« Maternelle au Cinéma » 95 – 2022-2023

couverture

Conter est un acte naturel. C’est raconter quelque chose qui vous intéresse et que vous voudriez faire partager comme une bonne nourriture. Cela se fait simplement depuis que l’homme parle .                                                                                                                Petit Poucet deviendra grand, Le travail du conte, Mollat Éditeur, Pierre Lafforgue, 1995

 Conférence au …                                                                                                       Centre Culturel Picasso de Montigny-lès-Cormeilles                                                   Mercredi 5 octobre 2022

Le Petit Monde de Leo de Leo Lionni et Giulio Gianini

Capture d’écran 2022-10-03 à 15.47.42

Documents à télécharger : Pour aller plus loinLeo Lionni ou l’histoire d’un hollandais autodidacteRévolution, Gianni Rodari et aussi ici et .

Les contes de la Mère Poule de Farkhondeh Torabi, Vajiollah Fard-e-Moghadam et  Morteza Ahadi SarkaniCapture d’écran 2022-10-03 à 16.15.10Documents à télécharger : Pour aller plus loinLe loup et les sept chevreaux, les frères GrimmLa chèvre et le piège et aussi ici.

Et pour finir, un article passionnant de Sophie D’Ambroso, bibliothécaire jeunesse !

« Mon Premier Cinéma », 2022-2023

couv« J’ai fait un rêve. J’emmenais pour la première fois Jazz, mon petit fils au cinéma. Le 15 décembre 2025, pour ses cinq ans. (…/…) Comment te raconter ça (le cinéma), Jazz, ô Jazz. Imagine une salle, une salle comme, comme un supermarché, tu vois ? oui, comme le supermarché en bas de chez toi, voilà, oui, grand comme ça, très grand mais sans les étagères où il y a les céréales d’insectes, les saloperies sous plastiques, les lessives qui polluent et les bonbons qui pourrissent le ventre, tu vois, juste la salle du supermarché vide et au lieu que les gens soient debout, ils sont assis. Eh oui, assis dans des fauteuils et ce qui est marrant, c’est que tous les fauteuils sont tournés du même coté. Pas en face l’un de l’autre comme chez toi, non, tous tournés vers le grand mur au fond. Pourquoi ? Eh bien parce que au fond, sur ce grand mur blanc, c’est ça l’idée, là, tu vas voir le film. Comment ça, t’es déçu parce c’est juste un film comme sur ta tablette ? Ah mais non, Jazz, mais non, justement c’est pas JUSTE un film, c’est un film au CINEMA ! ( c’est dingue ce que je peux m’énerver dans un rêve, moi ) Et un film au cinéma c’est comment te dire, c’est pas un film, c’est un film au cinéma. Tout devient noir, les lumières s’éteignent, tu entends les gens qui font chttt, chttt et puis devant toi, devant tes yeux, ça commence.                                                                  Tu vois la terre depuis les étoiles et la musique commence, des grosses lettres tournent autour de la terre, ça brille, et c’est écrit en très grosses lettres que ce que tu vas voir est universel, c’est à dire que tout le monde le comprend, c’est un langage sans mots, et comme c’est en très gros, c’est très visible. Et puis un immense visage mille fois plus grand que le tien, petit Jazz, se met à parler et peu importe, c’est incroyable, tu es subjugué par ces yeux, cette bouche, et tout ça bouge et derrière ce visage, ça bouge aussi, une ville, une forêt, un désert, d’autres gens et c’est comme si tu sautais dans ce que tu voyais, tellement c’est grand, tellement c’est le monde qu’il y’a devant tes yeux, voilà c’est ça le cinéma. Mais non, je pleure pas, nain, je pleure pas, j’ai marché sur un oignon oublié du supermarché. »                            Il était une fois au cinéma, La chronique d’Hippolyte Girardot, 11/12/20, France Inter

 Projection et formation ligne                                                                                           Mardi 11 octobre 2022

Documents à télécharger : Dossier de présentationPour aller plus loinMordre, se faire mordrePleurs et consolationsLes émotions du chatDu livre au filmVems Mormor ?Vems Mormor ? 2Vems Mormor ? 3Figures Nounourse

programme1

 Projection-conférence :                                                                                           Studio des Ursulines                                                                                                     Mardi 29 novembre 2022                                                                                              Avec l’équipe d’Enfances au Cinéma

PAGE EN COURS DE CONSTRUCTION

 

« Ernest et Célestine », École et Cinéma 44

couv2

Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier, 2012

« J’ai tout aimé de cette industrie d’un autre siècle – le savoir-faire de chaque personne sur un plateau de tournage. Et l’alchimie de l’ensemble- nulle part ne se vérifiait plus que sur un film l’idée que l’addition d’efforts collectifs pouvait être supérieure à la somme du travail de chacun. »                                                                                                                        Cher connard, Virginie Despentes, Grasset, 2022

Projection-conférence :                                                                                            Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier                   Cinéma Lutétia de Saint-Herblain                                                                                        Mercredi 21 septembre 2022

Documents à télécharger :  Pour aller plus loinLa rencontre d’Ernest et CélestineDe l’amorce au plan subjectifHiver-printempsLa naissance d’une artisteUn ours aux mille talentsMise en voix au tribunal. D’autres ressources ici, , et encore !

