« Mon Premier Cinéma », 2022-2023

couv« J’ai fait un rêve. J’emmenais pour la première fois Jazz, mon petit fils au cinéma. Le 15 décembre 2025, pour ses cinq ans. (…/…) Comment te raconter ça (le cinéma), Jazz, ô Jazz. Imagine une salle, une salle comme, comme un supermarché, tu vois ? oui, comme le supermarché en bas de chez toi, voilà, oui, grand comme ça, très grand mais sans les étagères où il y a les céréales d’insectes, les saloperies sous plastiques, les lessives qui polluent et les bonbons qui pourrissent le ventre, tu vois, juste la salle du supermarché vide et au lieu que les gens soient debout, ils sont assis. Eh oui, assis dans des fauteuils et ce qui est marrant, c’est que tous les fauteuils sont tournés du même coté. Pas en face l’un de l’autre comme chez toi, non, tous tournés vers le grand mur au fond. Pourquoi ? Eh bien parce que au fond, sur ce grand mur blanc, c’est ça l’idée, là, tu vas voir le film. Comment ça, t’es déçu parce c’est juste un film comme sur ta tablette ? Ah mais non, Jazz, mais non, justement c’est pas JUSTE un film, c’est un film au CINEMA ! ( c’est dingue ce que je peux m’énerver dans un rêve, moi ) Et un film au cinéma c’est comment te dire, c’est pas un film, c’est un film au cinéma. Tout devient noir, les lumières s’éteignent, tu entends les gens qui font chttt, chttt et puis devant toi, devant tes yeux, ça commence.                                                                  Tu vois la terre depuis les étoiles et la musique commence, des grosses lettres tournent autour de la terre, ça brille, et c’est écrit en très grosses lettres que ce que tu vas voir est universel, c’est à dire que tout le monde le comprend, c’est un langage sans mots, et comme c’est en très gros, c’est très visible. Et puis un immense visage mille fois plus grand que le tien, petit Jazz, se met à parler et peu importe, c’est incroyable, tu es subjugué par ces yeux, cette bouche, et tout ça bouge et derrière ce visage, ça bouge aussi, une ville, une forêt, un désert, d’autres gens et c’est comme si tu sautais dans ce que tu voyais, tellement c’est grand, tellement c’est le monde qu’il y’a devant tes yeux, voilà c’est ça le cinéma. Mais non, je pleure pas, nain, je pleure pas, j’ai marché sur un oignon oublié du supermarché. »                            Il était une fois au cinéma, La chronique d’Hippolyte Girardot, 11/12/20, France Inter

 Projection et formation ligne                                                                                           Mardi 11 octobre 2022

Documents à télécharger : Dossier de présentationPour aller plus loinMordre, se faire mordrePleurs et consolationsLes émotions du chatDu livre au filmVems Mormor ?Vems Mormor ? 2Vems Mormor ? 3Figures Nounourse

programme1

 Projection-conférence :                                                                                           Studio des Ursulines                                                                                                     Mardi 29 novembre 2022                                                                                               Avec l’équipe d’Enfances au Cinéma

Capture d’écran 2022-11-21 à 19.15.17

 » Il me semble que le premier enfant qui eut l’idée de placer ses petites mains devant une source lumineuse en agitant les doigts pour voir leur ombre démesurément grandie danser sur les parois d’une grotte ou sur un mur inventa le cinématographe. Mais l’opinion la plus courante est que le cinéma est fils de la lanterne magique, de la photographie et de l’électricité. »                                                                                                                       La Fée-Cinéma, Autobiographie d’une pionnière, Alice Guy, Gallimard, 2022 

Capture d’écran 2022-11-22 à 07.17.08

Documents à télécharger : Pour aller plus loinUne femme très occupéeLe secours aux trois filsUne histoire au zoo, images séquentiellesUne histoire de points de vueLa rencontreUn dialogue imagéune rencontre mystérieuseUn duo aérienDe drôles de personnagesLa tour chancelleY a-t-il une pilote dans l’avion ?Une héroïne de 4 ans, Images séquentiellesLe parc des Buttes ChaumontL’écluse et le film nitrate

