Formations adultes

 

Partager la démarche développée dans les ateliers enfants auprès des professionnels de l’enfance : enseignants, animateurs, bibliothécaires.

Concept des formations :

  • Favoriser la rencontre avec des images contemporaines ou du patrimoine
  • Aider à l’élaboration d’un questionnement face à une image
    • Qu’est-ce que je vois ?
    • Qu’est-ce que je ressens ?
    • Qu’est-ce que je sais ?
  • Découvrir d’autres images en résonance
  • Développer un atelier de pratique artistique
Image 2

«Crimes de la commune» Photomontage d’Eugène Appert

 

« Ecole et cinéma 95″ pour les classes maternelles…

95b_convertiPour la deuxième année consécutive,  le groupe « Ecole et cinéma » du Val d’Oise a préparé pour les classes de l’école maternelle un programme de courts métrages d’animation ambitieux. Deux rendez-vous dans les salles de cinéma pour découvrir l’oeuvre de Co Hoedeman et celle du Studio d’Art de Shangai.

Photogramme de Tchou Tchou de Co Hoedeman, 1972

Tchou Tchou de Co Hoedeman, 1972

Photogramme du Château de sable de Co Hoedeman

Le château de sable de Co Hoedeman, 1977

Les têtards à la recherche de leur maman de Te Wei, 1960

Les têtards à la recherche de leur maman de Te Wei, 1960

L'épouvantail de Hu Jinqing, 1985

L’épouvantail de Hu Jinqing, 1985

Les singes qui veulent attraper la lune de Zhou Keqin, 1981

Les singes qui veulent attraper la lune de Zhou Keqin, 1981

La conférence vidéo des « contes chinois » est en ligne !                                                 Deux documents d’accompagnement : Co Hoedeman et les contes chinois

Un grand merci à Co Hoedeman qui nous a envoyé des photographies de son jeu de cubes pour Tchou Tchou !

garçon fille embrasse.JPG
garçon fleche.JPG
dragon fleche.JPG
boite de démonstration.JPG
fille seule.JPG
fille 3 fois.JPG
«   »

« Ecole et cinéma 75″ : L’homme qui rétrécit

Grant Williams et Jack Arnold, photographie d'Allan Grant pour LIFE

Grant Williams et Jack Arnold, photographie d’Allan Grant pour LIFE

Projection conférence                                                                                                               L’homme qui rétrécit                                                                                                             de Jack Arnold                                                                                                                       Au studio des Ursulines (Paris)                                                                                           Mardi 8 avril 2014

Document accompagnant la conférence l’homme qui rétrécit – 2 - organisée par l’association Enfances au cinéma.

Joe chez les abeilles, série d’animation réalisée par Jean Image en 1960. Pour découvrir comment Joe se retrouve réduit à la taille des abeilles….


D’autres vidéos en résonance …

« Ecole et cinéma 92″ : Une vie de chat

une_vie_de_chat-4

Projection conférence                                                                                                    Une vie de chat                                                                                                                        de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol                                                                                  Cinéma Jean Vigo à Gennevilliers                                                                                          Mercredi 2 avril 2014

Document accompagnant la conférence Une vie de chat

Fiches de travail personnages 1 et personnages 2

Documentaire ou film d’animation, le chat inspire les cinéastes dès l’origine !                          Déjeuner du chat de Louis Lumière, 1896


Une vie de chat de Paul Terry, 1920


Un vrai coup de coeur pour ce duo « félin-canin » qui sillonne les rues de Paris !            Chien et chat de Siri Melchior, 2004


De la même réalisatrice, une publicité Whiskas en néerlandais…


Miles Davis improvise le thème « Ascenseur pour l’échafaud » devant les images de Louis Malle :

« Ecole et cinéma 92″ : L’homme qui rétrécit

Photographie de plateau réalisée par Allan Grant, "L'homme qui rétrécit" 1957

Photographie de plateau réalisée par Allan Grant, « L’homme qui rétrécit » 1957

Projection conférence :                                                                                                     L’homme qui rétrécit                                                                                                             de Jack Arnold                                                                                                                       Co-animée avec Marcos Uzal                                                                                         Cinéma Jean Vigo à Gennevilliers                                                                                 Mercredi 5 mars 2014

