« École et Cinéma 92″, Le voyage de Chihiro

double

« Jusqu’à maintenant, je créais un personnage principal en me disant « je souhaite qu’une telle personne existe. » Cette fois, j’ai créé une héroïne qui est une petite fille ordinaire, quelqu’un avec qui les spectateurs pourront sympathiser, quelqu’un dont ils pourront dire, « oui, c’est comme ça en vrai. » C’est très important de la rendre crédible et réaliste. A partir de là, ce n’est plus une histoire où les personnages deviennent adultes, mais une histoire où ils découvrent quelque chose qui est à l’intérieur d’eux-mêmes, et qui réveillé par les circonstances particulières […] Dans ces circonstances rencontrées par Chihiro, la plupart des hommes paniqueraient ou refuseraient d’y croire, mais ces hommes finiraient par être dévorés. On peut dire qu’en fait, le talent de Chihiro est de trouver la force de ne pas se laisser dévorer. En aucune façon, elle n’est devenue l’héroïne parce qu’elle serait une jolie petite fille dotée d’un cœur exceptionnel. » Citation de Hayao Miyazaki

Projection-conférence :                                                                                                 Le voyage de Chihiro, Hayao Miyazaki, 2001                                                               Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 2 octobre 2021                                                                                             Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                         Samedi 9 octobre 2021                                                                                                   Co-animation avec Marc Laugenie (conseiller pédagogique en musique)

 À télécharger : Pour aller plus loinDe Chihiro à SenD’un passage à l’autreLe shinto ou la voie des KamiDes métamorphosesLa métamorphose de BôL’extrait La descente d’escalier 1L’extrait La descente d’escalier 2Voyage en ballon

Capture d’écran 2021-09-21 à 09.45.55

Après la sortie du film Princesse Mononoke, Hayao Miyazaki, épuisé par plus de deux ans de travail intensif, annonce pour la première fois son départ à la retraite. La mort accidentelle de son successeur désigné, Yoshifumi Kondo, lui fait reprendre le chemin des studios pour réaliser Le voyage de Chihiro. Depuis lors, Hayao Miyazaki a annoncé un certain nombre de fois sa retraite pour revenir sur sa décision quelque temps plus tard. Deux longs métrages sont attendus, tel le personnage du vieux Kamaji, Hayao Miyazaki semble bien être l’esclave consentant du cinéma.

L’adaptation en long métrage de son court métrage Boro la Chenille.

 Le deuxième long métrage auquel Hayao Miyazaki travaille depuis 2016 est en lien avec le roman de Yoshino Genzaburo paru en 1937, Comment vivez-vous ?. Le film racontera combien le livre du journaliste Genzaburo a été important dans la vie du héros. Le film est dédié à son petit-fils.

Capture d’écran 2021-09-21 à 10.31.42

En attendant la sortie du film, on peut se plonger dans la lecture du roman qui vient d’être édité en français.

Le livre de Sachiko Kashiwaba, La Cité des Brumes oubliées, une source importante pour Le voyage de Chihiro, est lui aussi enfin traduit en français et il sort le 13 octobre. Un petit tour dans vos librairies va s’imposer !

la cité des brumes oubliées

Dessins du Studio Ghibli …

Vive le fond vert ! Art ludique     Le musée 4/10/14- 1/3/15

Vive le fond vert !  Art ludique Le musée  4/10/14- 1/3/15

J’aime quand le cinéma m’embarque… alors voyager aux côtés de Chihiro pour découvrir les secrets du layout, je dis OUI sans hésiter !  La scénographie de l’exposition est très simple, une pièce introductive avec de grands panneaux explicatifs sur le processus d’animation et sur les termes utilisés, puis une succession de salles avec plus de 1300 layouts reprenant la chronologie des films réalisés au Studio Ghibli : de Nausicaä de la vallée du vent à Souvenirs de Marnie.

