« L’extraordinaire voyage de Marona » Ecole et Cinéma 93

couvertureEt qui était-elle ? Qui était Yes ? Qu’est-ce que je savais d’elle ? Et elle de moi ? On s’apportait beaucoup l’une à l’autre. On se complétait, mais pas comme on pourrait le penser. Je la sentais plus domestiquée que moi. Plus sous emprise. Moi, plus tentée par la sauvagerie qu’elle. Par la liberté. Alors, qui de nous deux domestiquait l’autre ? Qui ensauvageait l’autre ? Et qui de nous deux aimait l’autre de façon désintéressée ? Alors, ça, grande question et simple réponse : aucune des deux.                                                                                                Un chien à ma table, Claudie Hunzinger, page 144, Grasset, 2022

Formation en distanciel, Cinémas 93                                                                                     L’extraordinaire voyage de Marona, Anca Damian, 2019                                                         Vendredi 20 janvier 2023

À télécharger : Pour aller plus loinConsidérations sur le bonheur…Une structure en flashbackRembobiner le film de sa vie…Des livres aux écransDu plan objectif au plan subjectif

Pour rire… Les humains parviennent-ils mieux à comprendre les chats que les chiens ?

communication

Mutts, Patrick McDonnell

Pour se souvenir… Partagez dans les commentaires une photo du chien qui a marqué votre enfance !

Pastille

Les quatre enfants, la deux-chevaux et notre chienne Pastille à la ferme de la Croix-Marand, années 70

La magie Karel Zeman, Maternelle au Cinéma 92

Capture d’écran 2023-01-14 à 17.25.58

Avec un collègue, nous allions voir tous les films avec Félix le chat et compagnie, nous nous arrangions avec les projectionnistes pour pouvoir étudier la pellicule fenêtre par fenêtre sur leurs tables de rembobinage, et ainsi, nous nous faisions un semblant d’idée sur la création du mouvement animé.                                                                                                      (…) Lorsque je tourne un film, je ne pense pas tant au succès, je cherche avant tout à accomplir un travail honnête, avec quelque chose pour les yeux et quelque chose pour les oreilles, quelque chose qui donne à penser et quelque chose qui porte à rire, quelque chose qui apporte un peu de bonheur et quelque chose qui, parfois subrepticement, vous touche le cœur de façon durable.                                                                                      (…) Mais si vous voulez savoir pourquoi je tourne des films – alors je dois avouer que je cherche un No man’s land, une île où nul cinéaste n’a encore posé le pied, une planète où nul réalisateur n’a encore planté son drapeau de découvreur, un monde qui n’existe que dans les contes de fées. Je vous ai toujours dit que j’aime beaucoup les enfants, et pour pouvoir communiquer avec eux, je ne dois pas trop m’éloigner d’eux. Mais c’est aux adultes que Prokouk était destiné.                                                                                                    Extraits du Dossier de Presse, Malavida            

Deux RDV autour du programme La magie de Karel Zeman ( 1945-1972)                   mercredi 18 janvier 2023                                                                                                   au cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                                 mercredi 25 janvier 2023                                                                                                     au collège Maréchal Leclerc de Puteaux

À télécharger : Pour aller plus loin…Rêve de Noël, échelle des plansLes exploits du pantinRêve de Noël, surimpressionLa recherche d’inspiration d’un artiste verrier – copieLa recherche d’inspiration d’un artiste verrierDonne des couleurs à Colombine et à PierrotDes pantins à animer…Le fer à cheval, images séquentiellesUn visage animéÀ travers le décor

Une technique à couper le souffle !

verre soufflé

The Glassworks, Aurel Klimt, 2015 & Inspiration, Karel Zeman, 1972

The Glassworks from Aurel Klimt on Vimeo.

Un petit voyage à Prague ? Le musée Karel Zeman a ouvert ses portes depuis 2015.

Capture d’écran 2023-01-14 à 19.15.13

« Jiburo » École et Cinéma 79

couverture

Un sale gosse gâté-pourri de Séoul est confié à sa grand-mère, très âgée, pendant les vacances. Elle vit isolée dans la montagne, dans un état de misère impressionnant pour un spectateur coréen certes, et européen encore plus. La réalisatrice ne nous le fait pas percevoir par le dialogue mais par la mise en scène : la vieille femme cassée en deux par les rhumatismes grimpe le long d’un sentier escarpé et caillouteux. Lentement et sereinement, le résultat d’une nécessité quotidienne. C’est la simple durée – inhabituelle – de cette séquence consacrée à un non-événement qui fait germer l’empathie.                                             Trente films, trente points de vue sur le cinéma, Carole Desbarats, De zéro de conduite à Tomboy, Enfants de cinéma, 2021

