Atelier « cinéma d’animation » Maison Populaire de Montreuil

IMG_4352

Les premières séances de l’atelier ont été consacrées à la découverte des précurseurs du cinéma et aux jouets optiques du XIX ème siècle. Thaumatrope, phénakistiscope, zootrope, folioscope, praxinoscope sont des objets fabuleux à manipuler et à fabriquer…

Après les pantomines lumineuses d’Emile Reynaud, les instantanés d’Eadweard Muybridge et les vues des frères Lumière, nous nous sommes intéressés aux trucs de Georges Méliès. Son truc de substitution par arrêt de la caméra a un lien direct avec le cinéma « image par image », nous lui avons rendu hommage…



La réalisation de ce film est aussi l’occasion d’apprendre que le cinéma est un travail d’équipe, nous rendons hommage aux métiers de l’ombre…

Un comédien entouré de quatre accessoiristes.

Un comédien entouré de quatre accessoiristes.

La star et sa doublure !

Une star et sa doublure !

La costumière pour un échange de collants express

Une costumière pour un échange de collants express

Et bien sûr un opérateur de prises de vue...

Et bien sûr un opérateur de prises de vue…

12-15ANS.jdp au Jeu de Paume

IMG_0158Le Jeu de paume propose aux jeunes de 12 à 15 ans une nouvelle formule pour pratiquer les images. Le mouvement était à l’honneur dans la première édition …                                                    Du mouvement dans les images aux images en mouvement

Porter un regard attentif et éclairé sur les photographies de Garry Winogrand et les films de la vidéothèque éphémère, répondre à un défi photographique, fabriquer un flipbook, réaliser une séquence vidéo, enrichir une pratique personnelle, confronter ses idées … Deux après-midi bien occupés !

IMG_0062

Le jardin des Tuileries est un terrain d’expérience fabuleux.

Pauline présente l'exposition Garry Winogrand.

Pauline présente l’exposition Garry Winogrand.

Photographier la décomposition d'un geste...

Photographier la décomposition d’un geste…

... pour reconstituer le mouvement dans un flipbook.

… pour reconstituer le mouvement dans un flipbook.

Réaliser une séquence vidéo de A à Z... prise de vue, montage, partage.

Réaliser une séquence vidéo de A à Z… prise de vue, montage, partage.

La Petite Taupe au Sélect d’Antony

La petite taupe et le parapluie de Zdenek Miler, 1971

La petite taupe et le parapluie de Zdenek Miler, 1971  Sortie au cinéma dans Le carnaval de La Petite Taupe, 17 septembre 2014, Les films du préau

Cinq nouveaux épisodes inédits de La Petite Taupe sortent au cinéma. Une jolie occasion de faire découvrir cette héroïne malicieuse aux très jeunes spectateurs et d’offrir à leurs parents un moment de tendre nostalgie.

Au cinéma Le Sélect d’Antony, les enfants sont des spectateurs de choix. Après la séance de cinéma et un bon goûter, ils ont relevé le défi de faire bouger la petite taupe « sans les mains » !

Atelier " Anime ton doudou avec la Petite Taupe", 1/10/14

Atelier  » Anime ton doudou avec la Petite Taupe », 1/10/14

Atelier " Anime ton doudou avec la Petite Taupe", 1/10/14

Atelier  » Anime ton doudou avec la Petite Taupe », 1/10/14

Atelier " Anime ton doudou avec la Petite Taupe", 1/10/14

Atelier  » Anime ton doudou avec la Petite Taupe », 1/10/14


Musique : http://www.musicscreen.be,  Miki sous licence creative commons

Musique : http://www.musicscreen.be, Chaplin dance sous licence creative commons

Small Universe d’Erik Kessels, Arles 2014

Arles, septembre 2014

Arles, septembre 2014

Collectionneur et spécialiste de la photo amateur, Erik Kessel est un habitué des rencontres d’Arles. Cette année, ce n’est pas une installation sur la photographie vernaculaire qu’il présente mais les travaux de neuf artistes hollandais réunis sous son regard décalé …

 » Les hollandais font partie des gens les plus grands de la planète, et pourtant ils vivent dans l’un des plus petits pays du monde …  »            la suite

Présentation subjective de l’exploration de ce Petit univers.

La pièce consacrée à Hans Eijkelboom est au coeur de ce parcours. Ses toutes premières séries sont à l’honneur. Elles sont emblématiques de son travail. Hans Eijkelboom suit pour chacune d’elle un protocole dans lequel il se met en scène pour interroger son identité et ses relations aux autres.

