL’art des mélanges,

LES VOISINS DE MES VOISINS SONT MES VOISINS – TEASER from LARDUX FILMS on Vimeo.

 La grosse bête, Pierre-Luc Granjon, 2013

changement de tableau  Documents à télécharger : Images séquentiellesDossier préparatoire

« Kiosque » d’Anete Melece

Capture d’écran 2021-03-30 à 08.34.52

Kiosque, Anete Melece, Pastel, L’école des Loisirs, 2021

Les éditions de L’école des loisirs viennent d’enrichir leur catalogue avec une pépite, l’album Kiosque réalisé par l’artiste lettone Anete Melece. Découvert l’an dernier alors que je travaillais sur le court métrage éponyme dont l’album est une adaptation, je rêvais que les lecteurs de langue française puissent à leur tour avoir ce bel objet en main, c’est chose faite !

Anete Melece a imaginé l’histoire de la plantureuse Olga coincée dans son kiosque à journaux après deux années à créer des images publicitaires dans une agence de design packaging. Elle gagnait bien sa vie mais le sentiment « d’être au mauvais endroit » l’a envahie peu à peu. Elle s’est mise à rêver d’autre chose…

Capture d’écran 2021-03-29 à 21.20.33

Extrait de la bande dessinée publiée sur le site de l’éditeur letton Gecko Press lors de la sortie de l’album en anglais.

… et finalement elle a décidé de quitter son travail alimentaire pour se former à l’animation et à l’illustration à la HSLU (université des Sciences appliquées et des Arts), une école publique de Lucerne en Suisse. Pendant ses études, elle a développé l’histoire d’Olga sous la forme d’un court métrage animé. Son film de fin d’étude lui a permis de réaliser le rêve d’Olga, voyager… … dans les festivals du monde entier.

The Kiosk from Anete Melece on Vimeo.

J’aime cette histoire aux multiples résonances. Le désir de liberté qui anime Olga et qui lui permet de se mettre en mouvement nous touche particulièrement en ces temps de confinement imposé. Chacun, petits et grands, se retrouve dans ce portrait quels que soient ses bloquages et ses envies d’ailleurs.

Si de nombreux auteurs d’albums ont donné une nouvelle vie à leur histoire en les animant, le chemin inverse est plus rare et souvent décevant. Le changement de médium effectué par Anete Melece est ici remarquable. Elle a entrepris l’adaptation de son film sept ans après sa sortie. Ce laps de temps important lui a permis d’envisager son histoire avec un oeil nouveau. Elle a pris la décision de ne pas utiliser des images extraites du film mais d’en créer de nouvelles. illustration L’alternance d’images en vignettes et d’images plein cadre créé un rythme intéressant, le lecteur peut moduler sa lecture et prendre le temps d’explorer de grands tableaux.

Capture d’écran 2021-03-30 à 12.24.25

La nécessité de condenser un évènement en une seule image impose de nouveaux choix formels, de point de vue, de cadrage et de format. Elle impose aussi de trouver des astuces pour figurer le mouvement en démultipliant par exemple le personnage comme dans la page ci dessous qui figure la trajectoire d’Olga sur la rivière.

photogrammes: illustrations

Le passage du film au livre a aussi nécessité l’écriture d’un texte, le court métrage étant sans parole. Ce texte émane du regard chaleureux que porte Anete Melece sur son personnage principal nous la rendant éminemment sympathique. Enfin, la couverture du livre a été conçue avec soin par l’ancienne designeuse. Une découpe de l’encadrement du kiosque permet de passer de l’intérieur à l’extérieur en ouvrant et fermant la couverture. Quelle sera la nouvelle destination d’Olga ?

Capture d’écran 2021-03-30 à 16.31.36

« Les voix du Fleuve » exposition de Constanza Aguirre

IMG_6293

Exposition « Les voix du Fleuve », Constanza Aguirre, Espace Icare, Issy-les-Moulineaux, mars 2021

En ces temps de disette culturelle, quel bonheur de recevoir dans sa boîte mail l’invitation à l’exposition d’une artiste dont vous aimez particulièrement le travail. Je n’avais pas vu Constanza depuis notre entretien en 2015, elle m’avait alors reçue dans son atelier de Saint Denis. Elle travaillait à sa nouvelle série Les voix du Fleuve dont une sélection de toiles est exposée à l’espace Icare d’Issy-les-Moulineaux. Cette première rencontre avec le public est organisée par les artistes du collectif Ik-Art jusqu’au 27 mars 2021.

Constanza

Vue de l’atelier de Constanza Aguirre, toile en cours de réalisation, décembre 2015

Le fleuve colombien représenté sur les toiles de Constanza est le Río Atrató. Fidèle à sa démarche Constanza a accumulé des images, des extraits de film et des dessins effectués lors de ses voyages sur le fleuve avant de commencer son travail pictural.