« Je ne peux alors m’empêcher de penser à Chaplin et particulièrement à The Kid. Chaplin évidemment ! Entre Ernest, Chaplin et Célestine, il faut (aller) voir comme ça ricoche de partout !  »                                                Camille Girard, Point de vue sur le site Nanouk

1

2

3

 Et très bientôt un deuxième long métrage Ernest et Célestine- Le voyage en Charabie au cinéma…

affiche en Charabie

« Enfants rebelles…et enfants sages ! » CICLIC

extrait

« En réalité l’enfance est riche, essentielle, mystérieuse, profonde. J’ai un très vif souvenir de la mienne. Je savais des choses terribles. Mais il ne fallait pas le dire aux adultes. Cela leur aurait fait peur…  »                                                                                                                         In the Dumps, Maurice Sendak, Art Spiegelman, The New-Yorker, 27 septembre 1993

Journée professionnelle autour des dispositifs d’éducation à l’image, CICLIC      Atelier « Cinéma et Littérature Jeunesse »                                                                       Maison de la Culture de Bourges                                                                                   Mardi 5 juillet 2022

Documents à télécharger : Pour aller plus loin, et ici et !

À l’occasion de la 100 ème édition de son livre, le Dr Heinrich Hoffmann a écrit une postface expliquant « Comment naquit le Sruwwelpeter« . En voici un extrait.                                       « … J’improvise sur le champ une histoire comme celles qui figurent dans ce livre, je la griffonne en trois coups de crayon et, en même temps, je la raconte de la façon la plus vivante possible…./… Les images furent dessinées de la même plume et avec la même encre qui m’avaient servi à jeter les premières rimes sur le papier, tout cela spontanément et sans la moindre recherche littéraire. »  1876

1

Struwwelpeter, Dr. Heinrisch Hoffmann, 1844

« Au début quand j’ai commencé à travailler sur le scénario, mes amis me demandaient s’il s’agissait d’un film pour enfants et je ne savais pas quoi répondre. Je réalisais que ce qui m’intéressait vraiment et que je cherchais à faire était un film sur l’enfance. Et quand j’en ai parlé à Maurice, il déclara qu’il n’avait jamais eu l’intention d’écrire un livre pour enfants, mais simplement d’écrire sur l’enfance honnêtement. »                                                            Spike Jonze dans Heads on and we shoot, The Making of where the Wild Things Are, New York, HarperCollins, 2009

2

« La fête épouvantable », Max et les Maximonstres, Maurice Sendak, 1963, Max et les Maximonstres, Spike Jonze, 2009

« Je ne pense pas que le public soit ému lorsqu’on lui dit ce qu’il doit ressentir. Les spectateurs sont émus lorsqu’ils regardent quelque chose de sincère. Je me trompe peut-être et je sais qu’il y a beaucoup de gens qui regardent La reine des neiges encore et encore. J’ai toujours pensé que les choses qui me font pleurer ne sont pas les scènes où      le personnage principal a les larmes aux yeux parce qu’il vient d’apprendre une leçon sur lui-même ou qu’il vient de prouver sa valeur… Je m’en fiche. Je veux juste voir, dans le cas du Tigre qui est venu prendre le thé cette petite fille s’amuser parce qu’il n’y a rien de plus émouvant qu’un enfant qui s’amuse vraiment simplement et honnêtement. »                Interview de Robin Shaw, Animation Scoop, 2021

3

Le tigre qui s’invita pour le thé, Judith Kerr, 1968 Le tigre qui s’invita pour le thé, Robin Shaw, 2020

« Les trois brigands » Hayo Freitag, Maternelle et Cinéma 18

Avis de recherche

Le mal peut être le terrain le plus fertile pour le bien, et le bien peut apprendre de l’intelligence du mal… Les Trois brigands, je pourrais dire, est une fable sur la façon dont le bien et le mal sont vraiment très liés l’un à l’autre, et comment ensemble ils peuvent être très amusants.    Tomi Ungerer, a treasury of 8 books, Phaidon, 2021

Maison de la Culture à Bourges                                                                                            Mercredi 27 avril 2022                                                                                          Documents à télécharger : Biblio-sitographieLe mensonge de TiffanyLa courageuse fille du meunier, Wilhelm BuschLa chanson des brigands

En 1981, Tomi Ungerer discutait de ses livres avec Julien (10 ans).

