« Ecole et cinéma » Le tableau de Jean-François Laguionie

19

Jean-François Laguionie joue le rôle du peintre et dialogue avec son personnage Lola, Le tableau, 2011

« Je termine toujours mes histoires avec des points de suspension, même si ce n’est pas très commercial, la suspension… Pourquoi finir une histoire ? La vie, elle, se poursuit. Ou alors il faudrait finir sur la mort du personnage, mais ce n’est pas très commercial non plus ! C’est pour ça que j’aime beaucoup le western, avec le dernier plan où le héros repart… Je ne sais plus qui disait qu’une peinture n’est jamais terminée : elle est abandonnée. Si on enlève le côté négatif de l’abandon, c’est juste que le peintre décide, à un moment donné, de s’arrêter. Il pense qu’une touche de plus pourrait gâcher le tableau. Il a mis l’essentiel. On a tout quand on a l’essentiel, non ? »                                                              Jean-François Laguionie dans Un sage en hiver de Guillemette Odicino, Télérama, n°3489

Avec la sortie tant attendue de Louise en Hiver, Jean-François Laguionie est sous les feux de l’actualité : rétrospective, exposition, parution d’un livre-dvd, édition de ses nouvelles, articles dans la presse… Son précédent long métrage, Le tableau, fait, quant à lui, son entrée dans le catalogue d’Ecole et Cinéma. Après l’écriture du cahier de notes, j’ai le plaisir d’accompagner des projections dans le cadre des formations Ecole et cinéma.

Les prochaines dates :                                                                                                      – Parthenay, mercredi 30 novembre 2016                                                                            – La Courneuve, jeudi 8 décembre 2016                                                                            – Poitiers, mercredi 11 janvier 2017

D’autres sorties du cadre…

empedocle

Empédocle, fresque de Signorelli, Duomo d’Orvieto, Ombrie, Italie

img_7078

Little Nemo in Slumberland, Winsor McCay, 1908

 

le-tableau

Le tableau de Marion Fayolle, Magnani, 2012

Avant il y avait la mer, Eléonore Douspis, Albin Michel Jeunesse, 2016

Avant il y avait la mer, Eléonore Douspis, Albin Michel Jeunesse, 2016

Mon cher tendre ami de Hadi Yaghinlou, 2004

Mon cher tendre ami de Hadi Yaghinlou, 2004

La carte de Stéfan Le Lay, 2009 (extrait), DVD Voyages de rêve aux Films du Paradoxe                                                                    

« Ecole et cinéma 93″ L’homme qui rétrécit

chat5

Découvrir d’autres artistes qui jouent avec notre perception de l’échelle, Petros Crisostomou…
Petros Crisostomou

Petros Crisostomou

Documents et vidéos en lien avec L’homme qui rétrécit, c’est ici et !

« Ecole et cinéma » Princes et Princesses

Michel Ocelot et ses figurines "Prince et princesse"

Michel Ocelot et ses figurines « Prince et princesse »

« En fait, j’utilise à ma manière les idées de tout le monde. Je joue avec des balles que des jongleurs innombrables ont déjà utilisées de siècle en siècle. Ces balles qui sont passées de main en main ne sont pas nouvelles mais aujourd’hui, c’est moi qui jongle. »                               Michel Ocelot, dans le bonus du DVD Princes et Princesses, parle de ses contes

Projection-conférences :                                                                                                       Princes et Princesses de Michel Ocelot                                                                      Espace Simenon de Rosny-sous-Bois                                                                         Mardi 29 septembre 2015                                                                                       Cinéma L’Etoile de La Courneuve                                                                             Jeudi 1er octobre 2015                                                                                           Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                         Samedi 10 octobre 2015                                                                                             Cinéma Municipal Louis Daquin du Blanc Mesnil                                                     Jeudi 5 novembre 2015                                                                                             Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                   Samedi 7 novembre 2015

Document accompagnant la conférence Princes et Princesses et fichier Photogramme

D’une métamorphose à l’autre …
Fantasmagorie d’Emile Cohl (1908), Magical Maestro de Tex Avery (1952), Merlin l’enchanteur des studios Disney (1963) …

Dessin préparatoire à "Merlin l'enchanteur" des Studios Disney, présenté dans le blog d'Andreas Deja

Dessin préparatoire à « Merlin l’enchanteur » des Studios Disney, présenté dans le blog d’Andreas Deja

… et un extrait du long métrage  Les aventures du Prince Ahmed de Lotte Reiniger (1926)


Document proposé par Frédéric Nicol : les couvertures des albums jeunesses adaptés des six histoires de Princes et Princesses.