IMG_6290

Je suis à nouveau marquée par la représentation de ces corps nus charriés par le fleuve. Constanza m’avait expliqué que ces cadavres sans nom, conséquence de la violence endémique qui sévit dans la région, sont pris en charge par les habitants des villages. Sans chercher à savoir s’ils sont victimes ou bourreaux, les habitants leur offrent une sépulture. Les combats entre groupes paramilitaires ne sont pas le seul fléau auquel doivent faire face les populations qui vivent sur les berges du fleuve. Le Río Atrató est le fleuve le plus pollué de Colombie. La déforestation et l’exploitation minière illégale ont profondément perturbé l’écosystème du bassin fluvial. Depuis 2017, la cour constitutionnelle a pris la décision de garantir les droits du fleuve et de ses habitants. Les tableaux de Constanza révèlent une crise environnementale et humanitaire qui la heurte dans une région possédant l’un des écosystèmes les plus diversifiés au mode.

Capture d’écran 2021-03-13 à 21.40.09

Si dans cette nouvelle série Constanza reste fidèle au noir et blanc avec toutefois quelques traces d’un galion rouge, témoins d’un repentir et de l’histoire des afro-colombiens, son travail devient de plus en plus figuratif. Toutefois chacun est invité à inventer sa propre histoire, Constanza nous rappelle, par le titre donné à la série, que les voix du fleuve sont multiples. D’autres fleuves devraient d’ailleurs rejoindre le Río Atrató. Avec cette sérieConstanza entreprend un travail au long court mené en solitaire et bientôt on l’espère en équipe. Un autre rendez-vous est pris !

Capture d’écran 2021-03-13 à 21.58.12

« Une histoire du cinéma… Deux histoires de chien… »

IMG_6254Pour la deuxième année consécutive, j’ai eu le plaisir d’être associée au projet de deux classes de CE1 de l’école Ferdinand Buisson d’Antony. Guidés par leur maîtresse, les enfants préparent un spectacle sur l’histoire du cinéma. L’an dernier, la couleur était le fil rouge des différents tableaux du spectacle, cette année ce sont les émotions. En lien avec le programme « Même pas peur » que les enfants devraient découvrir au cinéma le Sélect, nous avons lors d’une première séquence travaillé à partir du premier court métrage d’Abbas Kiarostami, « Le pain et la rue. »

Capture d’écran 2021-03-09 à 15.22.17

Capture d’écran 2021-03-09 à 15.22.05

Synopsis : Un petit garçon doit ramener le pain à la maison. Mais comment faire pour éviter le gros chien qui lui barre la rue ?

En contrepoint de la peur suscitée par un chien, nous avons ensuite regardé un extrait du très beau long métrage de la réalisatrice Anca Damian, L’extraordinaire voyage de Marona, qui met en scène, cette fois-ci, la peur ressentie par une petite chienne. Après la lecture de l’affiche et le visionnement de la bande annonce…

Capture d’écran 2021-03-09 à 15.50.09

… les enfants ont exploré 57 secondes du film. Les voici …

   Les enfants, une fois de plus, ont dépassé nos attentes dans la pertinence de leurs remarques. La peur d’être à nouveau abandonnée par son maître déclenche chez Maronna des hallucinations, elle imagine que les immeubles se mettent à bouger pour l’encercler et l’emprisonner. La réalisatrice alterne des plans objectifs aux plans subjectifs pour que nous partagions les émotions de la petite chienne.

20210309_112317

Trois plans subjectifs présents dans l’extrait. Un « plan subjectif » est un plan qui permet au spectateur d’adopter le point de vue d’un personnage, comme s’il voyait à travers ses yeux.

La voix off nous permet d’avoir accès aux pensées de Marona. Deux voix s’affrontent à l’intérieur de son corps, l’une lui dit que son maître l’a oublié, qu’il ne reviendra pas, tandis que l’autre l’enjoint à se calmer, que l’homme va revenir… Un enfant fait le lien avec un film de Spiderman, lui aussi est écartelé entre deux voix intérieures représentées par un ange et un démon.

Si Le pain et la rue est tourné en prise de vue continue, L’extraordinaire voyage de Marona est quant à lui un film d’animation tourné « image par image ». Nous avons terminé la séance en réalisant une petite séquence animée pour comprendre par l’action la technique du papier découpé.

Capture d’écran 2021-03-09 à 17.40.21Voici la représentation par le dessin de la technique « image par image » et les deux séquences.

IMG_6255

Les enfants racontent leur deuxième séance.

Capture d’écran 2021-03-14 à 20.37.24Capture d’écran 2021-03-14 à 20.34.42

2021, l’année Georges Méliès…

couv copie

Atelier « Georges Méliès, la magie du cinéma », centre de loisirs Fraboulet de Mitry-Mory le 25 février 2021

Méliès est selon Edgar Morin « Le prestidigitateur qui mit le cinématographe dans un chapeau pour en faire sortir le cinéma. » Gageons que cette année 2021 soit son année avec l’ouverture très attendue du nouvel espace d’exposition permanente de la Cinémathèque qui lui rend un hommage appuyé ! Pour les impatients, plusieurs publications sont d’ores et déjà disponibles.

cinémathèque2

Il vous reste aussi quelques jours pour regarder sur Arte le superbe documentaire d’Eric Lange qui lui est consacré.

