« Une vie de chat » et « Phantom Boy » à Poitiers

deux_affiches

« Paris et New-York sont aussi irréalistes l’une que l’autre. Les deux villes ne sont que des versions rêvées, comme si elles avaient été recréées dans le studio. La plus grande différence est le nombre de fenêtres. Après en avoir dessiné des centaines, Jean-Loup appelle New-York, « la ville des fenêtres ». »                                                                                                                        Alain Gagnol, extrait d’un interview sur Filmmaker-magazine

Projection-conférence :                                                                                              Une vie de chat de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol, 2010                                                Phantom Boy de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol, 2015                                                  Liaison Ecole-Collège au cinéma                                                                                          Cinéma TAP-Castille de Poitiers                                                                                            Mercredi 17 janvier 2018

Documents accompagnant la conférence : pour aller plus loin et jeux des différences       Et aussi ici et  :

La chanson I Wished On The Moon de Billie Holiday accompagne la première sortie nocture de Dino et Nico dans Une vie de chat.

La chanson Dream a little dream of me d’Ella Fitzgerald participe quant à elle à l’épilogue de Phantom Boy.

Et deux « blow up » incontournables !

Henri-Georges Clouzot, un réalisateur en oeuvres

IMG_1464Quarante ans après sa mort, Henri-Georges Clouzot est de retour dans sa ville natale.    En écho à l’exposition organisée par son oncle au musée Galliera en 1924, L’art dans le cinéma français, l’exposition du musée Bernard d’Agesci de Niort célèbre l’art visuel en lien avec trois films cultes de la dernière période du réalisateur : Le Mystère Picasso, L’Enfer et La Prisonnière.

« Je ne suis pas un littéraire. On le dit, mais c’est faux. Quand je commence à raconter une histoire, c’est toujours en partant d’un choc visuel subi, pour aboutir à un choc réinventé, à une image déformée et quelquefois, je l’espère, efficace. »                                                                                                     H-G Clouzot à André Parinaud, Arts, n° 552

Ce désir de donner à voir les images mentales qui l’obsèdent est une constante dans l’oeuvre du cinéaste. Cette préoccupation est-elle à l’origine de sa collaboration avec Pablo Picasso ? Le prologue du Mystère Picasso présent dans l’exposition permet de le supposer… « On donnerait cher pour savoir ce qui s’est passé dans la tête de Rimbaud quand il écrivait Le Bateau ivre… dans la tête de Mozart pendant qu’il composait la symphonie Jupiter… pour connaître ce mécanisme secret qui guide le spectateur dans son aventure périlleuse. Grâce à Dieu, ce qui est impossible pour la poésie et la musique est réalisable en peinture… » 

Picasso

Photogramme du Mystère Picasso de Henri-Georges Clouzot, 1956

IMG_1479

« Tête de Faune  » de Pablo Picasso, été 1955

IMG_1494

Cahier du Cinéma, n° 60, juin 1956

L’article qu’André Bazin a écrit dans Les cahiers du cinéma à la sortie du film est exposé. Sa lecture est passionnante. Bazin souligne que seul le cinéma est à même de rendre compte des métamorphoses successives d’une peinture telle que la concevait Pablo Picasso. Le rapprochement entre la forme du film de Clouzot et celle des films d’animation expérimentaux m’intéresse particulièrement. Ce texte sera repris dans le recueil, Qu’est-ce que le cinéma ? édité aux éditions du CERF.                                                               … Cette conception ne fonde pas le dessin animé sur l’animation à postériori d’un dessin qui aurait virtuellement une existence autonome, mais sur le changement du dessin lui-même où plus exactement sur sa métamorphose. L’animation n’est pas alors pure transformation logique de l’espace, elle est de nature temporelle. C’est une germination, un bourgeonnement. La forme engendre la forme sans jamais la justifier…                                                               Un film bergsonien : « Le Mystère Picasso » de André Bazin, 1956

Dans L’enfer, ce n’est plus la conscience d’un artiste que Clouzot met en scène mais celle d’un personnage. Son scénario tient en une seule ligne. Marcel (Serge Reggiani) est un homme maladivement jaloux de son épouse Odette (Romy Schneider). Clouzot recherche  comment traduire plastiquement la névrose de son héros.

