« Chantons sous la pluie » Ecole et Cinéma 79

51cANhR-6QL._AC_

  « On vous dit toujours de parler de ce que vous connaissez. Moi, je connaissais le cinéma, alors j’ai fait des films sur le cinéma. »                                                                                        Stanley Donen, Positif N°437-438, 1997                                                                   « Pourquoi suis-je complètement séduit par cette forme de musical, aussi bien au théâtre qu’au cinéma ? C’est peut-être que j’aime bien, quand je suis au spectacle, qu’on me montre du spectacle. Qu’on me dise : « Ce n’est pas la vie quotidienne que je montre, ce sont des acteurs maquillés qui sont sur un écran, une scène. On n’essaie pas de vous faire croire que c’est la réalité de tous les jours, c’est de l’imaginaire. »                                                    Quand le dialogue devient chant, entretien entre Alain Resnais et Réal la Rochelle, Positif N°437-438, 1997                                                                                                           « J’ai toujours adoré les différentes formes de comédies musicales. Il y a juste un profond mystère dans le plaisir qu’on a tous de voir fusionner une musique et des mouvements sur un écran. Ce qui rend la comédie musicale aussi essentielle et vibrante, ce n’est pas seulement qu’elle éveille le plaisir des yeux et des oreilles, mais juste qu’elle passe avant tout par le corps, par la peau et par les poils et donc pas par la tête. »                                                      Cédric Klapisch cité dans Comédies musicales, la joie de vivre au cinéma, sous la direction de N.T.Binh, Éditions de La Martinière, Philharmonie de Paris, 2018

Projection Conférence :                                                                                      Chantons sous la pluie (Singin’ in the Rain), Stanley Donen, Gene Kelly, 1952                 Cinéma Le Moulin du Roc à Niort                                                                               Mercredi 6 octobre 2021

 À télécharger : Pour aller plus loin, The Broadway MelodyHommage au burlesqueUn plateau de tournage au temps du muetProcédé Vitaphone, synchronisation par disqueLa fabrique des starsLe plan Busby BerkleySingin’ the Rain, une chanson phare

la révélation

Qui double qui ?

Doublure, doublage et autres effets spéciaux …

Russ Sanders

Russ Sanders (1919-2001) est la doublure d’Alan Ladd (Shane) et celle de Gene Kelly

Betty Noyes

Betty Noyes (1912-1987) double Debbie Reynolds (Would You) et la maman de Dumbo (Baby Mine)

Forrest Gump

Forrest Gump, Robert Zemeckis, 1994

Les effets spéciaux dans Forrest Gump permettent l’intégration du personnage dans un film d’archive. Le héros peut ainsi serrer la main du président John Fitzgerald Kennedy et grâce aux logiciels de synchronisation labiale avoir ce dialogue surréaliste avec lui :                          -   Félicitations, ça fait quoi d’être un All-American ?                                                                 – Je dois faire pipi                                                                                                                –  Je crois qu’il a dit qu’il devait faire pipi.

GumpILM

Effets visuels supervisés par Ken Ralston, ILM Industrial Light & Magic

Un duo d’artistes engagés, Bill Posters et Daniel Howe, réalise une installation, Big Dada, constituée de six vidéos « deep fake ». Ils démontrent que l’on peut faire dire ce que l’on veut à qui l’on veut comme ici avec Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook. Contrairement aux apparences, ce dernier n’a jamais dit  : « Imaginez un homme qui contrôle les données volées de milliards d’individus, qui contrôle tous leurs secrets, leur vie et leur futur. Je dois ça à Spectre. Spectre m’a montré que celui qui contrôle les données, contrôle le futur”.

Pour le plaisir ! Une autre leçon de phonétique avec Audrey Hepburn et Rex Arrison dans My Fair Lady de Georges Cukor (1964)…

…et une mise en abyme animée, Duck Amuck de Chuck Jones (1953).

Farce au canard (1953) from LooneyCartoonsFR on Vimeo.

« L’homme qui plantait les arbres » Ecole et Cinéma 79

couverture

« L’homme qui plantait des arbres », Frédéric Back, 1987

« Je me demande si le rapport premier aux arbres n’est pas d’abord esthétique, avant même d’être scientifique. Quand on rencontre un bel arbre, c’est tout simplement extraordinaire. »                   Francis Hallé, exposition Nous les arbres, Fondation Cartier pour l’Art contemporain

Conférence :                                                                                                                      Crac !, Frédéric Back, 1981                                                                                    L’homme qui plantait des arbres, Frédéric Back, 1987                                                            Cinéma de la Crèche (79)                                                                                                      Mercredi 19 février 2020

À télécharger :   Bibliographie-filmographie

1

Crac !