Nausicaä de la vallée du vent, Hayao Miyazaki, 1984

Nausicaä de la vallée du vent, Hayao Miyazaki, 1984

Souvenirs de Marnie, Hiromasa Yonebayashi, 2014

Souvenirs de Marnie, Hiromasa Yonebayashi, 2014

Le layout est avant tout un dessin qui synthétise le plan d’un film. Sa richesse n’est pas dans les matériaux ou la technique utilisée mais dans sa conception et sa réalisation.

feuilles,  une barre à tenon, crayons graphiques, crayons de couleur, gomme, stylet de gaufrage

feuilles, une barre à tenon, crayons graphiques, crayons de couleur, gomme, stylet de gaufrage

Le dessin montre la composition du cadre : le point de vue, les éléments du décor, les personnages… Les annotations inscrites sur le dessin sont aussi essentielles, outre le numéro du plan et sa durée, elles indiquent les mouvements de caméra, le défilement éventuel du décor … Sur certains layouts, on peut lire aussi des messages des réalisateurs comme par exemple de regarder une émission sur le monde marin à la télévision ! Il est fascinant de voir comment le mouvement est représenté dans une image fixe. Très souvent notre imagination est mise à contribution, une simple flèche nous aide à visualiser un trajet, un personnage est dessiné à plusieurs reprises…

Mon voisin Totoro, Hayao Miyazaki, 1988

Mon voisin Totoro, Hayao Miyazaki, 1988

Le layout conçu comme un guide pratique pour l’ensemble de l’équipe assure l’unité visuelle du film, c’est un élément clé dans le processus de production. On peut se rendre compte de son importance en comparant certains layouts à des extraits du film terminé.

Pompoko, Isao Takahata, 1994

Pompoko, Isao Takahata, 1994

Au delà de son utilité, le layout est aussi source d’émerveillement. Chacun est une oeuvre en soi. On peut être sensible à la composition des paysages, à l’expression des émotions ou aux souvenirs qu’ils évoquent…

Le seul point noir de cette exposition est son prix excessif. Dommage car on aurait envie d’y retourner, difficile de porter son attention sur chacun des layouts exposés en une seule fois !


« Ecole et cinéma 92″ : Gôshu le violoncelliste

Photogramme de Goshu le violoncelliste d'Isao Takahata, 1981

Photogramme de Goshu le violoncelliste d’Isao Takahata, 1981

« Gauche était le préposé au violoncelle dans le cinéma muet de la ville. Mais on racontait qu’il ne se débrouillait pas très bien. C’est peu de dire qu’il ne jouait pas très bien : il était franchement le plus mauvais de tous ses camarades, et, pour cela, sans cesse tourmenté par le chef d’orchestre. »                                                                                                                                Train de nuit dans la voie lactée de Kenji Miyazawa, Le serpent à plumes

Projection-conférence :                                                                                                     Goshu le violoncelliste                                                                                                   d’Isao Takahata                                                                                                                  Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                 Mercredi 18 décembre 2013                                                                                           Cinéma le Rex de Châtenay-Malabry                                                                             Mercredi 8 janvier 2014

Document accompagnant la conférence : Goshu le violoncelliste

Le studio Ghibli est sous les feux de l’actualité, les deux prochains films de ses réalisateurs fondateurs sont très attendus ! Le vent se lève d’Hayao Miyazaki sera sur nos écrans le 22 janvier 2014. Inspiré de la vie de l’ingénieur Jiro Horikoshi, le nouveau Miyasaki s’encre dans la réalité japonaise, du séisme de Kanton à la deuxième guerre mondiale. Pour celui d’Isao Takahata, il nous faudra être encore plus patient, une sortie pour le mois de mai 2014 est annoncée. Takahata s’est tourné quant à lui vers l’adaptation d’un conte populaire japonais du Xe siècle : L’histoire de la princesse Kaguya. Un vieil homme coupeur de bambou découvre, à l’intérieur d’une tige, une minuscule petite fille…               Les deux complices du studio Ghibli se rendent-ils mutuellement un hommage entre réalité et féerie ?

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Laissez-vous subjuguer par le montage réalisé par le studio Ghibli, il reprend les bandes annonces et propose quelques scènes inédites de L’histoire de la princesse Kaguya


Une autre petite merveille découverte depuis la conférence. Bravo à Louis Thomas !