« A la conquête de l’Ouest ! »

La Prisonnière du désert de John Ford, 1956

La Prisonnière du désert de John Ford, 1956

« Fondamentalement, il (John Ford) sait que la première dramaturgie du cinéma c’est mettre des êtres humains dans un décor, donc, par exemple, dans certains paysages, car le rapport d’un être humain dans un paysage est immédiatement dramatique. »                                                                       Entretien avec Jean Douchet, Quintessence du Western

« Je n’aime pas tourner en studio. J’aime aller en extérieurs essentiellement pour deux raisons. Premièrement, lorsque vous voyez le paysage, il peut vous venir une foule d’idées auxquelles vous n’auriez jamais songé sur un plateau. Le lit d’un fleuve, une montagne, un arbre, un rocher, ou quelque chose qui se trouve sur votre route peuvent doubler la vérité d’une scène… Deuxièmement, les acteurs atteignent à bien plus de vérité en extérieurs. Dans un studio, tout est calme, tout est construit en prévision de la scène, les lumières sont allumées et on joue sa scène… Mais si l’acteur doit la jouer au sommet d’une montagne, au bord d’un fleuve, ou dans une forêt, il y a le vent, la poussière, la neige, le craquement des branches qui l’interrompent, qui l’obligent à se donner plus : il devient plus vivant. »                                                                                                                                                                    Anthony Mann dans les Cahiers du cinéma, n°69, mars 1957

Les élèves de CE2-CM2, inscrits dans le dispositif Ecole et cinéma à Paris, terminent une année riche en découvertes par le western âpre et sauvage de John Ford, La Prisonnière du désert. Pour accompagner la découverte du film en salle, l’atelier A la conquête de l’Ouest ! met en avant le rôle du paysage dans le film, en proposant une lecture partagée de photogrammes et d’extraits. Chaque élève est invité ensuite à imaginer un évènement qui pourrait se passer à Monument Valley et à le mettre en scène dans un storyboard. Dinosaures et extraterrestres disputent le lieu aux cowboys et aux indiens. Les rochers se désagrègent, le désert se transforme en un grand lac… Décor rêvé pour une séance de bronzage, un pique-nique ou la dégustation d’une glace qui ne fond pas au soleil… Lieu de prédilection pour des courses poursuites, des affrontements et des bagarres multiples… L’imagination des élèves est sans limite !

La classe de CM1 de Sylvie Ginet

La classe de CM1 de Sylvie Ginet

La classe de CM1 de Françoise Prax

La classe de CM1 de Françoise Prax

Classe de CE2 de Sophie Bonjour

Classe de CE2 de Sophie Bonjour

La classe de CM1/CM2 de Caroline Ritz

La classe de CM1/CM2 de Caroline Ritz

Documents utilisés lors de l’atelier : échelle des plansPlan 1 et storyboard.

Les premiers films sur les cowboys et les indiens ont été tournés sur la côte Est, dans le studio de Thomas Edison, la Black Maria.

La Black Maria, premier studio de cinéma construit en 1893

La Black Maria, premier studio de cinéma construit en 1893

Sioux Ghost Dance de William Heise, 1894


Cripple Creek Bar Room Scene de James H White, 1899

Enfances au cinéma : Le Gruffalo et Drôles de créatures

Une aventure rayée de Alina Maliszewska, Pologne, 1960

Une aventure rayée de Alina Maliszewska, Pologne, 1960

Projection Conférence                                                                                               Cinéma Les Ursulines à Paris                                                                                               Mardi 6 janvier 2015

«   » C’est les rêves qui font grandir les enfants et les poussent en avant, mais pas trop pourtant « , chante Anne Sylvestre dans sa berceuse pour rêver. Il n’y a pas que les rêves qui les font grandir, les livres aussi. Et certains plus que d’autres : ceux qui ne cherchent pas à tout prix à dispenser des savoirs, mais qui donnent matière à rêver, à se poser des questions, à jouer, à s’insurger, à s’émouvoir. »                                                                                           Joëlle Turin, Ces livres qui font grandir les enfants, Didier jeunesse, 2012

Les films aussi font grandir les enfants !  Les courts métrages qui composent Le Gruffalo et Drôles de créatures mettent en scène la peur, l’apparence, l’altérité … Ils offrent une variété de points de vue sur ces questions qui troublent l’être humain dès son plus jeune âge. La programmation de Mon premier cinéma est, une fois de plus, riche et exigeante, elle fait confiance aux oeuvres et aux enfants.

