« Mon Premier Cinéma », 2022-2023

couv« J’ai fait un rêve. J’emmenais pour la première fois Jazz, mon petit fils au cinéma. Le 15 décembre 2025, pour ses cinq ans. (…/…) Comment te raconter ça (le cinéma), Jazz, ô Jazz. Imagine une salle, une salle comme, comme un supermarché, tu vois ? oui, comme le supermarché en bas de chez toi, voilà, oui, grand comme ça, très grand mais sans les étagères où il y a les céréales d’insectes, les saloperies sous plastiques, les lessives qui polluent et les bonbons qui pourrissent le ventre, tu vois, juste la salle du supermarché vide et au lieu que les gens soient debout, ils sont assis. Eh oui, assis dans des fauteuils et ce qui est marrant, c’est que tous les fauteuils sont tournés du même coté. Pas en face l’un de l’autre comme chez toi, non, tous tournés vers le grand mur au fond. Pourquoi ? Eh bien parce que au fond, sur ce grand mur blanc, c’est ça l’idée, là, tu vas voir le film. Comment ça, t’es déçu parce c’est juste un film comme sur ta tablette ? Ah mais non, Jazz, mais non, justement c’est pas JUSTE un film, c’est un film au CINEMA ! ( c’est dingue ce que je peux m’énerver dans un rêve, moi ) Et un film au cinéma c’est comment te dire, c’est pas un film, c’est un film au cinéma. Tout devient noir, les lumières s’éteignent, tu entends les gens qui font chttt, chttt et puis devant toi, devant tes yeux, ça commence.                                                                  Tu vois la terre depuis les étoiles et la musique commence, des grosses lettres tournent autour de la terre, ça brille, et c’est écrit en très grosses lettres que ce que tu vas voir est universel, c’est à dire que tout le monde le comprend, c’est un langage sans mots, et comme c’est en très gros, c’est très visible. Et puis un immense visage mille fois plus grand que le tien, petit Jazz, se met à parler et peu importe, c’est incroyable, tu es subjugué par ces yeux, cette bouche, et tout ça bouge et derrière ce visage, ça bouge aussi, une ville, une forêt, un désert, d’autres gens et c’est comme si tu sautais dans ce que tu voyais, tellement c’est grand, tellement c’est le monde qu’il y’a devant tes yeux, voilà c’est ça le cinéma. Mais non, je pleure pas, nain, je pleure pas, j’ai marché sur un oignon oublié du supermarché. »                            Il était une fois au cinéma, La chronique d’Hippolyte Girardot, 11/12/20, France Inter

 Projection et formation ligne                                                                                           Mardi 11 octobre 2022

Documents à télécharger : Dossier de présentationPour aller plus loinMordre, se faire mordrePleurs et consolationsLes émotions du chatDu livre au filmVems Mormor ?Vems Mormor ? 2Vems Mormor ? 3Figures Nounourse

programme1

 Projection-conférence :                                                                                           Studio des Ursulines                                                                                                     Mardi 29 novembre 2022                                                                                               Avec l’équipe d’Enfances au Cinéma

Capture d’écran 2022-11-21 à 19.15.17

 » Il me semble que le premier enfant qui eut l’idée de placer ses petites mains devant une source lumineuse en agitant les doigts pour voir leur ombre démesurément grandie danser sur les parois d’une grotte ou sur un mur inventa le cinématographe. Mais l’opinion la plus courante est que le cinéma est fils de la lanterne magique, de la photographie et de l’électricité. »                                                                                                                       La Fée-Cinéma, Autobiographie d’une pionnière, Alice Guy, Gallimard, 2022 

Capture d’écran 2022-11-22 à 07.17.08

Documents à télécharger : Pour aller plus loinUne femme très occupéeLe secours aux trois filsUne histoire au zoo, images séquentiellesUne histoire de points de vueLa rencontreUn dialogue imagéune rencontre mystérieuseUn duo aérienDe drôles de personnagesLa tour chancelleY a-t-il une pilote dans l’avion ?Une héroïne de 4 ans, Images séquentiellesLe parc des Buttes ChaumontL’écluse et le film nitrate

« Je n’en crois pas mes yeux », atelier « École et Cinéma »

IMG_7081

Fac-similé de la vue stéréoscopique ayant inspiré la scène d’ouverture de « La ruée vers l’or » de Charlie Chaplin

  « Voir c’est vouloir croire »                                                                                                  « Voir le relief, c’est recevoir, au moyen de chaque oeil, l’impression simultanée de deux images dissemblables du même objet. » Euclide (300 AV JC)

Atelier proposé aux classes de cycle 3 dans le cadre d’École et Cinéma organisé à Paris par l’association Enfances au Cinéma.