 Projection-conférence :                                                                                           Jiburo, Lee Jeong-hyang, 2002                                                                                             Cinéma Le Moulin du Roc à Niort                                                                                           Mercredi 11 janvier 2023

  À télécharger : Pour aller plus loinLa maison de la grand-mère à travers les yeux de Sang-wooLa vie quotidienneDe fil en aiguille …De fil en aiguille … Extrait 1De fil en aiguille … Extrait 2Dons, trocs et achatsles signesSse sse sseÉcriture coréenne

Un jeune citadin, Joon-so, est obligé de passer ses vacances d’été sur une petite île avec son grand-père comme seule compagnie…

L’île de grand-père, Yoon Joung-mi, Éditions de l’Elan vert, 2021

L’île de grand-père, Yoon Joung-mi, Éditions de l’Elan vert, 2021

Réédition en 5 volumes du manga « Une sacrée mamie » initialement paru en France entre 2009 et 2011.

Une sacrée mamie, Yôshichi Shimada, Saburô Ishikawa, Delcourt, 2022

Une sacrée mamie, Yôshichi Shimada, Saburô Ishikawa, Delcourt, 2022

Et aussi ici et !

« L’île de Black Mór » École et Cinéma 92

couv

« L’histoire a d’abord été écrite sous forme de roman, en y mettant tous les rêves d’aventures de mer qui me hantaient lorsque j’avais treize ans et qui ne m’ont pas quitté. Ces rêves se référaient davantage à Conrad ou Stevenson (en particulier David Balfour qui était mon personnage préféré). Le périple de ce gamin sur l’océan, et ses aventures, le placent chaque fois devant un vrai problème d’adolescent, intime et secret. Il s’agissait pour moi de le rendre crédible « par l’intérieur »… »    Jean-François Laguionie rétrospective, l’ADRC, 2019

« Moi je suis un vieux bonhomme, mais je me sens complètement immature, et quand je fais un film, je parle à l’enfant qui est en moi. Et inversement, quand j’étais enfant, je me considérais déjà comme un adulte. Donc je ne voulais pas qu’on me raconte de bêtises. »                                                                          Laguionie en été, France Culture, 2019

Projection-conférence :                                                                                               L’île de Black Mór de Jean-François Laguionie, 2004                                                     Cinéma Le Rex de Châtenay-Malabry                                                                         Samedi 3 décembre 2022                                                                                                     Cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                                             Samedi 10 décembre 2022

Documents à télécharger : Pour aller plus loin…Personnages1Personnages2,                       Personnages3Personnages4Le travail forcé à l’orphelinatLes illustrations en tête des quatre parties du romanLe bois d’ébèneLa traite atlantiqueLe Cotre ou CutterDes coordonnées au planisphèreDes chiffres et des lettresLes chansons du film

Jean-François Laguionie et Christophe Héral, réalisateur et compositeur de L’Île de Black Mór, parlent de leur collaboration au Festival Gindou, à voir et à écouter à ce lien  :    https://www.youtube.com/watch?v=Fy-CT9w3Fro

Capture d’écran 2022-12-02 à 21.43.25

Festival 2018

La Reine des pirates est l’adaptation pour les enfants de la fiction radio La dernière Nuit d’Anne Bonny de Claire Richard, une petite merveille !

« La Petite vendeuse de Soleil » École et Cinéma 79

Capture d’écran 2022-11-14 à 15.09.42

« La complicité professionnelle entre Djibril et moi a débuté quand il a eu sa caméra en main. C’était en 1965. Il avait dix-huit ans : un âge précoce dans un pays où le cinéma n’existait pas. J’étais à l’école et je séchais les cours pour l’accompagner dans son aventure. Donc vous voyez à quel point nous étions déjà, très tôt, portés vers des questionnements de lumière, d’ombre, de mouvement, de son, etc. C’est ce qui fait que je suis devenu musicien, grâce à l’écoute de la société, de l’environnement, à l’observation, des quantités de choses, des personnages insolites qui cernaient notre existence. Il suffit d’être attentif, c’est comme cela que l’on porte les choses qui nous habitent. Toute cette absorption de choses essentielles, douloureuses, fait de nous des soi-disant artistes. Car chacun détient un témoignage, une expérience, une existence. À charge alors pour nous d’essayer de les manifester par la photo, la musique ou le cinéma. C’est ce qui fait de nous tous des artistes. Chacun est l’artiste de son existence propre. Chacun peut raconter sa vie et étonner les autres. »  « Ce que je dois à Djibril… » Wasis Diop, Fatou Kiné Sène, 2008

Projection conférence :                                                                                                       La Petite vendeuse de Soleil, Djibril Diop Mambéty, 1998                                                       Cinéma Le Moulin du Roc à Niort                                                                                           Mercredi 23 octobre 2022