Pour compléter la projection-conférence …

L’animation du film Le Gruffalo a été réalisée dans le studio allemand Studio Soi, leur blog présente de nombreux éléments des différentes étapes de la fabrication du film, une mine à explorer…

Comparaison entre le storyboard et la séquence du film correspondante.

René Aubry interprète avec ses musiciens le thème de la souris.

Le programme Drôles de créatures a été conçu par l’association Cinéma Public pour l’édition 2013 de son festival Ciné Junior. Il est accompagné d’un excellent dossier pédagogique et de visuels.

Je n’en crois pas mes yeux !

Photogramme de l'homme qui rétrécit, Jack Arnold, 1957

Photogramme de l’homme qui rétrécit, Jack Arnold, 1957

« Tu es assez grand pour comprendre que Grant Williams, l’acteur qui joue l’homme qui rétrécit, n’a pas rapetissé, que cet effet a été créé par un chef décorateur habile qui a fait construire un fauteuil énorme dans lequel pourrait s’asseoir un géant de quatre mètres, mais l’impact sur toi est néanmoins extraordinaire et troublant. Il n’y a là rien de compliqué, c’est juste une affaire d’ajustement d’échelle, et pourtant l’étonnement et la sensation de dislocation te submergent, te fascinent, te dérangent, comme si toutes les représentations du monde physique que tu avais supposées vraies jusqu’ici venaient d’être brutalement remises en question. »                                                                                                                                       Excursions dans la zone intérieure de Paul Auster, 2014

Les classes parisiennes inscrites dans le dispositif Ecole et cinéma ont pu vivre une expérience cinématographique qui hante Paul Auster depuis plus de cinquante ans, voir l’homme qui rétrécit dans une salle de cinéma ! Dans le cadre des ateliers organisés par Enfances au cinéma, trois classes se sont interrogées sur les trucages utilisés par Jack Arnold dans son film culte et ont réalisé des photomontages qui explorent l’infiniment grand et l’infiniment petit …

Les CM2 de Florence Aadari, école Vaucanson

Les CM2 de Florence Aadari, école Vaucanson

Les CE2 de Catherine Delon, école Colonel Moll

Les CE2 de Catherine Delon, école Colonel Moll

couv

Les CE2 d’Astrid Youssef, école Milton

Les CE2 d'Astrid Youssef, école Milton

Les CE2 d’Astrid Youssef, école Milton

Documents et vidéos en lien avec l’homme qui rétrécit, c’est ici et !

Enfances au cinéma : ça grouille chez les insectes !

Children in a movie theater, USA (The world is young), Wayne Miller, 1958

Children in a movie theater, USA (The world is young), Wayne Miller, 1958

Les classes maternelles inscrites dans le dispositif Mon premier cinéma sont allées trois fois dans leur cinéma de quartier découvrir la programmation élaborée à leur intention par l’association « Enfances au cinéma » …

Gros-Pois et Petit-Point de Lotta et Uzi Geffenblad, 2011

Gros-Pois et Petit-Point de Lotta et Uzi Geffenblad, 2011

La boîte à malice de Koji Yamamura, 2011

La boîte à malice de Koji Yamamura, 2011

La petite fabrique du monde, 2013

La petite fabrique du monde, 2013

Les insectes sont présents dans chacun de ces programmes. Ils dérangent le pique-nique de Gros-pois et Petit-point. Ils sont les compagnons discrets de Karo, l’oiseau bleu et de Piyobuputo, l’oiseau rose. Ils sont les personnages principaux du court-métrage Chinti … Une belle occasion de faire découvrir aux enfants Ladislas Starewitch qui était passionné de cinéma et d’insectes !