IMG_1461

Photogramme de « L’enfer » avec Serge Reggiani, H-G Clozot, 1964, film inachevé

Recherche désespérée s’il en est, l’obsession du réalisateur rejoignant celle de son personnage. Si le film n’a pu être achevé, les photogrammes et les rushs venus jusqu’à nous grâce au documentaire de Serge Bromberg sont des témoins hallucinants de ce désir de filmer l’intérieur d’un cerveau.

IMG_1474

Photogrammes de « L’enfer », 1964 / « H-G Clouzot, un réalisateur en oeuvres », musée Bernard d’Agesci

Après L’enfer, l’art cinétique est à nouveau sollicité pour le dernier film de Clouzot. Des oeuvres d’Yvaral, d’Antonio Asis, de Nicolas Schöffer et de François Morellet évoquent la galerie fictive de La Prisonnière.

Morellet

« Sphère-trames » de François Morellet, 1962 / « H-G Clouzot, un réalisateur en oeuvres », musée Bernard d’Agesci

L’exposition se termine par la reconstitution de l’appartement de Stan, le directeur de la galerie d’art joué par Laurent Tersieff. Joli cadeau offert aux visiteurs de se promener dans un décor de film composé par des oeuvres d’art ayant appartenu à Clouzot et au galeriste Daniel Cordier.

IMG_1491

« Le couple » de Meret Oppenheim, 1956 / « H-G Clouzot, un réalisateur en oeuvres », musée Bernard d’Agesci

« Ecole et cinéma 79″ Un animal, des animaux

ze_bre

… Mais arrêtons-nous un instant pour nous demander ce qu’est un musée. Est-ce une collection de glands et de feuilles sur une terrasse, ou un gigantesque bâtiment construit à prix d’or pour héberger les objets les plus rares et les plus beaux sur Terre ? La réponse est bien sûr : les deux. Un musée est une collection d’objets présentés avec le plus grand soin de manière à raconter une histoire extraordinaire… Le conservateur remplit une fonction importante, car c’est lui qui décide de ce qui a sa place dans le musée. Il décide ensuite de la manière exacte dont ces objets seront exposés. En un sens, toute personne qui fait sa propre collection chez elle est un conservateur. Lorsque vous choisissez comment présenter vos affaires, où accrocher telle ou telle gravure et dans quel ordre ranger vos livres, vous entrez dans la même catégorie qu’un conservateur de musée.                                                                Black Out de Brian Selznick, Bayard Jeunesse, 2012

 Projection-conférence :                                                                                               Un animal, des animaux de Nicolas Philibert                                                             Cinéma du Moulin du Roc de Niort                                                                         Mercredi 20 décembre 2017

Documents accompagnant la conférence : Pour aller plus loinregard sur les zèbres

Black Out de Brian Selznick,  2012

Black Out de Brian Selznick, 2012

D’autres ressources ici !

Michel Ocelot au Forum des Images

1

Michel Ocelot, Jacques Bled et Laurent Valière au Forum des Images, 16 décembre 2017

On peut être le père de Kirikou et galérer pour trouver le financement de son prochain long métrage. Michel Ocelot, invité du Carrefour du cinéma d’animationa conté devant un public conquis la pugnacité qu’il a dû déployer pour faire vivre sa nouvelle héroïne, Dilili.

IMG_1357

Dilili

Convaincu d’avoir écrit un scénario merveilleux, Michel Ocelot est quelque peu décontenancé (le mot est faible) devant la salve de refus qu’il essuie lorsqu’il présente son projet aux partenaires historiques de l’animation. Trois producteurs, les chaînes de TV et même le CNC retoquent son histoire. Plus étrange encore, il reçoit une dizaine de lettres anonymes lui expliquant à quel point son scénario est mauvais.                                      Mis à part la parenthèse enchantée de la production d’Azur et Asmar, Michel Ocelot s’est toujours battu pour défendre ses histoires et face à cette opposition générale, loin d’abdiquer, il commence sans attendre son film en explorant Paris avec son appareil photo.

Michel Ocelot aux égouts de Paris

Michel Ocelot dans les égouts de Paris

Il parcourt un nombre incroyable de kilomètres sur et sous l’asphalte parisien et ouvre les portes de lieux illustres ou plus inattendus recueillant ainsi plus de 17000 photos. Tous les décors du film seront réalisés à partir de ces photographies. Michel Ocelot donne à voir un Paris de la Belle Epoque entre rêve et réalité grâce à d’incroyables décors composites.