La vie de familleLes moyens de locomotionLes chansons et musiques traditionnellesLes peintres québécoisImaginaire autour d’une chaise

chêne

L’homme qui plantait des arbres

Métamorphose d’un homme, Elzéard BouffierMétamorphose d’un paysageDes essences d’arbres …Textes de GionoMétamorphose d’un paysage (2)

D’autres liens ici !

« Ecole et cinéma 79″ Un animal, des animaux

ze_bre

… Mais arrêtons-nous un instant pour nous demander ce qu’est un musée. Est-ce une collection de glands et de feuilles sur une terrasse, ou un gigantesque bâtiment construit à prix d’or pour héberger les objets les plus rares et les plus beaux sur Terre ? La réponse est bien sûr : les deux. Un musée est une collection d’objets présentés avec le plus grand soin de manière à raconter une histoire extraordinaire… Le conservateur remplit une fonction importante, car c’est lui qui décide de ce qui a sa place dans le musée. Il décide ensuite de la manière exacte dont ces objets seront exposés. En un sens, toute personne qui fait sa propre collection chez elle est un conservateur. Lorsque vous choisissez comment présenter vos affaires, où accrocher telle ou telle gravure et dans quel ordre ranger vos livres, vous entrez dans la même catégorie qu’un conservateur de musée.                                                                Black Out de Brian Selznick, Bayard Jeunesse, 2012

 Projection-conférence :                                                                                               Un animal, des animaux de Nicolas Philibert                                                             Cinéma du Moulin du Roc de Niort                                                                         Mercredi 20 décembre 2017

Documents accompagnant la conférence : Pour aller plus loinregard sur les zèbres

Black Out de Brian Selznick,  2012

Black Out de Brian Selznick, 2012

D’autres ressources ici !

« Ecole et cinéma 79″ Le Cirque de Charles Chaplin

avant_premie_re_ » Un de mes amis a déclaré un jour que toutes les formes d’art sont des lettres d’amour que l’artiste adresse au monde. Mon moyen d’expression, c’est le cinéma, bien sûr. Je dois avouer que, pour un comique, s’exprimer par le biais d’un film n’a rien d’un exercice drôle. En règle générale, ceux de mes films qui ont le plus fait rire le public ont été les plus douloureux à réaliser. »                Charles Chaplin dans Les Archives Charlie Chaplin, 2015

« La lumière baisse, les rideaux s’écartent et l’organiste Henrietta Cameron commence son introduction musicale au Cirque de Chaplin.                                                                          Il est fabuleux ! Il fait toutes sortes de choses avec son corps et son visage. Il se tient droit comme un automate, fait virevolter sa canne, jaillit de la cage aux lions et grimpe à un poteau – je n’ai jamais rien vu d’aussi drôle. »                                                                                                                                              Dr Jerry et Mr Lewis, Stock-Cinéma, 1982

Projection – conférence

Le Cirque de Charles Chaplin                                                                                       Cinéma Le Moulin du Roc à Niort                                                                              Mercredi 6 janvier 2016

Document accompagnant la conférence Le Cirque

Photogrammes Plans et angles de vue

La première apparition de Charlot au cinéma …

La légende de Guillaume Tell …

Illustration de Guillaume Tell Collection particulière AKG Berlin

Collection particulière AKG Berlin

A la fin du XIX ème siècle, les clowns Footit et Chocolat s’emparent de la légende de Guillaume Tell. Footit place une pomme sur la tête de Chocolat puis avec un fusil, il lui lance un jet d’eau à la figure. Finalement les deux clowns mangent la pomme ensemble…

Footit et Chocolat, Emile Reynaud, 1896

Footit et Chocolat, Emile Reynaud, 1896

Footit et Chocolat, Vue n°1141 des Frères Lumières, 1900

Footit et Chocolat, Vue n°1141 des Frères Lumières, 1900

Photogramme issu de rushes montrés dans la série "Chaplin inconnu"

Harry Lauder et Charles Chaplin, photogramme issu de rushes montrés dans la série « Chaplin inconnu »

Photogramme du Cirque de Chaplin, 1928

Photogramme du Cirque de Chaplin, 1928

Photogramme du Cirque de Chaplin, 1928

Photogramme du Cirque de Chaplin, 1928

Photogramme du Cirque de Chaplin, 1928

Photogramme du Cirque de Chaplin, 1928

De Guillaume Tell aux lanceurs de couteaux …

Les clowns de Federico Fellini, 1971

Les clowns de Federico Fellini, 1971

La fille sur le pont de Patrice Leconte, 1999

La fille sur le pont de Patrice Leconte, 1999