M’inspirant du projet du film absent proposé par l’association Passeurs d’images, j’ai décliné cette proposition pour parler avec les enfants de l’histoire de la 3D grâce à l’impressionnante séquence d’ouverture de La ruée vers l’or de Charlie Chaplin.

Capture d’écran 2021-06-10 à 14.14.04

Photogrammes des deux premières séquences de La ruée vers l’or

Les enfant ont tout d’abord comparé les deux premières séquences du film en cherchant tout ce qui les opposait. Nous avons ensuite discuté sur la méthode de travail de Charlie Chaplin, ce dernier mettant un film en chantier à partir d’une idée générale.                                       En l’occurence, l’idée de La ruée vers l’or lui est venue en observant une photo stéréoscopique chez ses amis et associés, Marie Pickford et Douglas Fairbanks. Cette photo montrait une foule de prospecteurs grimpant péniblement un col montagneux pour atteindre la rivière Yukon (Alaska) riche en or à la fin du XIX ème siècle.

Singley

Photos de B.L. Singley, 1898

Répartis en trois groupes les élèves ont découvert par la manipulation différents moyens de voir des images en relief.

Capture d’écran 2021-06-10 à 15.22.18

Stéréoscopes et visionneuses 3D

Capture d’écran 2021-06-10 à 15.03.41

Anaglyphes

Capture d’écran 2021-06-10 à 15.11.23

Stéréogrammes ou « images magiques »

Enfin, nous avons vu comment le principe de l’image 3D s’était appliqué au cinéma.

Capture d’écran 2021-06-10 à 15.24.56

« Je n’en crois pas mes oreilles ! », Atelier « Mon 1er Cinéma »

Du Château2

« Alice’s wonderland », pilote de la série des « Alice’s Comedies », 1923

« J’espère seulement qu’on ne perdra pas de vue une chose : tout a commencé avec une souris. »                                                                                                                             Cette phrase célèbre de Walt Disney n’est pas complètement juste. Avant sa célèbre souris, une petite fille réelle, Virginia Davis, âgée de 5 ans, a été l’héroïne d’une série combinant prises de vue en continue et dessins animés, la série des Alice’s Comedies. À la réouverture des cinémas, les jeunes élèves parisiens inscrits dans le dispositif Mon premier Cinéma vont découvrir quatre épisodes de cette série dans la salle de cinéma de leur quartier.

8 2

En collaboration avec l’association Enfances au Cinéma, j’ai eu le plaisir d’animer un atelier pour préparer cette sortie tant attendue. Réalisée à l’époque du cinéma muet, la série des Alice’s Comedies permet de faire découvrir aux enfants comment faire bouger les images et comment les rendre sonores. Bienvenue à Cartoon Land !

Découvrons tout d’abord le visage de Walt Disney et de son complice, le grand dessinateur américain Ub Iwerks.

walt et Ub

À l’aide des jouets du pré-cinéma, les enfants comprennent peu à peu comment faire bouger un dessin.

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.01.39

Avant de bruiter des images, nous réveillons notre corps pour être plus attentifs.

Capture d’écran 2021-05-11 à 17.45.30

Capture d’écran 2021-05-11 à 17.55.15

bruitage pluie

Voici deux bandes-son réalisées par nos apprentis bruiteurs, un grand bravo à tous !