IMG_1370

Le salon de Sarah Bernhardt est composé de tentures de l’Opéra, de fauteuils du musée d’Orsay, d’une chaise redessinée par Michel Ocelot…

Michel Ocelot n’aurait pas pu continuer l’aventure seul. Lors de la rencontre, il a tenu à saluer le soutien indéfectible de Jacques Bled des Studios Mac Guff Ligne et a rendu hommage à Virginie Guilminot du studio Les Fées Spéciales. Le film se fabrique entre Paris, Montpellier et Bruxelles.                                                                                               Avant de montrer quelques extraits du film qui devrait sortir sur nos écrans en octobre 2018, Michel Ocelot rappelle les éléments clés de son scénario. Lors de l’exposition universelle de 1900, une fillette canaque, Dilili, est confrontée à un mystère terrifiant. Un groupe de malfaiteurs appelé Les Mâles Maîtres enlève les petites filles de la capitale.

image020

© Nord-Ouest Films/ Studio O/ Senator Film/Artémis

image007

© Nord-Ouest Films/ Studio O/ Senator Film/Artémis

© Nors-Ouest Films/ Studio O/ Senator Film/Artémis

© Nord-Ouest Films/ Studio O/ Senator Film/Artémis

Aidée dans sa lutte contre le mal par un jeune livreur en triporteur et par une cantatrice interprétée par Nathalie Dessay, la jeune Dilili va rencontrer un nombre impressionnant de figures illustres de la Belle Époque, des artistes, des scientifiques, des politiques… La part belle est donnée aux femmes avec un trio éclectique composé de l’actrice Sarah Bernhardt, du prix Nobel de physique Marie Curie et de l’anarchiste Louise Michel.              Lors des questions du public, Michel Ocelot précise que son film a été pensé pour la 3D mais pour des raisons économiques la technique d’animation retenue est un savant mélange de 3D et de 2D réalisé avec les logiciels libres Blender et Krita.

IMG_1368

Dans cette séquence du Bateau-Lavoir, deux personnages sont animés en 3D, les autres en 2D… Ils ne font juste pas la même chose…

En attendant la sortie du film, on peut faire une petite balade parisienne en suivant les pas de Michel Ocelot. Il nous souffle la première étape, le square Rappe dans le 7ème arrondissement à la découverture de l’architecte Jules Lavirotte.

« Ecole et cinéma 92″ Le Cirque

corde2« Je crois que pour réussir un spectacle, il faut savoir faire venir les larmes aux yeux des spectateurs, mais, juste au moment où ils ont la gorge qui se noue, il faut déclencher un rire qui essuie les larmes. A mon avis, voilà ce que doit faire un véritable artiste. »                                                          Charlie Chaplin, Les archives Charlie Chaplin, Taschen, 2015

Projection-conférence :                                                                                                      Le Cirque de Charlie Chaplin, 1928                                                                               Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                   Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                       Samedi 16 décembre 2017                                                                                                 Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                                   Samedi 13 janvier 2018

Document accompagnant la conférence : pour en savoir plus…

Un documentaire tourné en 1918 par Chaplin dans lequel il est très heureux de nous présenter son nouveau studio à Hollywood, il est maintenant seul maître à bord ! A voir !

D’autres pistes ! Ici et là 

UPOPI (Université Populaire des Images) vient de sortir un numéro spécial : Charlie Chaplin, au coeur du cinéma… Entretien, conférence, analyses, montages vidéo… Tout est passionnant ! upopi

« Maternelle et cinéma » en Seine-et-Marne

couv« Ce n’est pas la réalité qui compte dans un film, mais ce que l’imagination peut en faire. »                                                      Charlie Chaplin, Histoire de ma vie, Edition Laffont, 2002

Projection-conférence :                                                                                                   La boîte à malice                                                                                                     Voyages de rêve                                                                                                      Cinéma Espace Prévert de Savigny-le-Temple                                                           Samedi 9 décembre 2017

Document accompagnant la conférence : pour aller plus loin..

Poisson_3

« Imagination « , Kôji Yamamura, 1993

Photogrammes : Images séquentiellesmétamorphoses.

Rencontre fortuite autour d’un chapeau et d’un parapluie…

para2

« Imagination « , Kôji Yamamura, 1993

chapeau

« Imagination « , Kôji Yamamura, 1993

les-vacances-de-hegel

Les vacances de Hegel, René Magritte, 1958

IMG_1287

Chut !, Patrick Couratin, Harlin Quist, 1998

Kôji Yamamura, c’est aussi iciici ou encore !

