Formations adultes

 

Partager la démarche développée dans les ateliers enfants auprès des professionnels de l’enfance : enseignants, animateurs, bibliothécaires.

Concept des formations :

  • Favoriser la rencontre avec des images contemporaines ou du patrimoine
  • Aider à l’élaboration d’un questionnement face à une image
    • Qu’est-ce que je vois ?
    • Qu’est-ce que je ressens ?
    • Qu’est-ce que je sais ?
  • Découvrir d’autres images en résonance
  • Développer un atelier de pratique artistique
Image 2

«Crimes de la commune» Photomontage d’Eugène Appert

 

« Phantom Boy » de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol

Projection-conférence :                                                                                            Cinéma Le Florida à Saint Savien                                                                                  Mercredi 20 septembre 2017                                                                                              Au CIBDI à Angoulème                                                                                            Mercredi 4 octobre 2017                                                                                                    Au TAP Castille à Poitiers                                                                                                      Mercredi 17 janvier 2018

Documents accompagnant la conférence : pour aller plus loinles personnages

Comme si je planais dans l’air qui me réclame,                                                                  Et comme si j’avais une âme                                                                                             Faite avec des plumes d’oiseau…                                                                                     La fin de Satan de Victor Hugo, 1886

Schwizgebel

Le vol d’Icare de Georges Schwizgebel, 1974

Icare

Icare de Michel Ocelot, 1989

Histoire_tragiques_2

Histoire tragique avec fin heureuse de Regina Pessoa, 2005 

Le personnage de Superman résonne en chacun de nous parce qu’il est une fusion de toutes les histoires que nous aimons depuis 50000 ans. C’est Moïse, Hercule, Icare et Jésus enveloppés dans un drapeau américain. »                    Mark Millard (scénariste)

Superman de Max et Dave Fleischer, 1941-1943

Superman de Max et Dave Fleischer, 1941-1943

Pourquoi j’aime Batman ? Parce que justement, il n’est pas Superman. Pour moi, il est vraiment un héros moderne, il a des problèmes, il fait des trucs déments, cependant il est humain. Comme un héros moderne, il a des tas de gadgets, mais qui peuvent exploser à tout moment. J’adore l’idée que ce magnifique Batplane puisse être descendu d’un seul coup de révolver car ça le rapproche de la réalité. Batman est aussi un personnage absurde. Un type qui éprouve le besoin de se déguiser en chauve-souris est forcément un peu cinglé.                                                                                                       Tim Burton

Batman : The Animated Series de Bruce Timm et Eric Radomski, 1992-1995

Batman : The Animated Series de Bruce Timm et Eric Radomski, 1992-1995

Spider-Man est sans doute le moins extravagant des super-héros. Il n’est pas invulnérable comme Superman. Il n’est pas sombre et vengeur comme Batman. C’est un personnage qui voudrait être normal, qui a des angoisses, qui se cherche une petite amie. Il est rongé par le doute et le remord. Il culpabilise d’avoir, par orgueil, laissé s’échapper le gangster qui va plus tard assassiner son oncle Ben. Il a été élevé par sa tante May. Il a besoin d’une voix rassurante pour calmer ses angoisses existentielles.                Harry Brod (sociologue)

Spider-Man de Stan Lee et Steve Ditko, 1967-70

Spider-Man produit par Hanna-Barbera, chaîne ABC, 1967

« Maternelle et cinéma » dans le Val d’Oise

Les conférences des deux programmes seront en ligne sur le site « Le cinéma à l’école » de Canopé 95 au cours de l’année scolaire 2017-2018.

Document Ressources : pour aller plus loin...

Le Petit Chat Curieux (Komaneko) de Tsuneo Godamise_en_abimeJ’ai essayé de réaliser un film qui pourrait encore être apprécié dans dix ans, dans vingt ans, dans cent ans, un peu comme un livre d’images qui continue d’être lu de génération en génération.                                                                        Tsuneo Goda, janvier 2008

Documents accompagnant la conférence : lire et écrire komanekoles sentiments et les émotions de Komanéko

IMG_9262

Le temps qu’il fait, programme conçu par l’association « Les Enfants de Cinéma »

couv

 … si le sujet est petit, il faut le rendre grand, il doit élever la réalité à un autre niveau… Le documentariste doit être comme les peintres. Il doit créer quelque chose par le regard, mais pas seulement. C’est quelque chose qui est en toi et qui vient de l’enfance.                                                                                                                                  Joris Ivens            L’ondée de David Coquard-Dassault, 7 min 40 s, 2008                                   Documents accompagnant la conférence : De plus en plus prèsRecherche graphiqueD’une ville à l’autre


La maison démontable (One Week) de Buster Keaton et Edward F. Cline, 22 min 17 s, 1920                                                                                                                        Document accompagnant la conférence :  De mal en pire...                                                                                                                                                                                              Le Jardin de Marie Paccou, 6 min 5 s, 2002                                                     Document accompagnant la conférence : jeux de cadrage

« Entre ombre et lumière » à la crèche Saint-Leu de Villetaneuse

couvL’association Cinémas 93 enrichit sa réflexion sur l’éveil culturel des tout-petits en proposant un parcours expérimental de cinéma en crèche. L’équipe de la crèche départementale Saint Leu de Villetaneuse s’est associée à ce projet, la crèche ne bénéficiant pas d’un cinéma de proximité. La formation est au centre du parcours. La première séance était consacrée à l’histoire des images qui bougent : des premières ombres corporelles à la projection du premier dessin animé Pauvre Pierrot d’Emile Reynaud le 28 octobre 1892 au musée Grévin.

