« Une image mystérieuse » 3, Ecole Lucie et Raymond Aubrac

couverture

Quel élève se cache derrière ce très beau montage ?

Les élèves de Laurence et d’Émilie étaient invités cette fois-ci à créer leur image mystérieuse à partir de ces règles du jeu. L’emploi d’une image pour masquer ou prolonger son corps est ancienne, toutefois cette pratique a été popularisée en 2007 par un DJ (disc jockey) gallois, Carl Morris. Invité à mixer de la musique dans un bar de Cardiff, il s’est amusé à se transformer avec des pochettes de disque vinyle. Il a ensuite développé cette pratique avec son ami, Ewan John Rostron. Lorsqu’ils ont posté leurs photos sur les réseaux sociaux, leur jeu s’est rapidement popularisé sous le nom de Sleeveface devenant un phénomène internet incontournable.

jamie_macdonald_paul_mccartney

© Jamie Macdonald, http://www.sleeveface.com/

Une belle réussite de sleeveface proposée par cet élève mystérieux. Bravo la tenue adaptée et le geste permettent une belle illusion !

pochette de disques

Vous avez été ingénieux dans l’utilisation d’autres images et dans la mise en scène, BRAVO à tous !

visage

BD

Corps

« Les mystérieuses retrouvailles » avec deux classes de CM2 de Gennevilliers…

couvTout commence par le désir de deux enseignantes de travailler sur les contes détournés. Les élèves lisent, lisent… Et si à leur tour, ils inventaient une histoire originale… Et si cette histoire devenait le scénario d’un film d’animation… Et si tous ensemble, ils réalisaient ce film… Une bonne fée, conseillère pédagogique, se penche alors sur ce projet et l’aide à se concrétiser. Un dossier PEAC (Projet d’Education Artistique et Culturelle) est déposé et les partenaires sont recherchés…

Je suis contactée pour apporter un accompagnement technique et artistique lors d’interventions ponctuelles…

1

Première rencontre – première question : pour vous, c’est quoi le cinéma d’animation ?

Réalisation d'une mini-séquence animée pour comprendre la technique "image par image"

Réalisation d’une mini-séquence animée pour comprendre la technique « image par image »

2

Deuxième rencontre – un petit détour historique avec le pionnier Emile Reynaud pour comprendre l’interaction entre les personnages et les décors.

Premiers croquis, premières propositions...

Premiers croquis, premières propositions…

Les personnages sont créés, entre dessin et détournement d'habits de poupée...

Les personnages sont créés, entre dessin et détournement d’habits de poupée…

Troisième rencontre.  Les premières scènes sont tournées...

Troisième rencontre – Les premières scènes sont tournées…

Barbe Bleue devenu Boubarde prend vie...

Barbe Bleue devenu Boubarde prend vie…

Quatrième rencontre. Les élèves sont de plus en plus autonomes.  Scène après scène, le film se construit.

Quatrième rencontre – Les élèves sont de plus en plus autonomes. Scène après scène, le film se construit.

Héroïnes de contes de fée ou Rock Star ?

Héroïnes de contes de fée ou Rock Star ?

Cinquième rencontre : l'enregistrement des voix

Cinquième rencontre – l’enregistrement des voix

Des acteurs se révèlent.

Des acteurs se révèlent.

Les élèves et leurs enseignantes ont fait vivre au quotidien ce projet jusqu’à la présentation du film au cinéma de la ville : leur fierté n’avait d’égal que leur investissement.                                                                         BRAVO !

Toute l'équipe au grand complet au cinéma Jean Vigo de Genneviliers. 11-06-16

Toute l’équipe au grand complet au cinéma Jean Vigo de Genneviliers. 11-06-16


« Ecole et cinéma » à l’école Kergomard

fanny4Depuis plusieurs années, l’école maternelle Kergomard de Gennevilliers est une fidèle du dispositif « Ecole et cinéma ». Les trois classes de grande section ont un rapport privilégié avec le cinéma de la ville : visite des lieux, projection des films… Au mois de juin, le cinéma Jean Vigo accueillera les enfants et leurs parents pour une projection sur grand écran de leur séance animée !

Petit aperçu en images du travail des classes …


« Musique : http://www.musicscreen.be »  Forest sous licence creative commons et La ronde des musiciens de Benoît Viquesnel (Le bal de Mandarine, 1996)

Felice Varini, entre Asnières et Gennevilliers

un autre point de vue "six arcs en scène" de Varini le 5 juin 2012

L’art contemporain est au bout de la ligne 13, station Gabriel Péri plus exactement. Dès la sortie du métro, vous êtes accueillis par les flèches conçues par Daniel Buren qui tels les cailloux blancs du Petit Poucet vous conduisent devant le théâtre de Gennevilliers.

Flèche Buren

Les façades de l’avenue des Grésillons sont étranges, des fragments rouges sont collés ici et là sans ordre apparent.

Avenue des Grésillons fragment " six arcs en scène " de Varini

Avenue des Grésillons fragment " six arcs en scène " de Varini

Félice Varini a peint une forme, six arcs de cercle rouges, en utilisant l’espace urbain comme support. Il inverse la démarche des peintres de la Renaissance. Ceux-ci cherchaient à représenter sur une surface plane un espace tridimensionnel en utilisant les lois de la perspective.

école hollandaise du XVII e siècle blog de Gilles Chambon

Varini, lui, veut donner l’impression d’une forme à deux dimensions sur un support réel à trois dimensions. Il y parvient en utilisant un point de vue unique que l’on peut comparer à l’oeil photographique. Où s’est-il placé pour projeter sa forme dans l’espace ? Le jeu peut commencer, trouver le point de vue qui va rendre cohérents les fragments épars. Si le point de vue à trouver est fixe, le corps du spectateur est en mouvement, il exécute un véritable ballet pour ajuster position et vision. Mais quelle jubilation quand la forme s’impose à nos yeux !

"Six arcs en scène" de Varini photo prise le 5 juin 2012

Voici la photo mémoire de l’expérience, je vais utiliser son imperfection pour vous proposer un autre jeu que j’affectionne, le jeu des différences avec la photo officielle !

Six arcs en scène de Felice Varini Photo André Morin

Après le plaisir du jeu, l’envie de mieux connaître l’artiste et les différentes étapes de son projet s’impose. Le site du T2G met à notre disposition une riche documentation visuelle.

Ne quittez pas l’avenue des Grésillons sans pénétrer à l’intérieur du théâtre, le food’art est fermé jusqu’en juillet mais des nourritures spirituelles vous attendent au premier étage. Depuis son arrivée à la direction du théâtre, Pascal Rambert entretient un lien fort avec les arts plastiques en invitant notamment des photographes à accompagner sa saison culturelle. Supports de communication, les photographies de Valérie Jouve puis de Nan Goldin ont fleuri dans la ville au lancement de chaque nouvelle saison depuis 2007. Certaines de ces photographies sont exposées à l’intérieur du théâtre, à découvrir ou à revoir !

Photos de Valérie Jouve au T2G

Photos de Nan Goldin au T2G