« Ecole et cinéma » à l’école Kergomard

fanny4Depuis plusieurs années, l’école maternelle Kergomard de Gennevilliers est une fidèle du dispositif « Ecole et cinéma ». Les trois classes de grande section ont un rapport privilégié avec le cinéma de la ville : visite des lieux, projection des films… Au mois de juin, le cinéma Jean Vigo accueillera les enfants et leurs parents pour une projection sur grand écran de leur séance animée !

Petit aperçu en images du travail des classes …


« Musique : http://www.musicscreen.be »  Forest sous licence creative commons et La ronde des musiciens de Benoît Viquesnel (Le bal de Mandarine, 1996)

« Ecole et cinéma 92″ : Gôshu le violoncelliste

Photogramme de Goshu le violoncelliste d'Isao Takahata, 1981

Photogramme de Goshu le violoncelliste d’Isao Takahata, 1981

« Gauche était le préposé au violoncelle dans le cinéma muet de la ville. Mais on racontait qu’il ne se débrouillait pas très bien. C’est peu de dire qu’il ne jouait pas très bien : il était franchement le plus mauvais de tous ses camarades, et, pour cela, sans cesse tourmenté par le chef d’orchestre. »                                                                                                                                Train de nuit dans la voie lactée de Kenji Miyazawa, Le serpent à plumes

Projection-conférence :                                                                                                     Goshu le violoncelliste                                                                                                   d’Isao Takahata                                                                                                                  Co-animée avec Marc Laugenie                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                                 Mercredi 18 décembre 2013                                                                                           Cinéma le Rex de Châtenay-Malabry                                                                             Mercredi 8 janvier 2014

Document accompagnant la conférence : Goshu le violoncelliste

Le studio Ghibli est sous les feux de l’actualité, les deux prochains films de ses réalisateurs fondateurs sont très attendus ! Le vent se lève d’Hayao Miyazaki sera sur nos écrans le 22 janvier 2014. Inspiré de la vie de l’ingénieur Jiro Horikoshi, le nouveau Miyasaki s’encre dans la réalité japonaise, du séisme de Kanton à la deuxième guerre mondiale. Pour celui d’Isao Takahata, il nous faudra être encore plus patient, une sortie pour le mois de mai 2014 est annoncée. Takahata s’est tourné quant à lui vers l’adaptation d’un conte populaire japonais du Xe siècle : L’histoire de la princesse Kaguya. Un vieil homme coupeur de bambou découvre, à l’intérieur d’une tige, une minuscule petite fille…               Les deux complices du studio Ghibli se rendent-ils mutuellement un hommage entre réalité et féerie ?

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Affiches japonaises des deux prochains films du studio Ghibli

Laissez-vous subjuguer par le montage réalisé par le studio Ghibli, il reprend les bandes annonces et propose quelques scènes inédites de L’histoire de la princesse Kaguya


Une autre petite merveille découverte depuis la conférence. Bravo à Louis Thomas !


« Ecole et cinéma 92″ : Le voleur de bicyclette

Photogramme du "voleur de bicyclette" Vittorio De Sica, 1948

Photogramme du « voleur de bicyclette » Vittorio De Sica, 1948

Projection-conférence au cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                 Le voleur de bicyclette                                                                                                             de Vittorio De Sica                                                                                                               Mercredi 17 avril 2013

Document accompagnant la conférence :  Le voleur de bicyclette

J’ai rarement un souvenir fidèle du contexte dans lequel j’ai découvert un film. Pour « Le Voleur de bicyclette », je me souviens parfaitement du lieu, de l’époque et des personnes qui m’accompagnaient. C’était au milieu des années 80 dans un petit cinéma d’art et d’essai derrière le Bazar de l’Hôtel de Ville avec Pierre, Agnès et Rénato… Je me souviens aussi parfaitement du profond sentiment d’injustice que j’ai ressenti devant la quête désespérée d’Antonio et de son fils Bruno.

En inscrivant ce film à leur catalogue, les Enfants de cinéma font le pari qu’il va toucher de nouvelles générations de spectateurs. Rencontrer un public renouvelé, provoquer la critique et inspirer d’autres réalisateurs, autant d’indices qui montrent que « Le voleur de bicyclette » résiste à l’épreuve du temps. Au-delà d’être une oeuvre du patrimoine, « Le voleur de bicyclette » est aussi un film au succès intemporel.

« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola en est un vibrant hommage…

"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

L’un des protagonistes de ce film choral, Nicola, est passionné par l’oeuvre de De Sica. Au tout début du film, on voit le jeune professeur assisté à la projection du « Voleur de bicyclette » lors d’une séance de ciné-club dont le débat va très vite dégénéré, il s’oppose vivement à son proviseur qui traite l’oeuvre « d’esthétique de fond de poubelle » et qui rappelle les propos d’un jeune député, Giulo Andreotti, « le linge sale se lave en famille ».

Le ciné-club"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Le ciné-club
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

Deux autres scènes évoquent comment Vittorio De Sica a réussi à faire pleurer le jeune  Bruno lors de la scène finale du « Voleur de bicyclette ». Il lui avait glissé des mégots dans les poches de son veston et l’avait accusé de les avoir volés. La connaissance de ce fait par Nicola lui fait perdre une très grosse somme d’argent à un jeu télévisé.

Le jeu télévisé"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Le jeu télévisé
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

L’anecdote est confirmée par De Sica lui même à la fin du film.

Vittorio De Sica"Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola, 1974

Vittorio De Sica
« Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola, 1974

Hommage, pastiche, citation ou détournement, d’autres films évoquent « Le voleur de bicyclette » :

"Le voleur de savonnettes" de Maurizio Nichetti, 1989

« Le voleur de savonnettes » de Maurizio Nichetti, 1989

"The player" de Robert Altman, 1992

« The player » de Robert Altman, 1992

"La graine et le mulet" d'Abdellatif Kechiche, 2007

« La graine et le mulet » d’Abdellatif Kechiche, 2007