« A la conquête de l’Ouest ! »

La Prisonnière du désert de John Ford, 1956

La Prisonnière du désert de John Ford, 1956

« Fondamentalement, il (John Ford) sait que la première dramaturgie du cinéma c’est mettre des êtres humains dans un décor, donc, par exemple, dans certains paysages, car le rapport d’un être humain dans un paysage est immédiatement dramatique. »                                                                       Entretien avec Jean Douchet, Quintessence du Western

« Je n’aime pas tourner en studio. J’aime aller en extérieurs essentiellement pour deux raisons. Premièrement, lorsque vous voyez le paysage, il peut vous venir une foule d’idées auxquelles vous n’auriez jamais songé sur un plateau. Le lit d’un fleuve, une montagne, un arbre, un rocher, ou quelque chose qui se trouve sur votre route peuvent doubler la vérité d’une scène… Deuxièmement, les acteurs atteignent à bien plus de vérité en extérieurs. Dans un studio, tout est calme, tout est construit en prévision de la scène, les lumières sont allumées et on joue sa scène… Mais si l’acteur doit la jouer au sommet d’une montagne, au bord d’un fleuve, ou dans une forêt, il y a le vent, la poussière, la neige, le craquement des branches qui l’interrompent, qui l’obligent à se donner plus : il devient plus vivant. »                                                                                                                                                                    Anthony Mann dans les Cahiers du cinéma, n°69, mars 1957

Les élèves de CE2-CM2, inscrits dans le dispositif Ecole et cinéma à Paris, terminent une année riche en découvertes par le western âpre et sauvage de John Ford, La Prisonnière du désert. Pour accompagner la découverte du film en salle, l’atelier A la conquête de l’Ouest ! met en avant le rôle du paysage dans le film, en proposant une lecture partagée de photogrammes et d’extraits. Chaque élève est invité ensuite à imaginer un évènement qui pourrait se passer à Monument Valley et à le mettre en scène dans un storyboard. Dinosaures et extraterrestres disputent le lieu aux cowboys et aux indiens. Les rochers se désagrègent, le désert se transforme en un grand lac… Décor rêvé pour une séance de bronzage, un pique-nique ou la dégustation d’une glace qui ne fond pas au soleil… Lieu de prédilection pour des courses poursuites, des affrontements et des bagarres multiples… L’imagination des élèves est sans limite !

La classe de CM1 de Sylvie Ginet

La classe de CM1 de Sylvie Ginet

La classe de CM1 de Françoise Prax

La classe de CM1 de Françoise Prax

Classe de CE2 de Sophie Bonjour

Classe de CE2 de Sophie Bonjour

La classe de CM1/CM2 de Caroline Ritz

La classe de CM1/CM2 de Caroline Ritz

Documents utilisés lors de l’atelier : échelle des plansPlan 1 et storyboard.

Les premiers films sur les cowboys et les indiens ont été tournés sur la côte Est, dans le studio de Thomas Edison, la Black Maria.

La Black Maria, premier studio de cinéma construit en 1893

La Black Maria, premier studio de cinéma construit en 1893

Sioux Ghost Dance de William Heise, 1894


Cripple Creek Bar Room Scene de James H White, 1899

« Ecole et cinéma 92″ Ernest et Célestine

Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier, 2012

Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier, 2012

Projection-conférence :                                                                                            Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier                Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                        Samedi 14 mars 2015                                                                                                        Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                Samedi 11 avril 2015

Document accompagnant la conférence Ernest et Célestine

Séquence : Hiver- printemps

Parole des chansons d’Ernest et Célestine 

Le corbeau voulant imité l’aigle, film de première année réalisé par Benjamin Renner à l’école de la Poudrière:

Deux interviews passionnants de Daniel Pennac et Vincent Courtois :



Benjamin Renner nous offre une scène coupée du film : les dessins de Célestine s’animent …

Davy Durand, l’animateur qui a réalisé la scène onirique du passage de l’hiver au printemps est l’auteur d’autres petites merveilles (un cycle, ses courts métrages) à découvrir sur son site !


