« Maternelle et cinéma » en Indre et Loire

Photo extraite du blog d'Edouard Manceau

Photo extraite du blog d’Edouard Manceau

Je trace d’abord sur la surface à peindre un quadrilatère de la grandeur que je veux, et qui est pour moi une fenêtre ouverte par laquelle on puisse regarder l’histoire (historia).      Leon Battista Alberti, De Pictura, livre I, 1435

En partenariat avec Ciclic, la coordination départementale Ecole et cinéma d’Indre et Loire a organisé un temps de formation autour des deux nouveaux programmes Maternelle et cinéma et d’une sélection d’albums jeunesse issue des listes proposées par Les enfants de cinéma

Document accompagnant la conférence maternelle-et-cinema

kit-mere-poule-4-2

Contenu de la mallette en lien avec « Les contes de la mère poule »

affiche-les-contes-de-la-mere-poule-2

Trois courts métrages réalisés à l’institut iranien Kanoun

Photogrammes à télécharger versions comparées du conte Le loup et les 7 chevreauximages séquentielles de Shangoul et Mangoul,  les personnages 1 et 2 de Lili Hosak, échelle des plans 1et 2 de Lili Hosak

Pour les ressources liées à Voyages de rêves, c’est ici !

Parcours culturel à Fontenay-sous-Bois

culture2

La façade du service culturel et les mots de David Poullard et Guillaume Rannou

La compagnie Le bel après-minuit prépare son prochain spectacle L’ombre de Tom. Cette nouvelle création sera à l’affiche de l’espace Gérard Philipe en janvier. Le service culturel de Fontenay-sous-Bois a saisi cette belle opportunité pour proposer un parcours « cinéma théâtre » à deux classes maternelles de la ville.

OMBRE DE TOM OK A3

Dans un premier temps, les enfants ont découvert l’histoire et le secret des images en mouvement.

ombre

Réaliser des ombres avec son corps et des marionnettes…

img_1749

Manipuler des jouets optiques…

img_1705

Fabriquer un thaumatrope.

Les deux classes ont ensuite réalisé une séquence animée. La classe de GS de l’école Pasteur a mis en scène un album jeunesse, Le petit bonhomme des bois

img_1816

Les silhouettes sont déplacées petit à petit pour créer l’illusion du mouvement.

img_1764

Un grand merci à Mme Debuchy !

img_1850

Marlène, l’enseignante, prête sa voix au film.


La classe de MS/GS de l’école P. Demont avait quant à elle joué avec les mots de Robert Desnos créant à leur tour des phrases surréalistes que nous avons animées à l’aide des pièces d’un tangram…

img_1861

L’attention est à son comble pour recréer la forme désirée.

img_1873

Maîtriser son geste pour créer un déplacement fluide.

img_1896

Les dernières consignes pour l’enregistrement final


Après les vacances de Noël, les enfants des deux classes seront invités au cinéma et au théâtre pour découvrir des courts métrages et un spectacle célébrant l’ombre et la lumière.

« Ecole et cinéma » Le tableau de Jean-François Laguionie

19

Jean-François Laguionie joue le rôle du peintre et dialogue avec son personnage Lola, Le tableau, 2011

« Je termine toujours mes histoires avec des points de suspension, même si ce n’est pas très commercial, la suspension… Pourquoi finir une histoire ? La vie, elle, se poursuit. Ou alors il faudrait finir sur la mort du personnage, mais ce n’est pas très commercial non plus ! C’est pour ça que j’aime beaucoup le western, avec le dernier plan où le héros repart… Je ne sais plus qui disait qu’une peinture n’est jamais terminée : elle est abandonnée. Si on enlève le côté négatif de l’abandon, c’est juste que le peintre décide, à un moment donné, de s’arrêter. Il pense qu’une touche de plus pourrait gâcher le tableau. Il a mis l’essentiel. On a tout quand on a l’essentiel, non ? »                                                              Jean-François Laguionie dans Un sage en hiver de Guillemette Odicino, Télérama, n°3489

Avec la sortie tant attendue de Louise en Hiver, Jean-François Laguionie est sous les feux de l’actualité : rétrospective, exposition, parution d’un livre-dvd, édition de ses nouvelles, articles dans la presse… Son précédent long métrage, Le tableau, fait, quant à lui, son entrée dans le catalogue d’Ecole et Cinéma. Après l’écriture du cahier de notes, j’ai le plaisir d’accompagner des projections dans le cadre des formations Ecole et cinéma.