« Mon Premier Cinéma » 2020-2021

couv

“Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager.”  Walt Disney, Hors-série Disney Vintage (1925-1966) La Septième Obsession

  Projection-Conférence :                                                                                          Studio des Ursulines, Paris                                                                                                    Vendredi 6 novembre 2020                                                                                Rencontre annulée, remplacée par une formation à distance                                              le mardi 8 décembre à 16h30

Dossier de présentation Mon Premier Cinéma 2020-2021Bibliographie-sitographie

programme

Documents à télécharger : Mémory des pairesDrôles de silhouettesChamp:contrechamp Point de vue – que voient les personnages ? Que voient les spectateurs ?Champ:contrechampLa nuit, Images séquentiellesD’un monde à l’autre

netDocuments à télécharger : D’un monde à l’autre1,D’un monde à l’autre2D’un monde à l’autre3D’un bruit à l’autrePoint de vue, prendre de la hauteurLe volet, montage de planD’un lieu à l’autrePoint de vue 2Jeu de miroirPoint de vue, échelle des plansImages séquentielles

AliceDocuments à télécharger : Les personnagesCorps disloquéD’un monde à l’autre1D’un monde à l’autre2Les bullesPoints de vueLa scène du chien clownMétamorphoses

Lors de la formation, des enseignantes ont évoqué les albums d’Anaïs Vaugelade sur sa jeune héroïne Zuza ainsi que ceux de Jean Leroy et Audrey Poussier sur leur héros Castor-Têtu. Un grand merci à elles !

livres

« Mon Premier Cinéma » 2019-2020

Capture d’écran 2019-10-19 à 11.53.58Projection – Conférence :                                                                                        Studio des Ursulines, Paris                                                                                                    Mardi 5 novembre 2019

Dossier de présentation : Mon Premier Cinéma 2019-2020, pour aller plus loin Bibliographie : Filmographie

Capture d’écran 2019-10-30 à 17.29.51 » Un bébé tout seul, ça n’existe pas » affirme Winnicott. Selon lui, tout nourrisson est toujours en relation avec quelqu’un d’autre. Ce rapport, indispensable, vital même au tout début de la vie, sert d’ancrage à tous les liens à venir que l’enfant, quittant l’exclusivité maternelle, tissera avec son entourage.                                                                                                        Ces livres qui font grandir les enfants, Joëlle Turin, Didier Jeunesse, 2012

Documents à télécharger : Des duos insolitesLes deux moutons, les personnagesLes deux moutons, le temps qu’il faitLa taupe et le ver de terre, images séquentiellesLa taupe et le ver de terre, les plans subjectifsPas facile d’être un moineauComment aider les moineaux à passer l’hiver ?Fabriquer des pommes de pin à graines pour nourrir les moineaux en hiver…L’heure des chauves-souris, le jeu des contrairesUne histoire au zoo, une histoire de points de vueUne histoire au zoo, images séquentiellesUne histoire au zoo, une histoire de regardsUne histoire au zoo, un dialogue imagéMais où est Ronald ?, la construction de la cabaneMais où est Ronald ?, de plus en plus prèsMais où est Ronald ?, les trésors sous terreExtrait Waar is Ko ?Pawo, jouer avec le cadrePawo, métamorphoses

Capture d’écran 2019-10-31 à 12.51.51Le cinéma a d’ailleurs longtemps adopté le modèle de la culture du livre, en nous racontant des histoires muettes d’abord, puis parlantes ensuite. Tous les grands réalisateurs, de la naissance du cinéma aux années 2000, ont construits des récits linéaires, et les superproductions hollywoodiennes sont encore souvent construites sur ce modèle : un scénario, le plus souvent tiré d’un roman, y charpente une histoire. »                              Du livre et des écrans, plaidoyer pour une indispensable complémentarité, Serge Tisseron, Éditions Manucius, 2013

Documents à télécharger : Un peu perdu, images séquentiellesLa moufle, images séquentiellesLa petite casserole …se cacher…La petite casserole…se cacher(2)Le popotin de l’Hippopo, de la page à l’écran (1)Le popotin de l’Hippopo, de la page à l’écran (2)Le popotin de l’Hippopo, de la page à l’écran (3)Le pingouin qui avait froid, plan subjectifLe pingouin qui avait froid, Milo de plus en plus grandLa grande histoire d’un petit trait, images séquentiellesLa grande histoire d’un petit trait, de la page à l’écran (1)La grande histoire d’un petit trait, les métamorphoses

Capture d’écran 2019-10-31 à 13.19.12

Atelier Flipbook, « Enfances au Cinéma »

Capture d’écran 2019-06-19 à 15.41.12Les classes de cycle 2 et de cycle 3 inscrites au dispositif Ecole et cinéma ont découvert dans leurs salles de quartier les deux courts métrages oscarisés de Frédéric Back : Crac et L’homme qui plantait des arbres. Une occasion précieuse de découvrir l’oeuvre de cet artiste passionné par la nature et le dessin.