3

Marionnettes en ombre chinoise, lanterne magique, jouets optiques…

theatre_optique2

Représentation d’Emile Reynaud manipulant son théâtre optique

Ces pratiques anciennes sont régies par le même principe que le cinéma : des images sont projetées sur une toile ou sur un mur blanc à l’aide d’une source lumineuse. Elles sont aussi un excellent moyen pour préparer les enfants à la découverte de la salle de cinéma, apprivoiser l’obscurité et s’immerger par l’imagination dans les images projetées.

La deuxième séance était consacrée quant à elle à la réalisation pratique d’un mini-spectacle en ombres chinoises. Unanimement, l’équipe a choisi de mettre en scène la célèbre chanson Dans sa maison un grand cerf.

IMG_3427

Chercher la meilleure façon de représenter son personnage… De face ? De profil ?

IMG_3436

Dessiner la forme définitive sur un Canson noir.

IMG_3432

Découper la silhouette.

IMG_3450

Fixer un bâtonnet.

IMG_3508

Le matériel est prêt.

Un choeur de chanteurs enthousiastes, un bruiteur (toc, toc) et des manipulateurs sont prêts pour les premiers essais…

IMG_3461

Se serrer la main tout en maintenant la fenêtre et les personnages est un exercice de haut vol !

Ce spectacle est un work in progress, l’équipe souhaitant le présenter aux enfants et aux parents lors de la restitution finale du parcours le vendredi 16 juin. Une belle histoire à suivre !

Il était une fois… les contes au cinéma

transformation« […] pareilles à des semences emportées par le vent, elles s’envolent à travers les générations, propageant de nouvelles histoires et dispensant à de nombreux peuples la nourriture spirituelle. […] Chaque nouveau poète y ajoute quelque chose de sa propre imagination, et d’être ainsi alimentées elles se remettent à vivre. Leur faculté germinative est éternellement vivace, attendant seulement un contact pour s’éveiller. »                        Heinrich Zimmer, Le roi et le Cadavre, cité par Bruno de la Salle dans Le conteur amoureux

Journée d’Education à l’Image avec CINESSONNE                                                       Ciné 220 à Brétigny sur Orge                                                                                       Mardi 28 mars 2017                                                                                                 Documents à télécharger : dérouléinscriptionressources

Il était … des Cendrillon animées…




« Ecole et cinéma 92″ King Kong

tête de KK2« J’ai commencé à penser à King-Kong vers la fin de 1931. Je désirais me rendre auparavant en Afrique pour tourner un film sur les gorilles, c’était malheureusement l’époque de la dépression et personne ne se décidait à immobiliser d’importants capitaux pour financer un très long voyage. J’ai alors suggéré à mon ami David O.Selznick (président de la RKO) de réaliser un film en studio, un film dont le héros serait un gorille géant. Je voulais que l’on dise -Vous allez voir l’aventure la plus fantastique, la plus extraordinaire qu’on ait jamais vue sur grand écran. »                                                                                                                                                                 Merian C.Cooper

Projection-conférence :                                                                                                King Kong de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack                                                  Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                      Samedi 11 mars 2017                                                                                              Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                  Samedi 25 mars 2017

Document accompagnant la conférence : King Kong                                                Tutoriel pour fusionner deux images : Le voyage de Kong                                                  Fiche ressource élaborée par Claire Frayssignes : Ouvrir un espace de parole, débattre…

Kong - Skull Island

Kong : Skull Island de Jordan Vogt-Roberts, 2017

Le singe le plus connu de l’histoire du cinéma est à l’honneur cette semaine avec la sortie très attendue de Kong: Skull Island. Le réalisateur Jordan Vogt-Roberts s’inscrit dans une longue tradition de reprises et de citations…

Le Pet Store de Wilfred Jackson, 1933

Pub King kong à la Samaritaine

« Ecole et cinéma 92″ Un animal, des animaux

travail_collectifQue veut dire « documentaire » ? Un cinéma se référant à ce que nous appelons « la réalité », ce qui suppose avant tout que ce ne sont pas des comédiens de métier qui y sont filmés, mais des femmes et des hommes de tous les jours, connus ou non, qui jouent eux-mêmes leur propre rôle… Ce sont les hommes et les femmes filmées qui sont documentaires. Les situations filmées, elles, dépendent toujours des mises en scène que les institutions ou les groupes sociaux mettent en place avant même l’arrivée du cinéma, et que la démarche documentaire revient non seulement à décrire, mais aussi à critiquer ou à défaire. A part ça, le cinéma documentaire est le contraire du journalisme, c’est-à-dire qu’il est d’abord cinéma : croyance, désir, illusion, subjectivité. La séance de cinéma, documentaire ou fiction, produit de la subjectivité, de la singularité, de l’écart : rien n’est représenté, rien n’est filmé sans être transformé, traduit, changé. Le cinéma change le monde et tend de plus en plus à le remplacer… Documentaire ou fiction, le cinéma est d’abord le jeu ouvert de la singularité.                                                                                                Jean-Louis Comolli, mars 2005, Cinéma documentaire, Fragments d’une histoire