Les prochaines dates :                                                                                                      – Parthenay, mercredi 30 novembre 2016                                                                            – La Courneuve, jeudi 8 décembre 2016                                                                            – Poitiers, mercredi 11 janvier 2017

D’autres sorties du cadre…

empedocle

Empédocle, fresque de Signorelli, Duomo d’Orvieto, Ombrie, Italie

img_7078

Little Nemo in Slumberland, Winsor McCay, 1908

 

le-tableau

Le tableau de Marion Fayolle, Magnani, 2012

Avant il y avait la mer, Eléonore Douspis, Albin Michel Jeunesse, 2016

Avant il y avait la mer, Eléonore Douspis, Albin Michel Jeunesse, 2016

Mon cher tendre ami de Hadi Yaghinlou, 2004

Mon cher tendre ami de Hadi Yaghinlou, 2004

La carte de Stéfan Le Lay, 2009 (extrait), DVD Voyages de rêve aux Films du Paradoxe                                                                    

Rencontre avec François Schuiten et Benoît Peeters…

img_6828

François Schuiten, Adrien Genoudet et Benoît Peeters au Centre Wallonie-Bruxelles

L’automne est flamboyant pour le duo des Cités obscures. Ils sont sous les feux de l’actualité avec la sortie du deuxième tome de Revoir Paris et une très belle exposition au Musée des arts et métiers, Machines à dessiner. A cette occasion, le centre Wallonie-Bruxelles organisait une rencontre avec les deux auteurs et Adrien Genoudet, coréalisateur d’un documentaire sur leur travail à quatre mains.

Il est commun de penser que le scénariste et le dessinateur interviennent successivement dans l’élaboration d’une bande dessinée. Schuiten et Peeters font exploser cette représentation, en effet ils réalisent ensemble la conception de l’histoire par un dialogue au long court. C’est une méthode « casse gueule », l’histoire peut leur échapper, toutefois ce risque est aussi le garant d’un plaisir renouvelé. Le film d’Adrien Genoudet et de Guillaume Diamant-Bergé, A quatre mains, donne à voir l’intimité de leur démarche artistique. Il a été tourné en un jour dans la maison de François Schuiten au mois de mars 2016. Les réalisateurs ont mis en place un procédé d’enregistrement simple pour se fondre dans le décor et se faire oublier. Ils ont pu ainsi capter les paroles, les gestes et les regards de Schuiten et de Peeters pendant l’élaboration des dernières planches de Revoir Paris, La nuit des constellations.

a-quatre-mains1

« A quatre mains  » de Guillaume Diamant-Bergé et Adrien Genoudet

a-quatre-mains2

A quatre mains, Guillaume Diamant-Bergé et Adrien Genoudet, 2016

img_6938

Dernières pages de Revoir Paris , La nuit des constellations, Casterman, 2016

L’image est au coeur de leur démarche. Albert Robida, Winsor McCay hantent leur panthéon visuel. L’excellente vidéo réalisée pour l’exposition du Musée des arts et métiers, Naissance d’une affiche, dévoile les photographies documentaires qui côtoient les multiples crayons sur la table de dessin de François Schuiten.

naissance_d_39_une_affiche

Naissance d’une affiche, Vladimir Peeters, 2016

La relation de Kârinh aux images est une métaphore de leur travail. Comme eux, l’héroïne de Revoir Paris se shoote aux images, elle rêve, elle voyage à travers elles…

img_6935

Revoir Paris, Schuiten et Peeters, 2014

Pour Peeters, la case de BD est une petite maison. On est invité à entrer dedans, à l’habiter, à l’explorer, à chercher des détails. Voir une image est une démarche active.