Pour moi, ce qui importe, c’est que les dessins bougent au maximum. Tant pis si les dessins sont un peu moins beaux, mais ce qui compte, c’est qu’ils donnent l’impression d’un ruisseau qui ne s’arrête jamais. J’essaie donc de garder ce caractère de spontanéité, ce moment d’impulsion comme pour des croquis pris sur le vif… On a l’impression que les dessins naissent sous nos yeux.                                                                                                                            Entretien avec Frédéric Back, Léo Bonneville, Séquences, n°130, août 1987

Les enfants ont donné une deuxième vie à des livres mis au rebut en les transformant en flipbook. Ils se sont aussi amusés à créer des feuilletoscopes. Vive les dessins qui bougent !

Capture d’écran 2019-06-19 à 14.48.52

Deux techniques modestes ouvrant une multitude de réalisations …

Quelques propositions …

« L’homme qui plantait des arbres », Enfances au cinéma

FFB+10« L’arbre m’abrite, me nourrit, me soigne, enrichit et retient ma terre, absorbe le gaz carbonique, accueille cette odeur de fleur ou d’animal qui m’intrigue… Et comme pour s’excuser de ne pas m’en donner assez, l’arbre m’offre l’envie de ramasser, à ses pieds, quelques brindilles de poésie :                                                                                                                                    Un homme a planté il y a dix mille nuits                                                                                l’arbre contre lequel aujourd’hui je m’appuie.                                                                                   Alain Serres, Je serai les yeux de la terre, Rue du monde, 2007

Projection-conférence :                                                                                            Studio des Ursulines, Paris                                                                                                     Mardi 4 décembre 2018

Document accompagnant la conférence : pour aller plus loin

crac

Crac, Frédéric Back, 1981

Documents à télécharger : famillemoyens de locomotionchaisechansons et musiques traditionnellespeintres québécois

La légende du canot d’écorce, Robert Doucet, 1996

Paysage

L’homme qui plantait des arbres, Frédéric Back, 1987

Documents à télécharger : métamorphose d’un paysagemétamorphose d’un paysage (2)textes de Giono

L’impact de la déforestation (expérience) :

Le chêne et le roseau, Laureline Lavandier, 2007

Et aussi « Il était une fois un arbre », France Culture, 1998

Atelier « Enfances au Cinéma », Les Trois Brigands

13-b

La classe de MS-GS de l’école Dunoy / Cinéma l’Escurial

Les classes maternelles, inscrites dans le dispositif Enfances au cinéma, ont été accueillies à trois reprises dans leur cinéma de quartier. Les enfants ont découvert ainsi deux programmes de courts métrages et le long métrage de Hayo Freitas, Les Trois Brigands.  A la suite de cette dernière projection, cinq classes ont participé  à un atelier De l’album au film, permettant aux élèves de comparer le film à l’album d’origine créé par l’artiste Tomi Ungerer.

Après une relecture de l’album les enfants ont recherché comment le réalisateur avait pu faire un film de plus d’une heure à partir de cette courte histoire. Des photogrammes et des extraits du film ont guidé les enfants…

Bonnes vacances !

La classe de MS-GS de l’école du Capitaine Lagache / Cinéma des Cinéastes

L1120238 (1)

La classe de PS-MS de l’école Pierre Bullet / Cinéma Le Brady

13-a

La classe de MS-GS de l’école Dunoy / Cinéma l’Escurial

Les enfants ont ensuite animé deux images fixes. Vive les jouets et les illusions optiques !

4éme

La classe de MS de l’école des Hospitalières Saint-Gervais / Cinéma Lumino

18

La classe de MS-GS de l’école Vauvenargues / Cinéma des Cinéastes

Une petite fille créatrice a inventé son propre feuilletoscope. Un très grand bravo à elle !

IMG_2896

La classe de MS-GS de l’école du Capitaine Lagache / Cinéma des Cinéastes