Document accompagnant la conférence : l’homme qui rétrécit

Film réalisé pour la défense civile américaine :                                                                     « Duck and Cover » d’ Anthony Rizzo (1951)                                                                    

Quand les artistes et les scientifiques explorent l’infini…                                                       « Les puissances de dix » de Charles et Ray Eames


Film d’animation réalisé avec des atomes de carbone par IBM                                                  

Ecouter la voix d’Orson Welles dans la bande-annonce originale…                                  

« Ecole et cinéma 92″ : Gôshu le violoncelliste

Photogramme de Goshu le violoncelliste d'Isao Takahata, 1981

Photogramme de Goshu le violoncelliste d’Isao Takahata, 1981

« Gauche était le préposé au violoncelle dans le cinéma muet de la ville. Mais on racontait qu’il ne se débrouillait pas très bien. C’est peu de dire qu’il ne jouait pas très bien : il était franchement le plus mauvais de tous ses camarades, et, pour cela, sans cesse tourmenté par le chef d’orchestre. »                                                                                                                                Train de nuit dans la voie lactée de Kenji Miyazawa, Le serpent à plumes

Projection-conférence :                                                                                                     Goshu le violoncelliste                                                                                                   d’Isao Takahata                                                                                                                  Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                 Mercredi 18 décembre 2013                                                                                           Cinéma le Rex de Châtenay-Malabry                                                                             Mercredi 8 janvier 2014

Document accompagnant la conférence : Goshu le violoncelliste

Le studio Ghibli est sous les feux de l’actualité, les deux prochains films de ses réalisateurs fondateurs sont très attendus ! Le vent se lève d’Hayao Miyazaki sera sur nos écrans le 22 janvier 2014. Inspiré de la vie de l’ingénieur Jiro Horikoshi, le nouveau Miyasaki s’encre dans la réalité japonaise, du séisme de Kanton à la deuxième guerre mondiale. Pour celui d’Isao Takahata, il nous faudra être encore plus patient, une sortie pour le mois de mai 2014 est annoncée. Takahata s’est tourné quant à lui vers l’adaptation d’un conte populaire japonais du Xe siècle : L’histoire de la princesse Kaguya. Un vieil homme coupeur de bambou découvre, à l’intérieur d’une tige, une minuscule petite fille…               Les deux complices du studio Ghibli se rendent-ils mutuellement un hommage entre réalité et féerie ?

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Laissez-vous subjuguer par le montage réalisé par le studio Ghibli, il reprend les bandes annonces et propose quelques scènes inédites de L’histoire de la princesse Kaguya


Une autre petite merveille découverte depuis la conférence. Bravo à Louis Thomas !


« Ma première séance » Cinéma l’Etoile de La Courneuve

Le moine et le poisson de Michael de Wit, 1994

Le moine et le poisson de Michael de Wit, 1994

Depuis trois ans, le cinéma l’Etoile de la Courneuve propose aux classes de maternelle une programmation spécialement conçue pour les jeunes spectateurs. Cette action, menée en collaboration avec l’association Cinémas 93, s’accompagne d’une formation pour les enseignants inscrits dans ce projet.

Nous nous sommes réunis autour du film « Perdu, retrouvé » de Phillip Hunt et du programme de courts-métrages « La parade des animés ». Après leur projection, nous avons échangé sur les liens qu’entretient le cinéma d’animation avec le monde de l’illustration. Découvertes et questionnements ont ponctué cette matinée trop courte !

Je n’ai pu notamment entonner ma petite chanson pour confirmer qu’une histoire peut se raconter de multiples façons (livre, écran, chanson, spectacle vivant).

Et pour le plaisir, voici d’autres courts-métrages qui eux, ne racontent pas d’histoires …




…et la biblio-sitographie

Je vous invite aussi à participer aux Rencontres cinématographiques de la Seine Saint Denis pour continuer à découvrir sur grand écran d’autres petites merveilles graphiques !