Hans Eijkelboom, Identités, 1976

Hans Eijkelboom, Identity, 1976

Par exemple, pour la série Identity, il demande à dix anciennes connaissances les souvenirs qu’elles gardent de lui et quel pourrait être son métier actuel. Il se déguise en chacune des propositions et réalise un autoportrait en bucheron, en pilier de bar, en policier… Ses correspondants reçoivent ensuite une lettre avec ces mots : tu as complètement deviné, voici une photo de moi.

Hans Eijkelboom, tenue à 10 euros, 2005-2006

Hans Eijkelboom, 10-euro outfits, 2005-2006

La série 10-euros outfits date quant à elle des années 2000. Hans Eijkelboom se photographie dans la rue avec une nouvelle tenue dont le prix ne doit pas excéder 10 euros. Ces trente-deux nouveaux autoportraits participent aux récents travaux de Hans Eijkelboom qui interrogent les choix vestimentaires dans la construction de l’identité individuelle et collective.

Erik Fens reprend quant à lui le geste fondateur des premiers photographes ; photographier de son balcon. Ce lieu familier lui permet d’observer tout à loisir le reflet d’un arbre sur le capot des voitures garées à son pied. La fusion de l’arbre et de la voiture est à chaque cliché renouvelée. Erok Fens joue avec la qualité de la lumière, la couleur des carrosseries et le cadrage. La répétition est ici poétique… Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre.

Erik Fens, Tree car

Erik Fens, Tree car

Face à l’oeuvre de Hans de Vries, j’ai le sentiment de me trouver face à un objet non identifié. Quelques explications s’imposent… Cet artiste atypique est actif dans les années 70. Il porte une attention accrue à certains éléments de sa vie quotidienne. Il possède avec son épouse un magnifique géranium. Généreux, ils décident de faire des boutures pour partager avec leur proche le plaisir que leur apporte cette plante.

Hans de Vries, the history of the lemon geranium

Hans de Vries, the history of the lemon geranium

Hans de Vries, the history of the lemon geranium

Hans de Vries, the history of the lemon geranium

La plante devient un vrai personnage, Hans de Vries s’informe régulièrement de l’évolution des boutures. Ses notes manuscrites et ses photos constituent le journal de bord de cette étrange lignée. Il élabore peu à peu un réseau qui n’a rien de virtuel.

Jos Houweling et Hans Van Der Meer établissent tous les deux une typologie photographique de l’espace urbain. La confrontation de leur travaux est intéressante. Jos Houweling réalise ses prises de vue dans la capitale hollandaise au début des années 70, la municipalité d’Amsterdam ayant souhaité publier un livre à l’occasion des 700 ans de la ville.

Jos Houweling, 700 cents, 1975

Jos Houweling, 700 cents, 1975

Jos Houweling dresse un inventaire à la Prévert, il prend en cadrage serré des ensembles de plaques d’égout, d’horloges, de landaus, d’habitants à leur fenêtre… Ses juxtapositions forment un ensemble très vivant où la diversité règne. Trente plus tard, Hans Van Der Meer s’intéresse quant à lui aux villes moyennes des Pays Bas.

Hans Van Der Meer, The netherlands of the shelf, 2008

Hans Van Der Meer, The netherlands of the shelf, 2008

Sa démarche est tout autre. Il prend essentiellement des places en plan large, son point de vue est légèrement surélevé. A partir de cet ensemble de photographies, il établit une typologie du matériel urbain sous la forme d’un catalogue glacé et glaçant. On est très loin de la fantaisie des années 70.

Maurice Van Es et Milou Abel explorent la relation du photographe avec son modèle. Pour l’un c’est son jeune frère adolescent réfractaire à toute photo, pour l’autre c’est une inconnue étrange repérée dans la rue. Quelle distance, quel point de vue et quelle empathie adoptent-ils pour nous raconter un moment de leur histoire ?

Maurice Van Es, New life, 2011-2013

Maurice Van Es, New life, 2011-2013

Milou Abel, I'm you, 2011

Milou Abel, Ik ben jou, 2011

Avant de se présenter sous la forme d’une installation, le projet Ik ben jou de Milou Abel a fait l’objet d’un très beau livre à double reliure. Les photographies de Milou Abel s’entrelacent avec des photographies personnelles du modèle. Le jeu de dévoilement et de recouvrement est passionnant.

Mon parcours se termine sur les visages en pleurs de Mélanie Bonajo.