Projection-conférence :                                                                                                Un animal, des animaux de Nicolas Philibert                                                                  Co-animée avec Marc Laugenie                                                                               Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                  Samedi 10 décembre 2016                                                                                      Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                      Samedi 7 janvier 2017

Document accompagnant la conférence un-animal-des-animaux

adele-blanc-sec

Adèle et la bête de Jacques Tardi, Casterman, 1976

ross

Musée national d’histoire naturelle, Richard Ross, 1982

Deux oeuvres de l’exposition Le grand orchestre des animaux à la Fondation Cartier :

alaskan-wolves-hiroshi-sugimoto

Loup d’Alaska de Hiroshi Sugimoto, 1994

Un livre qui vient de sortir !

evolution

De nombreux artistes contemporains travaillent avec des animaux naturalisés, Céline Cléron, Karen Knorr, Annette Messager, Wim Delvoye …

celine-cleron

http://www.celinecleron.com/

« Maternelle et cinéma » en Indre et Loire

Photo extraite du blog d'Edouard Manceau

Photo extraite du blog d’Edouard Manceau

Je trace d’abord sur la surface à peindre un quadrilatère de la grandeur que je veux, et qui est pour moi une fenêtre ouverte par laquelle on puisse regarder l’histoire (historia).      Leon Battista Alberti, De Pictura, livre I, 1435

En partenariat avec Ciclic, la coordination départementale Ecole et cinéma d’Indre et Loire a organisé un temps de formation autour des deux nouveaux programmes Maternelle et cinéma et d’une sélection d’albums jeunesse issue des listes proposées par Les enfants de cinéma

Document accompagnant la conférence maternelle-et-cinema

kit-mere-poule-4-2

Contenu de la mallette en lien avec « Les contes de la mère poule »

affiche-les-contes-de-la-mere-poule-2

Trois courts métrages réalisés à l’institut iranien Kanoun

Photogrammes à télécharger versions comparées du conte Le loup et les 7 chevreauximages séquentielles de Shangoul et Mangoul,  les personnages 1 et 2 de Lili Hosak, échelle des plans 1et 2 de Lili Hosak

Pour les ressources liées à Voyages de rêves, c’est ici !

Une superbe bande-annonce pour annoncer le dispositif !

« Ecole et cinéma » Le tableau de Jean-François Laguionie

19

Jean-François Laguionie joue le rôle du peintre et dialogue avec son personnage Lola, Le tableau, 2011

« Je termine toujours mes histoires avec des points de suspension, même si ce n’est pas très commercial, la suspension… Pourquoi finir une histoire ? La vie, elle, se poursuit. Ou alors il faudrait finir sur la mort du personnage, mais ce n’est pas très commercial non plus ! C’est pour ça que j’aime beaucoup le western, avec le dernier plan où le héros repart… Je ne sais plus qui disait qu’une peinture n’est jamais terminée : elle est abandonnée. Si on enlève le côté négatif de l’abandon, c’est juste que le peintre décide, à un moment donné, de s’arrêter. Il pense qu’une touche de plus pourrait gâcher le tableau. Il a mis l’essentiel. On a tout quand on a l’essentiel, non ? »                                                              Jean-François Laguionie dans Un sage en hiver de Guillemette Odicino, Télérama, n°3489

Avec la sortie tant attendue de Louise en Hiver, Jean-François Laguionie est sous les feux de l’actualité : rétrospective, exposition, parution d’un livre-dvd, édition de ses nouvelles, articles dans la presse… Son précédent long métrage, Le tableau, fait, quant à lui, son entrée dans le catalogue d’Ecole et Cinéma. Après l’écriture du cahier de notes, j’ai le plaisir d’accompagner des projections dans le cadre des formations Ecole et cinéma.

Les prochaines dates :                                                                                                      – Parthenay, mercredi 30 novembre 2016                                                                            – La Courneuve, jeudi 8 décembre 2016                                                                            – Poitiers, mercredi 11 janvier 2017

D’autres sorties du cadre…

empedocle

Empédocle, fresque de Signorelli, Duomo d’Orvieto, Ombrie, Italie

img_7078

Little Nemo in Slumberland, Winsor McCay, 1908

le-tableau

Le tableau de Marion Fayolle, Magnani, 2012

Avant il y avait la mer, Eléonore Douspis, Albin Michel Jeunesse, 2016

Avant il y avait la mer, Eléonore Douspis, Albin Michel Jeunesse, 2016

Mon cher tendre ami de Hadi Yaghinlou, 2004

Mon cher tendre ami de Hadi Yaghinlou, 2004

La carte de Stéfan Le Lay, 2009 (extrait), DVD Voyages de rêve aux Films du Paradoxe