Atelier  » Cinéma d’animation  » Maison Populaire de Montreuil

bandeau

Après la découverte des images lenticulaires, chaque enfant s’est lancé dans la réalisation d’un flipbook photographique ou dessiné. Certains sont terminés mais nous attendons les derniers pour vous les montrer tous. Et oui c’est long, très long !

flip

flipphotos

flipdessiné

Pour la deuxième année nous participons à la fête du jour le plus court en créant une bande-annonce pour donner envie de découvrir les courts métrages programmés.

court1

court

court3


« Musique : http://www.musicscreen.be/ » Coral et Mixguerchoeurs sous licence creative commons

Pour connaître l’ensemble de la programmation de la Maison Populaire, c’est ici !

Les visuels de la Maison Populaire nous inspirent. Après la fusée de l’an dernier, c’est au tour de la petite coccinelle de s’animer. Merci Mathieu !


« Musique : http://www.musicscreen.be/ » We three kings version 2 sous licence creative commons

Pour continuer la thématique du Jour le plus court, un film éclairé de Garri Bardine


« Maternelle et cinéma » dans le Val-de-Marne

Mille-pattes et crapaud d'Anna Kmelevskaya, 2013

Mille-pattes et crapaud d’Anna Kmelevskaya, 2013

A l’initiative de l’association nationale Ecole et cinéma, un projet de sensibilisation au cinéma pour les élèves de l’école maternelle a vu le jour. Plusieurs classes volontaires du Val-de-Marne se sont inscrites dans ce nouveau dispositif expérimental, Maternelle et cinéma.

Ce samedi matin, le cinéma du Palais à Créteil accueillait les enseignants pour une découverte en salle des deux premiers programmes de cette année : La petite fabrique du monde et La petite fabrique des mots.  Un temps de formation et d’échange accompagnait les deux projections. L’accent a été mis sur deux courts métrages en particulier, La création de Cristina Làstrego Testa et Dudu de Betty Bone.

La Création de Cristina Lastrego et Francesco Testa, 2010

La Création de Cristina Lastrego et Francesco Testa, 2010

Dudu de Betty Bone, 2006

Dudu de Betty Bone, 2006

Quelques sites et documents pour prolonger cette matinée…

Présentation de l’ensemble des courts métrages de La petite fabrique du monde

Images séquentielles de la Création, fiche Pour aller plus loin.

Les livres et le site de Guillaume Duprat :

Notes sur le séminaire Récits et images de la création

Document d’accompagnement sur Dudu . L’ensemble du document pédagogique La petite fabrique des mots sera bientôt en ligne.

« Ecole et cinéma 95″ pour les classes maternelles

Feu follet de Sarah Wickens,  2009

Feu follet de Sarah Wickens, 2009

Deux très beaux programmes de courts métrages sont proposés aux classes maternelles du Val d’Oise. Conçue par des associations de la région parisienne attentives à offrir un cinéma de qualité aux très jeunes spectateurs, La petite fabrique du monde ouvre la saison avec six films ingénieux, malicieux, surprenants, brillants et émouvants.

La création de Cristina Lastrego et Francesco Testa, 2010

La création de Cristina Lastrego et Francesco Testa, 2010

Une bouteille à la mer de Kirsten Lepore, 2012

Une bouteille à la mer de Kirsten Lepore, 2012

Chinti de Natalia Mirzoyan, 2012

Chinti de Natalia Mirzoyan, 2012

Feu follet de Sarah Wickens, 2009

Feu follet de Sarah Wickens, 2009

Grand frère de Jesus Perez et Elizabeth Hüttermann, 2010

Grand frère de Jesus Perez et Elizabeth Hüttermann, 2010

Dodu, l'enfant en carton de José Miguel Ribeiro, 2010

Dodu, l’enfant en carton de José Miguel Ribeiro, 2010

Vidéo de la conférence réalisée par le pôle images et médias (Canopé 95)

L’intégralité de la conférence est disponible ici sous la forme de fichiers MP3.

Document accompagnant la conférence LPFDM, images séquentielles images séquentielles Bottle et un jeu… … des différences avec Chinti.

Kirsten Lepore, la réalisatrice d’Une bouteille à la mer explique les bases de la technique du stop motion.

Le Taj Mahal n’est pas le seul monument a être photographié par des hordes de touristes. Un film minute de Natalia Mirzoyan …

 

Au troisième trimestre, les enfants découvriront sur grand écran le film Princes et princesses de Michel Ocelot. Les six histoires qui le composent invitent les enfants à développer leur propre monde merveilleux…Petit voyage dans les paysages des six contes…

La princesse des diamants

La princesse des diamants

Le garçon des figues

Le garçon des figues

La sorcière

La sorcière

Le manteau de la vieille dame

Le manteau de la vieille dame

La reine cruelle

La reine cruelle

Prince et princesse

Prince et princesse

Vidéo de la conférence réalisée par le pôle images et médias (Canopé 95)

L’intégralité de la conférence est disponible ici sous la forme de fichiers MP3.

