Wadjda, École et Cinéma 92

couv

   Laissez-moi vous dire ce que je pense de la bicyclette. Elle a fait plus pour l’émancipation de la femme que n’importe quelle chose au monde. Je persiste et je me réjouis chaque fois que je vois une femme à vélo. Cela procure un sentiment de liberté et d’autonomie à une femme.                                                                                                                        Susan B. Anthony, 1896

Projection-conférence :                                                                            Wadjda d’Haifaa al-Mansour                                                                                       Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                         Samedi 12 mars 2022                                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 26 mars 2022

Documents à télécharger : bibliographie-sitographieWadjda et AbdullahWadjda et le vélo vert-1Wadjda et le vélo vert 2

Lire le portrait de la réalisatrice Haifaa al-Mansour par Florence Aubenas.

Haïfa Al-Mansour, être réalisatrice en Arabie Saoudite, ARTE, 2020

Wadjda est aussi ici et !

« Ecole et cinéma 92″ : Gôshu le violoncelliste

Photogramme de Goshu le violoncelliste d'Isao Takahata, 1981

Photogramme de Goshu le violoncelliste d’Isao Takahata, 1981

« Gauche était le préposé au violoncelle dans le cinéma muet de la ville. Mais on racontait qu’il ne se débrouillait pas très bien. C’est peu de dire qu’il ne jouait pas très bien : il était franchement le plus mauvais de tous ses camarades, et, pour cela, sans cesse tourmenté par le chef d’orchestre. »                                                                                                                                Train de nuit dans la voie lactée de Kenji Miyazawa, Le serpent à plumes

Projection-conférence :                                                                                                     Goshu le violoncelliste                                                                                                   d’Isao Takahata                                                                                                                  Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                 Mercredi 18 décembre 2013                                                                                           Cinéma le Rex de Châtenay-Malabry                                                                             Mercredi 8 janvier 2014

Document accompagnant la conférence : Goshu le violoncelliste

Le studio Ghibli est sous les feux de l’actualité, les deux prochains films de ses réalisateurs fondateurs sont très attendus ! Le vent se lève d’Hayao Miyazaki sera sur nos écrans le 22 janvier 2014. Inspiré de la vie de l’ingénieur Jiro Horikoshi, le nouveau Miyasaki s’encre dans la réalité japonaise, du séisme de Kanton à la deuxième guerre mondiale. Pour celui d’Isao Takahata, il nous faudra être encore plus patient, une sortie pour le mois de mai 2014 est annoncée. Takahata s’est tourné quant à lui vers l’adaptation d’un conte populaire japonais du Xe siècle : L’histoire de la princesse Kaguya. Un vieil homme coupeur de bambou découvre, à l’intérieur d’une tige, une minuscule petite fille…               Les deux complices du studio Ghibli se rendent-ils mutuellement un hommage entre réalité et féerie ?

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Laissez-vous subjuguer par le montage réalisé par le studio Ghibli, il reprend les bandes annonces et propose quelques scènes inédites de L’histoire de la princesse Kaguya


Une autre petite merveille découverte depuis la conférence. Bravo à Louis Thomas !