« Mon premier cinéma » 2021-2022

couv

 Projection-Conférence :                                                                                               Studio des Ursulines, Paris                                                                                                     Mardi 30 novembre 2021                                                                                              Avec l’équipe d’Enfances au Cinéma

Dossier de présentation Mon Premier Cinéma 2021-2022

Un autre monde

Documents à télécharger : Bibliographie-sitographieLa petite Taupe, Images séquentiellesLa petite Taupe, Point de vue, plans subjectifsLa petite Taupe, montage de planLa jungle de béton, les différences et aussi ici

présentation

Documents à télécharger : bibliographie-sitographieLe Petit Hérisson-Images séquentiellesLe Petit Hérisson-profondeur de champla ville à hauteur de canariKiki la plume, qui mange qui ?Nature, l’orchestreL’étoile étincelante, images séquentiellesL’étoile étincelante, un chien énergiquePar-dessus bord, d’une couleur à l’autre – copiePar-dessus bord, d’une couleur à l’autreStratégies face à un prédateur : l’oiseau et la chenille -

Flipbook

Flipbook à construire … Cliquer ici

« Ernest et Célestine » Mon Premier cinéma 75

couv

« Ernest et Célestine », Benjamin Renner, Vincent Patar, Stéphane Aubier, 2012

Deuxième temps de formation Mon Premier cinéma                                                          Projection conférence au Studio des Ursulines, Paris                                                          Mardi 28 janvier 2020

Documents à télécharger : Bibliographie-filmographieLe monde d’en basLe monde d’en hautLe regard dirigé vers le haut ou vers le basUne rencontre à petits pasDerrière le masqueL’évolution des dessins de CélestineLes chansons d’Ernest et Célestine

La scène du passage de l’hiver au printemps réalisée par Davy Durand.

A lire aussi ici, et encore !

« Mon Premier Cinéma » 2019-2020

Capture d’écran 2019-10-19 à 11.53.58Projection – Conférence :                                                                                        Studio des Ursulines, Paris                                                                                                    Mardi 5 novembre 2019

Dossier de présentation : Mon Premier Cinéma 2019-2020, pour aller plus loin Bibliographie : Filmographie

Capture d’écran 2019-10-30 à 17.29.51 » Un bébé tout seul, ça n’existe pas » affirme Winnicott. Selon lui, tout nourrisson est toujours en relation avec quelqu’un d’autre. Ce rapport, indispensable, vital même au tout début de la vie, sert d’ancrage à tous les liens à venir que l’enfant, quittant l’exclusivité maternelle, tissera avec son entourage.                                                                                                        Ces livres qui font grandir les enfants, Joëlle Turin, Didier Jeunesse, 2012

Documents à télécharger : Des duos insolitesLes deux moutons, les personnagesLes deux moutons, le temps qu’il faitLa taupe et le ver de terre, images séquentiellesLa taupe et le ver de terre, les plans subjectifsPas facile d’être un moineauComment aider les moineaux à passer l’hiver ?Fabriquer des pommes de pin à graines pour nourrir les moineaux en hiver…L’heure des chauves-souris, le jeu des contrairesUne histoire au zoo, une histoire de points de vueUne histoire au zoo, images séquentiellesUne histoire au zoo, une histoire de regardsUne histoire au zoo, un dialogue imagéMais où est Ronald ?, la construction de la cabaneMais où est Ronald ?, de plus en plus prèsMais où est Ronald ?, les trésors sous terreExtrait Waar is Ko ?Pawo, jouer avec le cadrePawo, métamorphoses

Capture d’écran 2019-10-31 à 12.51.51Le cinéma a d’ailleurs longtemps adopté le modèle de la culture du livre, en nous racontant des histoires muettes d’abord, puis parlantes ensuite. Tous les grands réalisateurs, de la naissance du cinéma aux années 2000, ont construits des récits linéaires, et les superproductions hollywoodiennes sont encore souvent construites sur ce modèle : un scénario, le plus souvent tiré d’un roman, y charpente une histoire. »                              Du livre et des écrans, plaidoyer pour une indispensable complémentarité, Serge Tisseron, Éditions Manucius, 2013