Document accompagnant la conférence Princes et princesses

Et pour finir en musique, le clip Earth Intruders de Bjôrk réalisé par Michel Ocelot.

Dessins du Studio Ghibli …

Vive le fond vert ! Art ludique     Le musée 4/10/14- 1/3/15

Vive le fond vert !  Art ludique Le musée  4/10/14- 1/3/15

J’aime quand le cinéma m’embarque… alors voyager aux côtés de Chihiro pour découvrir les secrets du layout, je dis OUI sans hésiter !  La scénographie de l’exposition est très simple, une pièce introductive avec de grands panneaux explicatifs sur le processus d’animation et sur les termes utilisés, puis une succession de salles avec plus de 1300 layouts reprenant la chronologie des films réalisés au Studio Ghibli : de Nausicaä de la vallée du vent à Souvenirs de Marnie.

Nausicaä de la vallée du vent, Hayao Miyazaki, 1984

Nausicaä de la vallée du vent, Hayao Miyazaki, 1984

Souvenirs de Marnie, Hiromasa Yonebayashi, 2014

Souvenirs de Marnie, Hiromasa Yonebayashi, 2014

Le layout est avant tout un dessin qui synthétise le plan d’un film. Sa richesse n’est pas dans les matériaux ou la technique utilisée mais dans sa conception et sa réalisation.

feuilles,  une barre à tenon, crayons graphiques, crayons de couleur, gomme, stylet de gaufrage

feuilles, une barre à tenon, crayons graphiques, crayons de couleur, gomme, stylet de gaufrage

Le dessin montre la composition du cadre : le point de vue, les éléments du décor, les personnages… Les annotations inscrites sur le dessin sont aussi essentielles, outre le numéro du plan et sa durée, elles indiquent les mouvements de caméra, le défilement éventuel du décor … Sur certains layouts, on peut lire aussi des messages des réalisateurs comme par exemple de regarder une émission sur le monde marin à la télévision ! Il est fascinant de voir comment le mouvement est représenté dans une image fixe. Très souvent notre imagination est mise à contribution, une simple flèche nous aide à visualiser un trajet, un personnage est dessiné à plusieurs reprises…

Mon voisin Totoro, Hayao Miyazaki, 1988

Mon voisin Totoro, Hayao Miyazaki, 1988

Le layout conçu comme un guide pratique pour l’ensemble de l’équipe assure l’unité visuelle du film, c’est un élément clé dans le processus de production. On peut se rendre compte de son importance en comparant certains layouts à des extraits du film terminé.

Pompoko, Isao Takahata, 1994

Pompoko, Isao Takahata, 1994

Au delà de son utilité, le layout est aussi source d’émerveillement. Chacun est une oeuvre en soi. On peut être sensible à la composition des paysages, à l’expression des émotions ou aux souvenirs qu’ils évoquent…

Le seul point noir de cette exposition est son prix excessif. Dommage car on aurait envie d’y retourner, difficile de porter son attention sur chacun des layouts exposés en une seule fois !


Catherine Fons, libraire

IMG_4791Lieu de perdition pour ma carte bleue, les librairies exercent sur moi un pouvoir d’attraction irrépressible. J’aime l’objet livre ! J’aime admirer les vitrines accrocheuses, j’aime flâner dans les rayons, j’aime lire les résumés des quatrièmes de couverture, j’aime confronter mes choix avec les avis des libraires… Alors quand la librairie est tenue par une amie, les visites sont doublement agréables. Depuis presque deux ans, Catherine et Sarah animent avec passion la librairie Les Petits mots à Meudon. Juste entre l’effervescence de la rentrée littéraire et la folie des fêtes de fin d’année, un petit moment de calme pour parler d’un métier entre rêve et réalité.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis aujourd’hui libraire. C’est une profession que j’exerce depuis deux ans, j’ai repris la librairie du centre-ville de Meudon début janvier 2013 .

Qu’est-ce qui a été le plus formateur pour toi dans ton enfance ?

Le sport ! J’ai fait beaucoup de handball et de tennis. J’aime la performance, me dépasser, obtenir des résultats. Le sport m’offrait un contexte réjouissant pour progresser que n’avait pas l’école. Mon père exerçait une grosse pression sur mes résultats scolaires.