Impression_d_arc_en_ciel4

Impression d’arc en ciel, Gitanjali Rao, 2006

Photogrammes : regard subjectif

Voyages de rêve, c’est aussi ici et !

Deux dossiers très complets réalisés par les conseillers pédagogiques départementaux arts plastiques et visuels du 77 : La boîte à malice, Voyages de rêve.

Quand le cinéma s’adresse aux très jeunes spectateurs…

10

Photogramme du court métrage de Herz Frank, « 10 minutes de vie », 1978, Riga Film Museum

« … Avoir la tête dans les étoiles à trois ans, c’est avoir les pieds sur terre à vingt ans. »                                                                                                                 Marie-Aude Murail

Invitée  par le Centre Social et Culturel La Passerelle de Rixheim, j’animerai lundi prochain une conférence-débat sur le cinéma et les très jeunes spectateurs.

cinema-enfant

                           Les jeunes enfants ne vont pas seuls dans une salle de cinéma.            Ils sont accompagnés par des membres de leur famille ou par des professionnels qui sont les prescripteurs de leurs premières sorties culturelles.
Nous questionnerons ensemble cette expérience partagée. Quels sont les enjeux pour les jeunes enfants d’une immersion dans un monde imaginaire ? Comment choisir des films adaptés aux tout-petits ? Quels sont les liens qui se tissent entre les enfants et les adultes lors de la séance ? Comment préparer la séance et comment la prolonger ?

Une analyse passionnante de Neil McGlone sur le documentaire de Herz Frank.

Document prolongeant la conférence : Mes coups de coeurs…

« Maternelle et Cinéma » en Loire-Atlantique

la séance de cinéma

« La séance de cinéma » de Sempé, Histoires inédites du Petit Nicolas, 1959 – extrait

Nous attachons une importance extrême à cette découverte par les enfants des films dans une ‘vraie salle de cinéma’. Ce qui se construit, dans l’obscurité peuplée de silhouettes des spectateurs et des sons de leurs réactions est unique. II s’agit d’un spectacle et d’émotions vécues dont le souvenir nous accompagne plus ou moins longtemps selon la force des films. Et l’on sait aujourd’hui l’importance de ces émotions dans la construction même de notre intelligence.                                                                                         Jean-Pierre Daniel, citation extraite du texte « Histoire et enjeux de l’éducation à l’image »

Conférence :                                                                                                             Petites Z’escapades                                                                                                   Loulou et autres loups                                                                                                          Cinéma Le Cinématographe de Nantes                                                                                Mercredi 29 novembre 2017

Document accompagnant la conférence : Pour aller plus loin

Pour mes courts métrages, je ne commence jamais par l’écriture du scénario. J’ai une image dans la tête et j’essaye de la dessiner, et c’est ensuite seulement que je construis un récit autour de cette image.                                                                                   Pierre-Luc Granjon dans « Dessins Animés, Films d’animation, carnets de croquis » de Laura Heit, Editions de La Martinière, 2013

dessin2

Petite escapade de Pierre-Luc Granjon, 2001

Photogrammes Petite escapadede plus en plus près , les valeurs de plans et de la réalité à la fiction.

Oeuvres en lien avec Au bout du monde de Konstantin Bronzit…

Au_bout_du_monde

Au bout du monde de Konstantin Bronzit, 1999

la_rue_e_vers_l_or

La ruée vers l’or de Charles Chaplin, 1925-1942

albums

« Bascule », « Un tout petit coup de main », « Who is playing with the grey elephant ? » deux albums et un flip-book

 


J’ai toujours pensé que la seule dimension intéressante du dessin animé n’était pas le dessin mais la musique et les sons. Un dessin est animé quand il est dynamique, il se suffit à lui-même, tandis que le son n’est pas remplaçable. Les dessins de Reiser, par exemple, animer Reiser n’a pas de sens, parce que c’est de la dynamique pure. La vraie dimension, c’est le son, c’est-à-dire les acteurs, et la vie.                                                                                            Grégoire Solotareff,  « Solotareff imagier », éditions MeMo, 2008

Loulou

Loulou de Serge Elissalde, 2003

Photogrammes Louloude l’album au film…de plus en plus près et grand-petit.