Documents à télécharger : Un peu perdu, images séquentiellesLa moufle, images séquentiellesLa petite casserole …se cacher…La petite casserole…se cacher(2)Le popotin de l’Hippopo, de la page à l’écran (1)Le popotin de l’Hippopo, de la page à l’écran (2)Le popotin de l’Hippopo, de la page à l’écran (3)Le pingouin qui avait froid, plan subjectifLe pingouin qui avait froid, Milo de plus en plus grandLa grande histoire d’un petit trait, images séquentiellesLa grande histoire d’un petit trait, de la page à l’écran (1)La grande histoire d’un petit trait, les métamorphoses

Capture d’écran 2019-10-31 à 13.19.12

« Ecole et cinéma 75″ : L’homme qui rétrécit

Grant Williams et Jack Arnold, photographie d'Allan Grant pour LIFE

Grant Williams et Jack Arnold, photographie d’Allan Grant pour LIFE

Projection conférence                                                                                                               L’homme qui rétrécit                                                                                                             de Jack Arnold                                                                                                                       Au studio des Ursulines (Paris)                                                                                           Mardi 8 avril 2014

Document accompagnant la conférence l’homme qui rétrécit – 2 - organisée par l’association Enfances au cinéma.

Joe chez les abeilles, série d’animation réalisée par Jean Image en 1960. Pour découvrir comment Joe se retrouve réduit à la taille des abeilles….


D’autres vidéos en résonance …

« Les aventures fantastiques » de Karel Zeman

Les Aventures fantastiques de Karel Zeman, 1958

Les Aventures fantastiques de Karel Zeman, 1958

A l’ouverture du film, la voix de Simon Hart nous accueille. Ce jeune ingénieur vient de vivre une aventure extraordinaire qu’il souhaite partager avec nous, spectateurs. Sur son bureau, son journal intime côtoie une pile de livres de Jules Verne. Il en saisit un, le feuillette et nous montre de magnifiques illustrations. La caméra s’arrête sur une gravure représentant un bateau en pleine mer, subitement le bateau se met en mouvement …

Karel Zeman a adapté un roman peu connu de Jules Verne, Face au drapeau, paru en 1896 aux éditions Hetzel. L’originalité de cette adaptation cinématographique est l’intérêt porté aux illustrations de la première édition. En effet, Zeman fait vivre à l’écran les gravures de Léon Benett en combinant prise de vue réelle et technique d’animation « image par image ». Les personnages joués par des acteurs évoluent dans des décors inspirés des gravures. Le choix du noir et blanc, l’omniprésence des rayures et l’importance des surfaces plates nous indiquent que nous ne sommes pas dans la réalité mais dans un monde inventé dans lequel nous allons vivre le temps d’une projection.

Face au drapeau, Illustration de Léon Benett, 1896

Face au drapeau, Illustration de Léon Benett, 1896

Les aventures fantastiques de Karel Zeman, 1958

Les aventures fantastiques de Karel Zeman, 1958

La réussite de Zeman est qu’on oublie sa virtuosité technique pour rentrer pleinement dans le récit des Aventures fantastiques. Son adaptation est très libre, son récit est moins sombre que le roman d’origine. Le professeur Roch notamment n’est plus un inventeur mégalomane mais un savant naïf, déconnecté de la réalité. Simon Hart est le héros positif par excellence, ingénieux, droit, courageux … Zeman n’hésite pas à introduire des scènes visuellement très poétiques comme la fusion de deux poissons se transformant en papillon. Ils ponctuent aussi son récit avec des scènes humoristiques qui, si j’en crois les rires qui ont fusé dans la salle du Studio des Ursulines, fonctionnent toujours ! Il crée aussi de multiples objets aussi fabuleux les uns que les autres, un fer à repasser très original, une pince à crayon démesurée et une variété incroyable de moyens de transport. J’ai un petit faible pour le vélo sous-marin !

Le fer à repasser -canon

Le fer à repasser -canon

le vélo sous-marin

le vélo sous-marin

Cette reprise est un très beau cadeau de rentrée, merci aux Films Malavida qui ont travaillé avec le musée Karel Zeman de Prague pour nous l’offrir !