Une image qui t’accompagne…

Les illustrations d’Apoutsiak de Paul-Emile Victor. Je me cachais dans un placard pour le lire. J’avais besoin d’être seule, comme dans une bulle protectrice.

APOUTSIAK-VICTORG

Apoutsiak de Paul-Emile Victor, Flammarion, 1948

Je me revois encore quand j’ai réussi à lire mon premier livre toute seule. C’était Oui Oui au cirque d’Enid Blyton. J’étais à l’arrière de la voiture de mon père, nous allions chez le médecin.

Oui, oui  dessiné par Harmsen Van Der Beek

Oui, oui dessiné par Harmsen Van Der Beek

Les images de plaisir de mon enfance sont liées au sport ou à la lecture.

Tes études et tes premiers emplois ne te destinaient pas forcément à devenir libraire, peux-tu nous parler des grandes étapes qui ont ponctué ton parcours professionnel ?

J’ai fait des études de commerce et j’ai travaillé une vingtaine d’années dans une grosse entreprise américaine spécialisée dans le chocolat et le café. Je m’occupais du marketing, de la vente, des achats…Il est arrivé un moment où je n’étais plus satisfaite, ni de ce que je faisais, ni de l’entreprise dans laquelle je travaillais…

Devenir libraire ça représentait quoi pour toi ?

La concrétisation d’un rêve qui s’est avéré être très éloigné de la réalité ! Je me voyais lire toute la journée, découvrir de nouveaux auteurs…  J’avais besoin d’un changement professionnel, j’ai hésité entre des métiers liés aux livres ou des métiers en relation avec le sport, mes deux passions !  J’ai commencé une formation de libraire et j’ai fait plusieurs stages dans des librairies avant de me décider.

Tu es une grosse lectrice ?

Oui, je lis beaucoup. La lecture a été très importante dans mon enfance et mon adolescence. Puis entre 20 et 30 ans, lorsque j’ai eu mes enfants, j’ai fait une pause, je n’avais plus le temps. Je me souviens du livre qui a fait redémarrer ma vie de lectrice, c’est Les piliers de la terre de Ken Follett. Un des livres qui m’a beaucoup marqué est Le coeur cousu de Carole Martinez. C’est un livre qui m’a vraiment parlé !

Le coeur cousu de Carole Martinez, Gallimard, 2007

Le coeur cousu de Carole Martinez, Gallimard, 2007

Plus généralement, face à la production pléthorique, comment réalises-tu le choix des livres que tu proposes dans ta librairie ?

C’est un véritable cauchemar ! Je me dois d’être réaliste. Ce que j’aimerais garder dans mon fond n’est pas toujours en adéquation avec ce que mes clients recherchent : la nouveauté, les livres dont on parle ! J’ai un tout petit fond, de l’ordre de 10% de mon stock. Tous les mois, je reçois les catalogues d’offices et de nouveautés des éditeurs. Des représentants peuvent nous accompagner mais il est vraiment difficile de choisir. Une thématique peut nous accrocher, il y a aussi les auteurs que l’on connaît. Il faut réagir très rapidement. Les prix littéraires sont très prescripteurs, l’émission La grande librairie aussi.

Jan Van Eych, 1436

Jan Van Eych, 1436

Tu as aussi mis en place un site de commande en ligne, est-ce un complément indispensable à la vente directe ?

Indispensable ? Non, mais très utile ! C’est une seconde vitrine. J’annonce les évènements, les dédicaces qui vont avoir lieu. C’est aussi un outil pour les professionnels, les documentalistes des établissements scolaires font leur commande via le site. J’aimerais qu’il soit plus à jour mais je cours continuellement après le temps…

Justement, en quoi consiste ton travail au quotidien ? 

L’essentiel est l’accueil du client, répondre à sa demande le plus rapidement possible. Toutes nos autres tâches sont fractionnées par cette activité principale. La logistique est aussi fondamentale ; passer les commandes, recevoir les colis, gérer les factures et les litiges, recevoir les représentants… Ranger les livres, les mettre en valeur, aménager la vitrine…

Lors du réaménagement de la librairie, tu as gardé le rayon papeterie… C’est un choix ou une nécessité ? 

A Meudon, il n’y a plus d’autres papeteries en dehors du rayon de Monoprix. Il y a plein d’articles qu’ils n’ont pas. J’ai donc une vraie demande. La papeterie est aussi en adéquation avec le profil de ma librairie qui est orienté vers le scolaire. La papeterie correspond à 15-20% de mon chiffre d’affaire mais elle offre une meilleure marge que les livres.

IMG_4799

Au bout de deux ans, ton bilan comptable est-il encourageant ?

