Le portrait avec « La Petite École de Cinéma » – 2

dialogue1Quelle joie de pouvoir suivre un projet sur tout son déroulement ! Depuis notre première rencontre, les classes inscrites dans le dispositif La Petite Ecole de Cinéma ont fait un travail remarquable avec les cinéastes qui les ont accompagnées dans la réalisation de leur film.    Rendez-vous était donné au mois de mai au cinéma Le Studio pour valoriser sur grand écran plusieurs de ces films.

2

« Les amis catastrophes », Ecole Paul Bert 2, Le Havre

3

« Thimoté Polet, la passion partagée », Ecole Dauphine, Le Havre

La réaction du public lors de la projection et les discussions qui ont suivi ont montré la valeur de l’investissement des différents acteurs de ce projet ambitieux : les enfants, leurs enseignants, les cinéastes et l’équipe de Havre de Cinéma.

4

5De plus, cette rencontre a été l’occasion de montrer aux classes comment deux réalisatrices se sont emparées du portrait cinématographique. Regarder des films permet aussi de se poser des questions de réalisation.                                                                                      Qu’est-ce que les réalisatrices donnent à voir des personnes filmées ? Comment nous les dépeignent-elles et avec quelles techniques ? Comment les réalisatrices sont-elles impliquées dans leur film ? Qui prend en charge le récit ? Comment la parole est-elle recueillie et restituée ?

6

« Espace » de Eléonore Gilbert, 2014

7

« Saigon sur Marne », Aude Ha Lepiège, 2014

Merci à Yann pour son reportage photo. Merci à Céline et à David pour leur accueil au Studio. Merci à Ginet pour sa confiance renouvelée. Merci à tous pour les échanges fructueux !

Le portrait avec « La Petite École de Cinéma »… 76

Antoinette

L’illusioniste, Alain Cavalier, 1992

« Je crois que je ne suis fait que pour les visages, et encore, il faut qu’ils soient seuls sur l’écran, et de face, et presque immobiles, simplement dans le but de mettre en valeur leur énergie en expansion infini. J’ai commencé à être ‑vaguement- cinéaste à partir du moment où je n’ai plus inventé la moindre action dramatique. Je ne filmais que ce qui avait été vécu par moi, ou par quelqu’un qui avait soigneusement consigné son expérience.                     » Je reviens toujours au même point : c‘est au tournage pour moi que les choses se passent. Ce qui est raté au tournage est raté au montage, est raté pour l’œil du spectateur. »           René Prédal, Alain Cavalier : « Filmer les visages », L’AvantScène cinéma, n° 440-441, mars-avril 1995.

Ateliers sur le portrait                                                                                                    La petite école de Cinéma                                                                                             Havre de Cinéma                                                                                                               Du 18 au 26 novembre 2021

J’ai eu le plaisir de partir à la rencontre d’une quinzaine de classes de l’agglomération havraise inscrites dans le dispositif La Petite école de Cinéma, dispositif mis en place par l’association Havre de Cinéma et l’éducation nationale depuis plusieurs années. Avec la complicité d’un cinéaste, chaque classe réalise cette année un court métrage sur la thématique du portrait. Mon objectif était d’introduire cette thématique par la découverte d’oeuvres choisies pour susciter chez les élèves des interrogations et des échanges au sein de leurs classes.

Dans un premier temps les élèves étaient invités à dire le mot qu’ils associaient spontanément au mot portrait. Cette liste était interrogée à la fin de la séance ; avions-nous lors de l’atelier évoqué tous ces mots ? Vers quelles autres perpectives nous entraînaient ceux qui n’avaient pas été cités ?

1

Puis j’ai mis mes mots dans ceux de Pline l’Ancien pour raconter aux élèves l’histoire de la fille de Corinthe et de son père, le potier Butadès. Nous avons ensuite découvert comment deux artistes s’étaient emparés de ce mythe à quelques siècles d’écart, le peintre belge Joseph-Benoît Suvée et la photographe américaine Karen Knorr.

2

3

La reproduction du tableau de Louis XIV en costume de sacre a fait beaucoup réagir les enfants. Pourquoi portait-il des collants et des chaussures à talons ? Pourquoi a-t-il des cheveux longs ? Quel âge avait-il lorsque le peintre a fait son portrait ? Que représente le petit portrait inscrit sur la colonne ? Pourquoi ses habits sont-ils de la même couleur que son fauteuil ? Que représente le motif doré ? Pourquoi porte-t-il un bavoir ? Quel effet fait-il sur nous ? Pourquoi boude-t-il ?

4 Nous avons ensuite comparé la peinture de Hyacinthe Rigaud au portrait photographique de Sarah Bernhardt réalisé par Nadar à la fin du XIX ème siècle. Qu’ont-ils en commun ? Qu’est-ce qui les différencie ?

5

Après l’exploration des images fixes nous avons découvert un portrait cinématographique, Antoinette, l’illusionniste d’Alain Cavalier. C’est peu dire que les élèves et les enseignants sont tombés sous le charme de cette vieille dame de 86 ans au regard malicieux.

6

Beaucoup d’enfants ont été marqués par l’habileté d’Antoinette à réaliser ses différents tours de magie. Ce n’est pas l’activité qu’ils imaginaient pour une vieille dame ! Certains ont été aussi sensibles au récit de sa vie et à l’attention qu’elle a pour les personnes âgées et les enfants handicapés. Enfin chacun a réalisé un portrait d’Antoinette au format d’une photo d’identité. Un joli patchwork autour de cette vieille dame espiègle.

Capture d’écran 2021-12-17 à 16.59.08

Capture d’écran 2021-12-17 à 17.05.56

Quelques notions abordées au fil des échanges : lumière – ombre – description – sensation – fiction – documentaire – mise en scène – illusion – cadrage – tournage – montage –  hors champ – plan – regard caméra

Et une vidéo sur un grand monsieur qui est resté en hors champ pendant l’atelier !