Mélanie Bonajo, Thank you for hurting me, I really needed that, 2009

Mélanie Bonajo, Thank you for hurting me, I really needed that, 2009

Elle prend le contrepied de la « smile photography ». Quelle image de soi expose-t-on au regard des autres ? De quels moments de sa vie désire-t-on garder des traces ?

Je n’ai pas vu le diaporama de Sema Bekirovic à l’atelier de chaudronnerie d’Arles. De gros orages ayant perturbé l’installation électrique, le mur est resté désespérément blanc lors de ma visite. La découverte de ce projet est donc différée.

Sema Bekirovic, Koet, 2006-2007

Sema Bekirovic, Koet, 2006-2007

Je n’aurai pas à attendre longtemps car l’exposition Small Universe est accueillie pendant un mois au 104 à partir du 13 novembre. Qu’on se le dise !

De Comrades à Sils Maria …

Comrades de Bill Douglas, 1986, sortie cinéma en France juillet 2014

Comrades de Bill Douglas, 1986, sortie cinéma en France le 23 juillet 2014

Après un sevrage cinématographique de plusieurs semaines, je retrouve avec plaisir l’obscurité des salles de cinéma pour découvrir la version restaurée du dernier film de Bill Douglas, Comrades. Un bonheur total ! Raconter l’histoire vraie de ces laboureurs anglais par l’intermédiaire d’un montreur de lanterne magique itinérant est une très belle idée de mise en scène. La révolution industrielle qui bouleverse l’organisation du travail est aussi porteuse du développement d’une nouvelle industrie, celle des médias ! Tout au long de son film, Bill Douglas présente un florilège d’appareils optiques qui annoncent l’avènement du cinéma. Un seul acteur, Alex Norton, incarne les différents « montreurs d’images » qui croisent les laboureurs de Tolpuddle tout au long de leur lutte. Chacune de ses apparitions est captivante. En voici quelques unes …

comrades4

Le thaumatrope dans Comrades

comrades

lanternistefin

Après des années de déportation en Australie, les laboureurs de Tolpuddle retrouvent leur liberté et leur dignité parce qu’on parle d’eux ! Des comités de soutien fleurissent dans toute l’Angleterre, des journaux prennent position… Les images comme les mots peuvent être au service des puissants, ils peuvent aussi être un outil d’information et d’émancipation…

Peu de temps après, je vais voir le dernier film d’Olivier Assayas, Sils Maria. Au delà de l’histoire fascinante de l’actrice Maria Enders, j’ai le sentiment étrange qu’Olivier Assayas prend le relais de Bill Douglas, les appareils optiques laissant la place aux objets technologiques. Il est toujours troublant de constater l’impact d’une oeuvre sur la vision d’une autre.

Sils Maria d'Olivier Assayas, 20 août 2014

Sils Maria d’Olivier Assayas, 20 août 2014

Le lieu principal du récit est lié à un documentaire tourné dans les années 20 par le réalisateur allemand, Arnold Franck. Assayas montre à plusieurs reprises un extrait de ce film, il enregistre lui même le fabuleux phénomème météorologique. Le regard d’Assayas n’est pas pour autant nostalgique, les images anciennes sont ici des sources d’inspiration pour de nouvelles créations.

Le phénomène nuageux de Makoja de Franck Arnold, 1924

Le phénomène nuageux de Maloja de Franck Arnold, 1924

Car ce sont bien les images contemporaines qui intéressent Olivier Assayas. Si le cinéma et la télévision sont toujours présents, ce sont les téléphones portables et les tablettes numériques qui envahissent la vie des personnages et les plans du film.

Sils Maria

Sils Maria2

 Dans quelles mesures les flux d’information et d’images influent-ils sur notre perception du monde et notre relation à l’autre quand tout un chacun peut être un producteur et un récepteur de ces fameux flux ? Star ou anonyme, même combat… Etre vu sur les réseaux sociaux quel qu’en soit le prix.

Tunisie, 24 août 2011 http://tunisiagraffitiproject.wordpress.com/tag/revolution/

Tunisie, 24 août 2011 http://tunisiagraffitiproject.wordpress.com/tag/revolution/

Comrades et Sils Maria … Deux films, deux univers, deux réalisateurs qui inaugurent une belle rentrée cinématographique.

Le festival Idéklic, juillet 2014

couv2Cette année, Moirans en Montagne fête la vingt-cinquième édition de son festival dédié aux enfants, Idéklic. Pendant 4 jours, 52 ateliers et 30 spectacles ont fait la joie des petits curieux et de leur famille. Accueillie par le musée du jouet, j’ai eu le plaisir d’animer l’atelier Anim’jouets.