Oui, j’ai gagné de l’argent dès ma première année. Mais l’économie d’une librairie reste fragile. Les frais fixes sont importants, nous avons un seuil incompressible : loyer, salaire de mon employée… Entre septembre et décembre, de la rentrée littéraire aux fêtes de Noël, je fais 60% de mon chiffre d’affaire.

IMG_4795

J’aimerais te faire réagir à cette page de Literary Life de Posy Simmonds… 

Extrait de la page 6 "Salauds" Literary Life de Posy Simmonds

Extrait de la page 6 « Salauds » Literary Life de Posy Simmonds

Quel est pour toi l’avenir du «petit libraire indépendant» ?

C’est la loi Lang sur le prix unique du livre qui permet aux petites librairies de continuer à exister face à la grande distribution. On est obligé d’évoluer, de vivre avec son temps… Créer un site, faire appel à un coursier pour satisfaire le plus rapidement possible les clients sont des moyens pour lutter contre l’hégémonie d’Amazon.

Les libraires font-ils de bons personnages littéraires ?

Oui ! La Jolie libraire dans la lumière de Frank Andriat.  A L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon. Au bon roman de Laurence Cossé…

Au bon roman de Laurence Cossé, 2009

Au bon roman de Laurence Cossé, 2009

Filmmuseum Eye d’Amsterdam 2

Solid light films and others Works d' Anthony MCCall 28.9/30.11.2014

Solid light films and others Works d’ Anthony MCCall 28.9/30.11.2014

Depuis ma première visite au musée du cinéma d’Amsterdam, je n’avais qu’une envie.     Y retourner ! C’est l’artiste britannique, Anthony McCall, qui investit les salles du Filmmuseum Eye jusqu’à fin novembre. J’étais impatiente d’interagir avec les différentes installations et de jouer avec les faisceaux lumineux ! Si plaisir il y a eu, je suis toutefois restée sur ma faim !

"Face to face" (II) 2014

« Face to face » (II) 2014

Ams4

Il est dommage de présenter ses anciennes oeuvres Line describing a cone et Four Projected Movements avec les moyens numériques actuels. J’avais envie de voir, de toucher, de sentir l’évolution de son travail et là tout est lissé ! Je voulais aussi découvrir ses projections verticales… Aucune n’est proposée !

Heureusement pour adoucir ma frustration, notre visite a lieu pendant le festival d’animation d’Amsterdam, Klik ! Une occasion rêvée de découvrir des petites merveilles qui jouent à leur tour avec la lumière et qui réinvestissent l’écran. Voici mes coups de coeur …

Le superbe clip de Darcy Prendergast tourné pendant six mois dans des entrepots abandonnés autour de Melbourne. Plus de 10000 photos ont été nécessaires à sa réalisation.

Les ondes fascinent aussi l’artiste américain Daniel Sierra, qu’elles soient visuelles ou sonores, leur fusion crée un spectacle envoûtant…


… L’hypnotique court métrage du talentueux Malcon Sutherland. Des formes colorées apparaissent sur un fond noir, mûes par un mouvement répétitif elles vont inéluctablement retournées dans le néant…

Et pour finir, le magnifique spectacle du cinéaste allemand Max Hattler. Un voyage record dans l’infiniment grand et l’infiniment petit qui mérite amplement ce titre à rallonge !

« Ma première séance » au Magic cinéma de Bobigny

"La promenade d'un distrait" de Beatrice Alemagna, 2003

« La promenade d’un distrait » de Beatrice Alemagna, 2003

Le dispositif Ma première séance initiée au cinéma L’étoile de la Courneuve par l’association Cinémas 93 est proposé maintenant à l’ensemble du département. Une trentaine d’enseignants d’école maternelle se sont portés volontaires pour accompagner leur classe dans la découverte de trois programmations conçues spécifiquement pour le jeune public.

affiche_qui_voila

AfficheAPETITSPAS

PETITEFABRIQUE_CP_recto

Formation "Ma première séance", 5/11/14

Formation « Ma première séance », 5/11/14

Après mon intervention qui portait sur des pistes de travail transversales aux trois programmes, les enseignants ont participé à un atelier de light painting animé par la réalisatrice Marie Paccou.


Bibliographie ma première séance

« Les enfants d’abord ! » au Jeu de Paume 8

IMG_4377« Les enfants d’abord ! » fêtent leur troisième saison avec le photographe américain, Garry Winogrand. Les enfants observent, s’interrogent, échangent et expérimentent sur le thème « Mouvements dans la ville ».

Atelier du 25/10/14

Atelier du 25/10/14

Atelier du 29 novembre 2014

Atelier du 29 /11/ 14

Atelier du 29/11/14

Atelier du 29/11/14


Deux autres dates sont proposées, à vos agendas !