« Ecole et cinéma 92″ : Le voleur de bicyclette

Photogramme du "voleur de bicyclette" Vittorio De Sica, 1948

Photogramme du « voleur de bicyclette » Vittorio De Sica, 1948

Projection-conférence au cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                 Le voleur de bicyclette                                                                                                             de Vittorio De Sica                                                                                                               Mercredi 17 avril 2013

Document accompagnant la conférence :  Le voleur de bicyclette

J’ai rarement un souvenir fidèle du contexte dans lequel j’ai découvert un film. Pour « Le Voleur de bicyclette », je me souviens parfaitement du lieu, de l’époque et des personnes qui m’accompagnaient. C’était au milieu des années 80 dans un petit cinéma d’art et d’essai derrière le Bazar de l’Hôtel de Ville avec Pierre, Agnès et Rénato… Je me souviens aussi parfaitement du profond sentiment d’injustice que j’ai ressenti devant la quête désespérée d’Antonio et de son fils Bruno.

En inscrivant ce film à leur catalogue, les Enfants de cinéma font le pari qu’il va toucher de nouvelles générations de spectateurs. Rencontrer un public renouvelé, provoquer la critique et inspirer d’autres réalisateurs, autant d’indices qui montrent que « Le voleur de bicyclette » résiste à l’épreuve du temps. Au-delà d’être une oeuvre du patrimoine, « Le voleur de bicyclette » est aussi un film au succès intemporel.

« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola en est un vibrant hommage…

"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

L’un des protagonistes de ce film choral, Nicola, est passionné par l’oeuvre de De Sica. Au tout début du film, on voit le jeune professeur assisté à la projection du « Voleur de bicyclette » lors d’une séance de ciné-club dont le débat va très vite dégénéré, il s’oppose vivement à son proviseur qui traite l’oeuvre « d’esthétique de fond de poubelle » et qui rappelle les propos d’un jeune député, Giulo Andreotti, « le linge sale se lave en famille ».

Le ciné-club"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Le ciné-club
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

Deux autres scènes évoquent comment Vittorio De Sica a réussi à faire pleurer le jeune  Bruno lors de la scène finale du « Voleur de bicyclette ». Il lui avait glissé des mégots dans les poches de son veston et l’avait accusé de les avoir volés. La connaissance de ce fait par Nicola lui fait perdre une très grosse somme d’argent à un jeu télévisé.

Le jeu télévisé"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Le jeu télévisé
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

L’anecdote est confirmée par De Sica lui même à la fin du film.

Vittorio De Sica"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Vittorio De Sica
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

Hommage, pastiche, citation ou détournement, d’autres films évoquent « Le voleur de bicyclette » :

"Le voleur de savonnettes" de Maurizio Nichetti, 1989

« Le voleur de savonnettes » de Maurizio Nichetti, 1989

"The player" de Robert Altman, 1992

« The player » de Robert Altman, 1992

"La graine et le mulet" d'Abdellatif Kechiche, 2007

« La graine et le mulet » d’Abdellatif Kechiche, 2007

« Ecole et cinéma 95″ : Jiburo

Projection conférence dans un cinéma du Val d'Oise

Projection conférence dans un cinéma du Val d’Oise, 9/01/13

C’est au tour des écoliers du Val d’Oise de découvrir la relation si singulière entre Sang-Woo et sa grand-mère dans le très beau film coréen : Jiburo.

Jiburo de Lee Jung-hyang, © Les films du préau

Jiburo de Lee Jung-hyang, © Les films du préau

Jiburo de Lee Jung-huang, © Les films du préau

Jiburo de Lee Jung-huang, © Les films du préau

Le Pôle image et médias du CDDP du Val d’Oise a réalisé une synthèse de la conférence en vidéo.

L’intégralité de la conférence est disponible sur le site du CDDP du Val d’Oise sous la forme de fichiers MP3.

Document pédagogique :  Jiburo pdf

Pour la présentation du film dans les Hauts de Seine, j’avais rencontré madame Kyung Hee qui m’avait éclairée sur certains points culturels coréens mystérieux pour moi.