À télécharger :  Pour aller plus loinLe tailleur de pierreSéquence d’ouvertureSous le signe de l’astre solaireMendicitéLe plus jeune animal

© Photo Bouna Medoune Seye

« Les trottoirs de Dakar », Bouna Medoune Seye, Éditions Revue Noire, 1992

Archives du soleil

« Archives du soleil », Cheikh Ndiaye, Édition Suture, 2021

« Ma première séance » 2022-2023

couv  « Il faut toujours dire ce que l’on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit. »  Notre jeunesse, cahiers de la quinzaine, Charles Péguy, 1910                      « L’ennui avec les humains, c’est qu’ils voient l’univers avec leurs idées, bien plus qu’avec leurs yeux. »  Si les lions pouvaient parler, sous la direction de Boris Cyrulnik, Gallimard, 1998  

 Projection-conférence :                                                                                             Cinéma Le Méliès à Montreuil                                                                                     Mercredi 9 novembre 2022

Documents à télécharger : Pour aller plus loinDans Paris…

Capture d’écran 2022-11-07 à 11.36.15

Il était une ville

Documents à télécharger : les villesJeux de regardsPoints de vue Le jardin perduPlans objectifs et subjectifs – des parties au toutImages séquentiellesÀ chaque court métrage son oiseau…

2

Des traversées

Documents à télécharger : Des traverséesJouer avec le cadre1Où est le lynx ?ParkingD’un maître à l’autreplan subjectifLes angles de prise de vueImages abstraites ou figuratives ?La rencontreLes métamorphoses du chatJouer avec le cadre2Imagine !

33ème Festival du Court Métrage d’Humour de Meudon

IMG_9992

L’école Charles Desvergnes se rend au Centre d’Art et de Culture.

Le festival fait la part belle aux séances scolaires. Une superbe occasion de découvrir dans la salle du Centre d’Art et de Culture un programme de courts métrages spécialement conçu pour les tout jeunes spectateurs. Cette année la musique était particulièrement à l’honneur.

a

Centre d’Art et de Culture, jeudi 6 octobre 2022

Dès le lendemain de la projection j’ai eu le plaisir de retrouver les enfants dans leur classe pour revenir sur cette expérience riche d’images et de sons.

20221007_102439

Quizz musical :  à quel court métrage correspond l’extrait sonore ?

b

Des écoutes très attentives !

c

Une ouverture vers d’autres oeuvres musicales…

e

Frotter, secouer, souffler…

d

Fabriquer un thaumatrope

e

Écrire et dessiner pour garder la mémoire d’un évènement

« Rêver demain »… avec La Petite École de Cinéma

Couv

Une rencontre virtuelle et visuelle entre les élèves et l’artiste Philippe de Gobert.

 » Et rien n’est tel que le rêve pour engendrer l’avenir. Utopie aujourd’hui, chair et os demain. »                                                                         Les misérables, Victor Hugo, 1862                    « … Aucun homme ne vit dans la réalité extérieure, parmi les sels et les acides, mais dans la chaude pièce fantasmagorique de son cerveau, aux fenêtres peintes et aux murs historiés. »                                          Les porteurs de lanterne, Robert Louis Stevenson, 1888                     » Trouvant son plus grand accomplissement dans la création artistique, le rêve est le tison qui sert à rougeoyer les braises du réel ; il l’entretient , le réveille, l’avive. »                                                                                          La tyrannie de la réalité, Mona Chollet, 2006              «  Cela commence par un rêve, peut-être, et peut-être par un désir. Sûrement un désir. Lorsque quelqu’un, quelque part, imagine une histoire, un poème, un chant, lorsqu’il crée un personnage, qu’il conçoit un décor, noue une intrigue, déjà, il enclenche le processus. C’est à ce moment précis qu’un monde se crée. Un monde nouveau, avec ses règles, ses lois, ses possibilités et ses interdits. Et ce monde existe et croît selon sa logique propre. »                                                             Aerkaos, Jean-Michel Payet, Éditions du Panama, 2007                 » Le cinéma, c’est un accès possible à des formes de vérités, où on peut faire exister ses rêves. »                 La filmothèque idéale de Pascale Ferrand, France Culture, 2020

  Atelier « Rêver demain … »                                                                                              La Petite École de Cinéma                                                                                                    Havre de Cinéma                                                                                                                  Du 14 au 21 octobre 2022

La petite école de Cinéma réunit cette année 15 classes de Seine-Maritime (le Havre, Rogerville, Mannevilette, Saint Martin du Bec, Gonneville la Mallet et Bolleville). Les enfants,  de grande section au CM2, vont réaliser un court métrage avec la complicité de cinéastes professionnels. La séance d’ouverture que j’ai eu le plaisir d’animer portait sur la nouvelle thématique « Rêver demain … ».

rêver

Inès et Clément, volontaires en Service Civique à l’association Havre de Cinéma, accompagnent le projet.

