« Ma première séance » 2020-2021

ma première séance

« La lumière est à l’origine du cinéma. C’est elle qui projette et transporte les images, le long d’un rail lumineux, de la boîte noire du projecteur ou de la lanterne, jusqu’à l’écran. La lumière nous éclaire et nous réchauffe. Elle crée aussi le mouvement et le mystère, et fascine les enfants en projetant des ombres mouvantes ou en guidant les jeunes aventuriers dans le noir par la grâce d’une lampe de poche… »                                                                                                                               Brochure « Ma première séance » 2020-2021

« Le cinéma c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière. » Jean Cocteau

Projection-conférence                                                                                              Cinéma Le Méliès à Montreuil                                                                                        Mercredi 14 octobre 2020

Documents à télécharger : Biblio-sitographie

Capture d’écran 2020-10-09 à 17.30.06

Documents à télécharger : Les sources de lumière…Bear, le jeu des … différences !The theory of sunset, images séquentiellesThe theory of sunset, les formes circulairesBear, points de vue et cadrageThe theory of sunset, échelle des plansThe theory of sunset, point de vueForests, points de vueBear, où est le grillon ? Bear, où est le grillon ?Nature, l’orchestreForests, métamorphosesOllie’s forest, les animaux bioluminescents

Capture d’écran 2020-10-09 à 17.45.36

Documents à télécharger : Le « clair-obscur » dans la peinture et la photographieLes sources de lumière… (2)Une nuit de tempête, un feu expressifPetite flamme, les différents plansMa première séance, les angles de vue (1)Ma première séance, les angles de vue (2)

Making-of de Luminaris

Fonctionnement de la table à vague dans Two ballons, d’autres vidéos sur le site dédié au film.

« Ecole et cinéma 92  » : Les aventures du Prince Ahmed

Les aventures du prince Ahmed de Lotte Reiniger, 1926

Les aventures du prince Ahmed de Lotte Reiniger, 1926

Projection-conférence au cinéma Jean Vigo de Gennevilliers                                                 Les aventures du Prince Ahmed                                                                                              de Lotte Reiniger                                                                                                          mercredi 9 janvier 2013

Document accompagnant la conférence : Les aventures du prince Ahmed

Images fixes et animées pour prolonger la découverte du film :

Film publicitaire réalisé par Lotte Reiniger en 1920 pour Nivéa.


Feu d’artifice ou duel entre deux formes abstraites ? Court-métrage de Norman Mac Laren, Blinkity Blank réalisé en 1955 pour l’ONF.

Blinkity Blank par Norman McLaren, Office national du film du Canada

 

Court-métrage réalisé par Julie Rembauville et Nicolas Bianco-Levrin en 2011.


Illustration peinte par  Edmund Dulac qui a composé les intertitres des « Aventures du prince Ahmed ».

The story of the magic horse, London, 2011

Des chevaux ailés issus d’autres traditions…

Cantique des cantiques IV, Musée national Marc Chagall à Nice, 1958

Pégase sur une monnaie de Corinthe

Promenade au département des Arts de l’Islam du musée du Louvre : de la lampe magique d’Aladin aux lumières du quotidien…

« Les aventures du Prince Ahmed »

Lampe à scène d’enlèvement, Iran, Khurasan, 11-12 e siècle, Art de l’Islam, Louvre

« Regards partagés » avec … « Le jour le plus court  »

« Mettre en valeur quatre courts métrages qui célèbrent le pouvoir de l’imagination de celui qui réalise et de celui qui regarde. Exprimer le regard que je porte sur ces films. Partager ce regard avec notamment un public d’enfants. »

Voici la présentation de l’évènement que j’ai proposé à la fête du court métrage. Les liens vers les films sont actifs jusqu’au 21 décembre, profitez-en et laissez- moi vos commentaires sur cette programmation !

Le premier court proposé est un film de fin d’étude réalisé par Lucie Mayjonade lorsqu’elle était étudiante à l’école Georges Méliès d’Orly. Très librement adapté d’une légende polynésienne sur un « homme poisson », ce petit film sans dialogue, mais avec une très belle musique d’Olivier Michelot, nous raconte les tribulations d’un petit personnage au prise avec son imagination pour le meilleur et pour le pire… J’aime beaucoup la fluidité de l’animation et le jeu des matières entre la transparence du petit personnage et la matérialité des univers qu’il traverse.

Le making-off …


La vie de famille à vue de truffe n’est pas un long fleuve tranquille ! Tout ce que demande Fifi, c’est un peu d’attention de ses maîtres et un peu de tranquillité pour lire les nouvelles scientifiques dans le journal. Et bien ce soir-là, il n’aura ni l’un ni l’autre ! Un drame de la vie quotidienne raconté avec beaucoup d’humour et de fantaisie. Nous ne connaîtrons visuellement des humains que les jambes et les chaussures qui puent. A nous d’imaginer le hors champs à l’aide de la riche bande-son où l’échange verbal entre les membres de la famille est incisif à souhait. Ce court-métrage est le fruit de la collaboration entre Nicolas Bianco-Levrin et Julie Rembauville. Leur production commune est riche d’albums et de courts métrages à découvrir…

"Merci mon chien", Julie Rembauville, Nicolas Bianco-Levrin, 2011 © Folimage

C’est le plus court et je l’adore au point que je le regarde en boucle pour faire durer le plaisir ! C’est léger comme une bulle de savon, c’est profond comme deux êtres qui ne peuvent vivre éloignés l’un de l’autre. L’invitation au voyage se trouve au coin de la rue. Ce poème visuel et sonore est l’oeuvre de Joanna Lorie, une déjà grande dame du cinéma d’animation !


Et pour finir, un court métrage qui n’est pas d’animation. Ce documentaire réalisé par Romain Delage présente des enfants qui sont invités  à commenter seul ou à plusieurs une peinture dont on ne voit que le dos.                                                                                    Magnifique illustration de la phrase de Marcel Duchamp :  » Ce sont les regardeurs qui font le tableau » et une célébration du hors champ comme ouverture vers l’imaginaire.

"Regards libres", Romain Delage, 2005

Le 21 décembre est passé, la fête du court-métrage est terminée, les liens vers les films sont désactivés. Toutefois, «Haï Puka» et «Partir» étant en accès libre sur internet, vous pourrez continuer à les voir. «Merci mon chien» est programmé dans de nombreux festivals, vous pourrez le voir notamment dans le cadre du festival Ciné Junior du Val-de-Marne du 13 au 26 février 2013. «Regards libres» est quant à lui dans le catalogue des «Enfants de cinéma» accompagné d’autres courts-métrages à découvrir !

A la prochaine fête du court-métrage…