 

Gene Deitch a adapté quatre albums de Tomi Ungerer pour Weston Woods. Ces quatre courts métrages sont exposés au musée Ungerer de Strasbourg.

Théâtre d’ombres, une porte vers l’imaginaire…

À la belle étoile

À la belle étoile, Rita & Crocodile, Siri Melkior, 2018

En travaillant avec la silhouette noire, j’y ai pris goût. Au départ, je l’ai faite parce que je n’avais pas d’argent. Ensuite, quand j’ai eu quelque argent, j’ai continué à en faire parce que ça me plaisait. Et je trouve que ça s’applique très bien au conte. Le théâtre d’ombre c’est une nuit magique où tout peut arriver. Il y a une pureté qui n’est pas là avec l’image ordinaire.                Michel Ocelot, artificier de l’imaginaire, Silvana Editoriale, 2021

Formation Ma Première Séance avec Cinémas93                                                                  Mercredi 6 avril 2022 à l’INSPÉ de Livry-Gargan

Documents à télécharger : Biblio-sitographieThumbelina, Lotte Reiniger, 1954À la belle étoile, mémory des pairesShaun, Les ombres chinoises

Capture d’écran 2022-04-02 à 11.02.04

Jeux d’ombres dans les albums et les films…

La Fourmi de Robert Desnos mise en scène par un groupe d’enseignants talentueux !

1

2

3

4

Un petit bijou de Lotte Reiniger, Poucette, 1954

« Jeux d’images » de Norman McLaren, maternelle et Cinéma 92

grattage

© Norman McLaren, Coll. Cinémathèque française

J’ai pu regarder à l’ONF vos travaux récents, SphèresSynchromiePas de deux et Ballet Adagio ; j’ai été émerveillé et aussi très ému ; ce que vous faites est unique au monde, unique dans l’histoire du cinéma, j’avais les larmes aux yeux en regardant vos films et je me sentais un cinéaste bien lourd en voyant vos danseurs en slow motion but in strong emotion.                François Truffaut, lettre du 18 octobre 1973, Los Angeles.

Collège Maréchal Leclerc, Puteaux                                                                                        Mercredi 16 mars et  23 mars 2022                                                                                      Documents à télécharger : Pour aller plus loinMétamorphose d’un signe graphiqueMon merle et aussi ici et

couv » Dans beaucoup de vos films, et ça remonte à Hen Hop et La Poulette grise, il y a des tas de poulets, de poules et d’oeufs. On les trouve par-ci par-là, même dans les films les plus abstraits. D’où viennent-ils ?                                                                                                  Il faudra interroger mon psychiatre ou mon subconscient car je ne sais pas d’où ça vient ni pourquoi ça a continué. Je dirais une chose. Une poule ou un oiseau quelconque est très facile à dessiner, c’est linéaire. C’est très commode pour l’animation à cause de sa simplicité : moins d’articulations qu’un être humain, beaucoup moins. Et puisque j’ai la conviction que l’émotion doit s’exprimer à travers la qualité du mouvement même, le « quoi » importe moins que le « comment ». Je pourrai peut-être faire un film qui exprimerait la même émotion avec comme motif deux êtres humains ou deux animaux, à l’instar des dessins animés. Je choisis des éléments simples, comme une poule, pour exprimer, raconter ce que j’ai à dire. Ça vous paraît … une explication plausible ? »                                                                            Entretien entre Norman McLaren et Guy Cotte, 1967, collection Cinéma de notre temps, André S. Labarthe, 1972-2001

Hen Hop-McLaren Integral Version, , provided by the National Film Board of Canada

Wadjda, École et Cinéma 92

couv

   Laissez-moi vous dire ce que je pense de la bicyclette. Elle a fait plus pour l’émancipation de la femme que n’importe quelle chose au monde. Je persiste et je me réjouis chaque fois que je vois une femme à vélo. Cela procure un sentiment de liberté et d’autonomie à une femme.                                                                                                                        Susan B. Anthony, 1896

Projection-conférence :                                                                            Wadjda d’Haifaa al-Mansour                                                                                       Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                         Samedi 12 mars 2022                                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 26 mars 2022

Documents à télécharger : bibliographie-sitographieWadjda et AbdullahWadjda et le vélo vert-1Wadjda et le vélo vert 2

Lire le portrait de la réalisatrice Haifaa al-Mansour par Florence Aubenas.

Haïfa Al-Mansour, être réalisatrice en Arabie Saoudite, ARTE, 2020

Wadjda est aussi ici et !