Musique : http://www.musicscreen.be/  Impro Dolly et  Trumpetico sous licence creative commons

L’article suivant est écrit par une jeune journaliste en herbe, Noa !

 » En ce moment Marielle est au festival Idéklic dans le Jura. Je vais vous expliquer comment cet atelier se déroule dans la joie et la bonne humeur. Les premiers enfants de vendredi matin arrivent. Tout d’abord, ils manipulent les thaumatropes, les zootropes, les praxinoscopes et les folioscopes puis ils font une séquence animée avec Odin qui est bénévole au festival. Gaspard, le deuxième bénévole leur fait fabriquer un thaumatrope. Ensuite, ils vont admirer avec Françoise la vitrine du musée qui présente des jouets optiques. Pour finir, ils voient un petit court métrage, Tin Toy des Studios Pixar. Malheureusement, dehors il ne fait pas très beau. Le deuxième atelier se passe très bien et le temps a l’air de s’améliorer un peu. La matinée se termine bien pour moi et j’espère que Marielle reviendra l’année prochaine. »

Noa présente un thaumatrope à un jeune festivalier

Noa présente un thaumatrope à un jeune festivalier.

La vitrine des jouets optiques au Musée du jouet

La vitrine des jouets optiques au musée du jouet

Un duo de choc !

Odin et Gaspard, un duo de choc !

Le cinéma d’animation en 1964 …

La sirène d'Osamu Tezuka, 1964

La sirène d’Osamu Tezuka, 1964

Pour des raisons très personnelles, je me suis amusée à rechercher quels étaient les films d’animation sortis en 1964. Je me suis attachée aux courts métrages qui représentent l’essentiel de la production. De nombreuses découvertes avec parfois de très jolis cadeaux… Liste non exhaustive qui ne demande qu’à s’enrichir …

La sirène d’Osamu Tezuka, Japon

Mémoire d’Osamu Tezuka, Japon

A.O.S de Yoji Kuri, Japon

The Pink Phink de Friz Freleng, Etats-Unis

Canon de Norman Mac Laren, Canada

Vau-Vau de Boris Kolar, Croatie

Une histoire romantique de Gyula Macskassy, Hongrie

L’ourson (Toptyzka) de Fyodor Khitrouk, Russie

La pie voleuse d’Emanuele Luzzati et Giulio Gianini, Italie

Les jeux des anges de Walerian Borowczyk, Pologne-France

Les temps morts de René Laloux, France

Les oiseaux sont des cons de Chaval, France

Et aussi …

Le dernier truc de M.Schwarzwald et de M.Edgar de Jan Svankmajer, Tchécoslovaquie

1964

Je n’en crois pas mes yeux !

Photogramme de l'homme qui rétrécit, Jack Arnold, 1957

Photogramme de l’homme qui rétrécit, Jack Arnold, 1957

« Tu es assez grand pour comprendre que Grant Williams, l’acteur qui joue l’homme qui rétrécit, n’a pas rapetissé, que cet effet a été créé par un chef décorateur habile qui a fait construire un fauteuil énorme dans lequel pourrait s’asseoir un géant de quatre mètres, mais l’impact sur toi est néanmoins extraordinaire et troublant. Il n’y a là rien de compliqué, c’est juste une affaire d’ajustement d’échelle, et pourtant l’étonnement et la sensation de dislocation te submergent, te fascinent, te dérangent, comme si toutes les représentations du monde physique que tu avais supposées vraies jusqu’ici venaient d’être brutalement remises en question. »                                                                                                                                       Excursions dans la zone intérieure de Paul Auster, 2014

Les classes parisiennes inscrites dans le dispositif Ecole et cinéma ont pu vivre une expérience cinématographique qui hante Paul Auster depuis plus de cinquante ans, voir l’homme qui rétrécit dans une salle de cinéma ! Dans le cadre des ateliers organisés par Enfances au cinéma, trois classes se sont interrogées sur les trucages utilisés par Jack Arnold dans son film culte et ont réalisé des photomontages qui explorent l’infiniment grand et l’infiniment petit …

Les CM2 de Florence Aadari, école Vaucanson

Les CM2 de Florence Aadari, école Vaucanson

Les CE2 de Catherine Delon, école Colonel Moll

Les CE2 de Catherine Delon, école Colonel Moll

couv

Les CE2 d’Astrid Youssef, école Milton

Les CE2 d'Astrid Youssef, école Milton

Les CE2 d’Astrid Youssef, école Milton

Documents et vidéos en lien avec l’homme qui rétrécit, c’est ici et !