Enfin, Schuiten et Peeters ont un grand plaisir à concevoir des expositions, le travail de scénographe prolongeant leur travail d’auteur. Machines à dessiner montre la fabrique de leur travail, dévoile le lien entre réel et imaginaire qui les anime et donne envie à tout un chacun de s’emparer d’un crayon.

img_6690

La salle de dessin, Machines à dessiner, Musée des arts et métiers

Vous avez jusqu’au 26 février pour découvrir Machines à dessiner 

Les livres illustrés et les films d’animation de l’institut Kanoun

logo

Logo du studio Kanoun, Iran

Intriguée par le logo animé qui annonce les courts métrages des contes de la mère poule, j’ai été ravie d’assister à la conférence donnée par Bamchade Pourvali au Forum des images le mois dernier sur l’Institut pour le Développement Intellectuel des Enfants et des Adolescents, l’institut iranien Kanoun. Particulièrement intéressée par les liens entre les livres illustrés et le cinéma d’animation, j’ai choisi dans cette très riche présentation des oeuvres d’artistes qui sont à la fois illustrateur et réalisateur.

L’idée première de l’institut Kanoun, créé en 1964, était de favoriser la traduction, l’édition et la diffusion de livres en direction de la jeunesse à travers un large réseau de bibliothèques. Les bibliothèques se sont rapidement transformées en centre d’art proposant des activités artistiques de plus en plus variées aux enfants ;  cinéma, musique, danse, théâtre…                                                                                                               Un des premiers livres marquant de l’institut a été la création en 1967 de l’album Le petit poisson noir par l’écrivain Samad Behrangi et l’illustrateur Farshid Mesghali.

award-winning_illustration_on_original_cover_of_the_little_black_fish

petit-poisson-noir

Paru en 2006 aux éditions Grandir

Le petit poison noir est un être de désir, il veut savoir comment se termine le cours d’eau dans lequel il vit avec sa mère. Contre l’avis de cette dernière, il décide de suivre le fil de l’eau et d’atteindre l’océan. Au cours de son voyage il fait de nombreuses rencontres avec différentes créatures qui peuplent la rivière… Pour Bamchade Pourvali, cet album introduit l’une des philosophies essentielles de l’institut Kanoun, inviter les enfants à sortir de leur cadre habituel pour aller à la rencontre de la vie.

lezard

pelicanCe récit initiatique est accompagné de magnifiques linogravures de l’artiste Farshid Mesghali qui réalisera par la suite le premier dessin animé produit par le Kanoun, Agha-ye Hayoola (M. Monstre) en 1970 .                                                                                     Petit poisson noir remporte en 1969 le grand prix du livre pour enfants de Bologne.

Le deuxième album présenté par Bamchade Pourvali est Les corbeaux de l’écrivain Nader Ebrahimi et de l’illustrateur Noureddin Zarinkelk.

img_6478

L’illustration de la couverture rappelle le court-métrage du dessinateur Chaval, Les oiseaux sont des consque devait connaître Noureddin Zarinkelk ayant étudié l’animation en Europe auprès de Raoul Servais. Les fleurs du tapis est un autre album réalisé par ce duo d’auteurs. L’illustration, d’un style très différent de l’album précédent, est un hommage à l’art du tapis iranien.

les-fleurs-du-tapis2Le premier film réalisé en Iran par Noureddin Zarinkelk est un petit bijou surréaliste qui enchaîne à un rythme trépidant de multiples métamorphoses : le penseur de Rodin côtoie la statue de la Liberté mais aussi un mollah et une femme voilée.


Quatre plus tard, il réalise Amir Hamzeh et le Zèbre qui est une oeuvre majeure selon Bamchade Pourvali. Ce film rassemble de nombreux éléments de la culture iranienne : les miniatures, la musique, la danse et aussi la figure du diable…


Un autre artiste fondateur du Studio d’animation Kanoun est Ali Akbar Sadeghi, les miniatures iraniennes et les légendes du Livre des Rois sont à la source de ses illustrations et de ses films.abdolrazagh-palhevan


Le dernier film d’animation présenté est l’oeuvre du cinéaste Sohrab Shahid-Saless qui s’inspire directement de la technique de la pixilation inventée par Norman McLaren. La durée du film est de quatre minutes, nous ne pouvons en voir qu’un court extrait.