"La cigale et la fourmi" de Ladislas Starewitch, 1911

« La cigale et la fourmi » de Ladislas Starewitch, 1911

Et si nous aussi, à la suite de Ladislas Starewitch, on faisait bouger des insectes …

Lecture d'images avec les MS/GS d'Aymeric Gervais

Lecture d’images avec les MS/GS d’Aymeric Gervais

Animation "image par image" avec les MS de Manon Marconnier

Animation « image par image » avec les MS de Manon Marconnier

Animation "image par image" avec les MS de Muriel Rey

Animation « image par image » avec les MS de Muriel Rey

Animation "image par image" avec les MS de Sandrine Bourdon

Animation « image par image » avec les MS de Sandrine Bourdon

Chaque classe a  aussi fabriqué un folioscope collectif …

Réalisation du folioscpe avec les MS de Marie Bouvaist

Réalisation du folioscope avec les MS de Marie Bouvaist

Nos films !


musique : http://www.musicscreen.be, Berceau vide sous licence creative commons


musique : http://www.musicscreen.be, Trumpetico sous licence creative commons

« Ecole et cinéma 75″ : L’homme qui rétrécit

Grant Williams et Jack Arnold, photographie d'Allan Grant pour LIFE

Grant Williams et Jack Arnold, photographie d’Allan Grant pour LIFE

Projection conférence                                                                                                               L’homme qui rétrécit                                                                                                             de Jack Arnold                                                                                                                       Au studio des Ursulines (Paris)                                                                                           Mardi 8 avril 2014

Document accompagnant la conférence l’homme qui rétrécit – 2 - organisée par l’association Enfances au cinéma.

Joe chez les abeilles, série d’animation réalisée par Jean Image en 1960. Pour découvrir comment Joe se retrouve réduit à la taille des abeilles….


D’autres vidéos en résonance …

Enfances au cinéma : atelier « Perdu ? Retrouvé ! »

Ecole maternelle, rue des Archives, PARIS- 22/03/13

Ecole maternelle, rue des Archives, PARIS- 22/03/13

L’association « Enfances au cinéma » m’a confié la préparation d’un atelier dans le cadre de leur programmation « Mon premier cinéma » dédiée aux classes maternelles parisiennes. Une belle opportunité de travailler avec 5 classes sur le très beau court métrage de Philip Hutt : « Perdu ? Retrouvé ! ».

Toutes les classes sont allées auparavant deux fois dans leur cinéma de quartier découvrir les films de la programmation sur grand écran. Je ravive la mémoire de ces séances par une petite devinette, je présente aux enfants des objets qu’ils doivent associer à l’un des films vus. Objets

4e2

Ecole maternelle de la rue des Archives – 22/03/13

Après la lecture de l’album dont le film  » Perdu ? retrouvé ! » est une adaptation, les enfants recherchent activement les ressemblances et les différences entre les deux supports. Avec l’aide du petit canard de bain, je les amène peu à peu à remarquer que le canard bouge dans le film alors qu’il reste toujours à la même place dans l’image de l’album.

Maternelle de la rue du Mont Cenis - 28/03/13

Ecole maternelle de la rue du Mont Cenis – 28/03/13

Afin de commencer à comprendre le mystère de l’image animée, quoi de mieux que de réaliser ensemble un tout petit film !

Ecole maternelle de la rue d'Orsel - 29/03/13

Ecole maternelle de la rue d’Orsel – 29/03/13

Ecole maternelle de la rue Legouvé - 25/03/13

Ecole maternelle de la rue Legouvé – 25/03/13

La manipulation de folioscopes et la réalisation individuelle d’un feuilletoscope complètent la séance.

Ecole maternelle de la rue Legouvé - 25/03/13

Ecole maternelle de la rue Legouvé – 25/03/13

Ecole maternelle de la rue Alphonse Baudin - 21/03/13

Ecole maternelle de la rue Alphonse Baudin – 21/03/13

Ecole maternelle de la rue d'Orsel  - 29/03/13

Ecole maternelle de la rue d’Orsel – 29/03/13

Avant de se quitter, on réécoute l’histoire de « Perdu ? Retrouvé ! » mais cette fois-ci, en chanson !

Ecole maternelle de la rue des Archives - 22/03/13

Ecole maternelle de la rue des Archives – 22/03/13