Je n’en crois pas mes yeux !

Photogramme de l'homme qui rétrécit, Jack Arnold, 1957

Photogramme de l’homme qui rétrécit, Jack Arnold, 1957

« Tu es assez grand pour comprendre que Grant Williams, l’acteur qui joue l’homme qui rétrécit, n’a pas rapetissé, que cet effet a été créé par un chef décorateur habile qui a fait construire un fauteuil énorme dans lequel pourrait s’asseoir un géant de quatre mètres, mais l’impact sur toi est néanmoins extraordinaire et troublant. Il n’y a là rien de compliqué, c’est juste une affaire d’ajustement d’échelle, et pourtant l’étonnement et la sensation de dislocation te submergent, te fascinent, te dérangent, comme si toutes les représentations du monde physique que tu avais supposées vraies jusqu’ici venaient d’être brutalement remises en question. »                                                                                                                                       Excursions dans la zone intérieure de Paul Auster, 2014

Les classes parisiennes inscrites dans le dispositif Ecole et cinéma ont pu vivre une expérience cinématographique qui hante Paul Auster depuis plus de cinquante ans, voir l’homme qui rétrécit dans une salle de cinéma ! Dans le cadre des ateliers organisés par Enfances au cinéma, trois classes se sont interrogées sur les trucages utilisés par Jack Arnold dans son film culte et ont réalisé des photomontages qui explorent l’infiniment grand et l’infiniment petit …

Les CM2 de Florence Aadari, école Vaucanson

Les CM2 de Florence Aadari, école Vaucanson

Les CE2 de Catherine Delon, école Colonel Moll

Les CE2 de Catherine Delon, école Colonel Moll

couv

Les CE2 d’Astrid Youssef, école Milton

Les CE2 d'Astrid Youssef, école Milton

Les CE2 d’Astrid Youssef, école Milton

Documents et vidéos en lien avec l’homme qui rétrécit, c’est ici et !

« Ecole et cinéma » à l’école Kergomard

fanny4Depuis plusieurs années, l’école maternelle Kergomard de Gennevilliers est une fidèle du dispositif « Ecole et cinéma ». Les trois classes de grande section ont un rapport privilégié avec le cinéma de la ville : visite des lieux, projection des films… Au mois de juin, le cinéma Jean Vigo accueillera les enfants et leurs parents pour une projection sur grand écran de leur séance animée !

Petit aperçu en images du travail des classes …


« Musique : http://www.musicscreen.be »  Forest sous licence creative commons et La ronde des musiciens de Benoît Viquesnel (Le bal de Mandarine, 1996)

« Ecole et cinéma 92″ : L’homme qui rétrécit

Photographie de plateau réalisée par Allan Grant, "L'homme qui rétrécit" 1957

Photographie de plateau réalisée par Allan Grant, « L’homme qui rétrécit » 1957

Projection conférence :                                                                                                     L’homme qui rétrécit                                                                                                             de Jack Arnold                                                                                                                       Co-animée avec Marcos Uzal                                                                                         Cinéma Jean Vigo à Gennevilliers                                                                                 Mercredi 5 mars 2014

Document accompagnant la conférence : l’homme qui rétrécit

Film réalisé pour la défense civile américaine :                                                                     « Duck and Cover » d’ Anthony Rizzo (1951)                                                                    

Quand les artistes et les scientifiques explorent l’infini…                                                       « Les puissances de dix » de Charles et Ray Eames


Film d’animation réalisé avec des atomes de carbone par IBM                                                  

Ecouter la voix d’Orson Welles dans la bande-annonce originale…