Tous les films réalisés dans le cadre de l’institut Kanoun, quelque soit leur durée, étaient accompagnés à leur sortie par une affiche. C’est Abbas Kiarostami qui est l’auteur de celle du film de Sohrab Shahid-Saless, un bel exemple de son talent de graphiste.

kiarostami-bw

Abbas Kiarostami, Noir et blanc, 1972

Pour ceux qui aimeraient continuer cette découverte… De nombreux courts métrages d’animation réalisés dans le cadre de l’institut Kanoun ont été édités en DVD par les distributeurs suivants : Les films du préau, Les films du Whippet et Les films du paradoxe.

« Maternelle et cinéma » dans le Cher

img_6827

… L’art, cela ne s’enseigne pas, cela se rencontre, cela s’expérimente, cela se transmet par d’autres voies que le discours du seul savoir, et parfois même sans discours du tout. L’affaire de l’enseignement c’est la règle, l’art doit y gagner une place d’exception.          Alain Bergala, L’hypothèse cinéma, Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2002

En partenariat avec Ciclic, la coordination départementale Ecole et cinéma du Cher a organisé un temps de formation autour des deux nouveaux programmes Maternelle et cinéma et d’une sélection d’albums jeunesse issue des listes proposées par Les enfants de cinéma

Document accompagnant la conférence maternelle-et-cinema

kit-voyage-de-re%cc%82ve-2

Contenu de la mallette en lien avec « Voyages de rêve »

affichePhotogrammes à télécharger images séquentielleschat caméraangles-de-vuevue-subjective

kit-zeman-1

Contenu de la mallette en lien avec « La magie Karel Zeman »

affiche-karel-zemanPhotogrammes à télécharger échelle de plansémotionssurimpressionfondu enchainé

Donnons le mot de la fin à M. Prokouk !


Atelier photo à la médiathèque d’Ormesson-sur-Marne

groupeOrmesson organise tout au long du mois de novembre son premier festival de la photographie amateur. En partenariat avec le Jeu de Paume, la médiathèque organisait cet après-midi un atelier sur les portraits expressifs…                                                             Une émotion ça se vit, ça se partage, ça se discute, ça se photographie, ça se dessine…

img_6754

La photo est à l’honneur dans la médiathèque

img_1544

Décrypter des images : que voit-on ? que raconte-t-elle ?

img_1536

Mimer pour mieux voir…

img_1557

Du portrait photographique au portrait dessiné.

img_1594

D’une expression à l’autre, mise en commun des dessins

« Ecole et cinéma 95″ pour les classes maternelles

cinema

Photogramme de « Cinema Paradiso » de Giuseppe Tornatore, 1988

Conférence au …                                                                                                         cinéma Jean Gabin d’Argenteuil                                                                       Mercredi 9 novembre 2016

Les classes maternelles du Val d’Oise sont invitées à découvrir dans leur cinéma de proximité deux oeuvres que tout semble à priori opposer … Un programme de courts métrages contemporains créé par le studio Folimage, 1,2,3 Léon ! et un film du patrimoine, Le cirque de Chaplin.                                                                                  Léon et Charlot, artistes malgré eux, ont toutefois des problèmes communs, la preuve en images !

Comment sortir de la cage de l’ours ou de celle du lion ?

ours_en_cage

Photogramme de « L’hiver de Léon »

lion

Photogramme du « Cirque »

Comment captiver les spectateurs ?

spectateur1

Photogramme de « L’hiver de Léon »

spectateur_charlot

Photogramme du « Cirque »

Document accompagnant la conférence pour-aller-plus-loin, cartes pour un mémory l’hiver-de-leon, photogrammes des personnages-du-cirque, photogrammes des plans-et-angles-de-vue-du-cirque