Quels sont les rêves de demain des enfants ? Petit florilège non exhaustif …                              Voir une étoile filante. Partir dans le passé. Aller me balader avec mon papa et mon papi. Quand je claque des doigts, il y a plein de licornes devant moi. Que l’argent tombe du ciel. Faire ce que l’on veut de notre vie. Être célèbre. Être footballeur. Que la terre soit moins polluée. Devenir un crocodile. Remonter le temps si je rate quelque chose. Qu’il n’y ait plus de virus. Être boulangère et artiste en même temps. Éteindre les feux de forêt. Faire le tour du monde. Aller au Parc du Bocasse. Que toute la ville soit en bonbons. Être immortel. Rencontrer un magicien qui fait apparaître des dinosaures. Que ce soit les enfants qui décident. Inventer de nouveaux moyens de transport. Arrêter les guerres. Être dans le jeu Minecraft. Être ceinture rouge au judo. Aller voir un film. Avoir un lapin. Habiter dans une villa. Faire un rêve extraordinaire qui se réalise. Aller dans le futur pour savoir ce qui va se passer. Rêver d’une bonne journée pour se consoler d’une mauvaise journée. Être dans un rêve.

Qu’ils soient personnels ou collectifs les rêves exprimés sont d’une belle variété. J’ai toutefois ressenti que les enfants n’étaient pas égaux dans l’expression de leurs rêves. Volonté de préserver leur intimité, prégnance trop forte de la réalité ? Le détour par les oeuvres a été un moment indispensable pour échanger autour d’objets communs et permettre aux enfants de s’exprimer plus facilement.

Utopia-Couv

« Il faut prendre au sérieux l’étymologie de l’utopie: elle n’est nulle part et doit y rester. »                                                                         La tyrannie de la réalité, Mona Chollet, 2006 

Après un résumé succinct de l’intrigue de l’album de Simon Bailly nous avons découvert l’île d’Utopia à travers les yeux de Thomas.

Capture d’écran 2022-10-24 à 14.48.46

Au delà de l’absence des portes, au delà des maisons, des vêtements et des chaussures identiques c’est la composition et l’organisation familiale qui a intrigué nombre d’enfants ; la variété des nuances de couleurs de peau au sein d’une même famille ainsi que les activités en commun.  » Le grand-père fait le ménage, ils travaillent ensemble dans les champs, ils sont soudés, égaux… » Le lien entre les rêveurs et les inventeurs a été aussi souvent souligné.  Tous les rêves sont-ils réalisables ? Tous les rêves sont-ils idylliques ? Les artistes sont-ils des rêveurs ? Les scientifiques sont-ils des rêveurs ?

Dans les extraits des films les enfants retrouvent les rêves immémoriaux de voler et d’aller sur la lune. Des échanges soutenus sur le rêve et la réalité s’ensuivent.                                       « – C’était un rêve qui n’était pas un rêve. » Satsuki dans Mon voisin Totoro.                            « – Sachez que ceci est mon rêve, jeune homme. – C’est aussi le mien monsieur. – En êtes-vous certain ? Cela voudrait dire jeune homme que nous partageons, vous et moi exactement le même rêve. » Dialogue entre Jiro et l’ingénieur Caproni dans Le vent se lève.

2

« Le voyage dans la lune » de Georges Méliès, « Mon voisin Totoro » et « Le vent se lève » d’Hayao Miyazaki.

  « Je veux créer des films à travers lesquels les enfants peuvent voir et vivre quelque chose de nouveau. »                                                     Hayaho Miyazaki, Midnight Eye, 2002

Les enfants terminent l’atelier avec la photo LH0065 de Philippe de Gobert exposée l’an dernier au MuMa du Havre. Surprise et joie de découvrir le processus de création de l’image qui leur était inconnu pour la grande majorité d’entre eux. Après un temps d’hésitation, les couleurs fusent et le Havre imaginaire de Philippe de Gobert se remplit d’arcs en ciel, de licornes, d’objets volants non identifiés, de toboggans, d’animaux fantastiques… Leur imagination est sans limite ! Merci à Philippe de Gobert de nous avoir autorisés à intervenir sur sa photographie.

0065

3

Philippe De Gobert dans son atelier à Bruxelles, 2021. (Jean-Marie Châtelier © Adagp, Paris 2021)

Philippe De Gobert dans son atelier à Bruxelles, 2021. (Jean-Marie Châtelier © Adagp, Paris 2021). Le très beau film de Jean-Marie Châtelier est à voir ici.