Capture d’écran 2021-02-26 à 10.40.11Quant à moi j’ai eu le plaisir de proposer à nouveau un atelier autour de ce grand monsieur et de son truc mythique, l’arrêt de la caméra. Que se soit dans le cadre scolaire avec deux classes de CE2 de Noisy-le-Sec ou dans le cadre des vacances avec des enfants d’un centre de loisirs de Mitry-Mory, le même enthousiasme s’est manifesté à être devant ou derrière la caméra.

Capture d’écran 2021-02-26 à 18.00.30

Un autre film à voir sur la page Youtube du cinéma Le Trianon

Atelier « Mon premier cinéma » : « Flocon de neige »

couv En attendant la réouverture des salles de cinéma partenaires du dispositif Mon premier   cinéma, l’association Enfance au cinéma a organisé dans les classes de maternelle           des ateliers autour de courts métrages disponibles sur la plateforme pédagogique de   l’Agence du court métrage, le Kinétoscope.

J’ai eu le plaisir de présenter à quatre classes le très beau court métrage de la réalisatrice russe Natalia Chernysheva, Flocon de neige.

Aperçu en images de ces rencontres entre les enfants et les images animées.

Préparation matérielle

Préparation du matériel

Capture d’écran 2020-12-14 à 15.09.29

Lecture de l’affiche et projection du film

images séquentielles

Raconter l’histoire à l’aide d’images séquentielles

Sons

Réveiller son corps pour jouer avec les sons

Capture d’écran 2020-12-14 à 15.43.30

Atelier bruitage ; les pas dans la neige

bande son

Bruiter la bande son qui a disparu

Un grand merci aux classes de Sybille, Céline, Sophie et Anne et une grosse pensée pour leur cinéma de quartier, l’Entrepôt, le Chaplin Denfert et le Luminor.

« Mon Premier Cinéma » 2020-2021

couv

“Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager.”  Walt Disney, Hors-série Disney Vintage (1925-1966) La Septième Obsession

  Projection-Conférence :                                                                                          Studio des Ursulines, Paris                                                                                                    Vendredi 6 novembre 2020                                                                                Rencontre annulée, remplacée par une formation à distance                                              le mardi 8 décembre à 16h30

Dossier de présentation Mon Premier Cinéma 2020-2021Bibliographie-sitographie

programme

Documents à télécharger : Mémory des pairesDrôles de silhouettesChamp:contrechamp Point de vue – que voient les personnages ? Que voient les spectateurs ?Champ:contrechampLa nuit, Images séquentiellesD’un monde à l’autre

netDocuments à télécharger : D’un monde à l’autre1,D’un monde à l’autre2D’un monde à l’autre3D’un bruit à l’autrePoint de vue, prendre de la hauteurLe volet, montage de planD’un lieu à l’autrePoint de vue 2Jeu de miroirPoint de vue, échelle des plansImages séquentielles

AliceDocuments à télécharger : Les personnagesCorps disloquéD’un monde à l’autre1D’un monde à l’autre2Les bullesPoints de vueLa scène du chien clownMétamorphoses

Lors de la formation, des enseignantes ont évoqué les albums d’Anaïs Vaugelade sur sa jeune héroïne Zuza ainsi que ceux de Jean Leroy et Audrey Poussier sur leur héros Castor-Têtu. Un grand merci à elles !

livres

Jeux d’ombre à l’école maternelle Desvergnes

IMG_5672

Une petite fille imite les gestes de « Rita & le crocodile, À la belle étoile« .

 » L’homme, depuis les origines, a utilisé le feu et les ombres pour le jeu, les rituels et le spectacle… » et la fascination que les ombres exercent sur les hommes continue d’être forte auprès des jeunes enfants du XXI ème siècle. Preuve à l’appui avec deux classes de petite et moyenne section de maternelle qui ont exploré différents jeux avec l’ombre et la lumière, entre expérimentation et imagination.

Bouger avec son ombre et celle des copains en dansant sur la musique de Pawo de Antje Heyn. Vous pouvez en écouter un petit extrait ci-dessous !

b

Allumer et éteindre une lampe de poche, ça c’est de la motricité fine !

Capture d’écran 2020-11-29 à 21.09.52Découvrir les ombres produites par différents objets de la cuisine. « Des p’tits trous des p’tits trous toujours des p’tits trous ».

aFabriquer un jeu de mémory en associant des objets de la classe avec leur ombre.

cCréer des monstres à quatre bras. dManipuler des marionnettes …

eflouté

… et créer des mini-scénarios à deux !

fRegarder des extraits de films et lire des photogrammes.

gCes différentes activités prennent tout leur sens grâce aux enseignantes qui les reprennent et les enrichissent dans le quotidien de la classe.

h